Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale)

Dossier IA37004971 inclus dans Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

  • Rue Nationale
    Tours, Quartier sinistré nord, 15 à 49, 26 à 64, 71 rue Nationale
Appellations agence du Crédit Lyonnais
Dénominations banque
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction - Tours-Centre
Adresse Commune : Tours
Adresse : 71 rue Nationale
Cadastre : 2010 DW 5, 634

Installée depuis 1893 au sein d'un immeuble de la rue Nationale, la succursale tourangelle du Crédit Lyonnais est fortement touchée lors de la destruction du quartier nord en juin 1940. Alors que l'agence occupe un bâtiment provisoire à partir de mai 1941, un nouvel immeuble est construit à l'angle des rues Nationale et Etienne-Pallu, sur un terrain de compensation. Cette implantation, soumise par le ministère de la Reconstruction à l'alignement des nouveaux immeubles de la rue Nationale, en retrait des anciens immeubles (voir l'annexe 1), entraîne un retard de plusieurs années du projet. L'important chantier qui s'engage au printemps 1954 associe des entrepreneurs tourangeaux et quelques grands noms de la construction française de l'époque. La nouvelle succursale est inaugurée le 26 février 1956 par Marcel Wiriath, directeur général du Crédit Lyonnais, qui salue tout particulièrement l'esthétique, le confort et la grande fonctionnalité de l'édifice. Occupant toujours les lieux, l'agence a connu des travaux de modernisation et de rénovation il y a quelques années. Certains aménagements intérieurs d'origine ont ainsi disparu pour permettre le réagencement de l'accueil et des espaces de bureaux. À l'extérieur, le parterre de gazon agrémenté d'ifs taillés a laissé place à une longue rampe et un nouveau dallage de pierre.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1956, daté par source
Auteur(s) Auteur : Boille Maurice, architecte, attribution par source
Auteur : Boille Jacques, architecte, attribution par source
Auteur : Leconte André, architecte, attribution par source
Auteur : Patout Pierre,
Pierre Patout (1879 - 1965)

Architecte et décorateur. Représentatif des mouvements Art nouveau, Art déco, Mouvement moderne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'agence du Crédit Lyonnais est établie sur une parcelle de forme rectangulaire à l'angle des rues Nationale et Etienne-Pallu. Deux ailes, disposées en équerre le long des rues, masquent un corps de bâtiment de moindre hauteur qui occupe la totalité de la parcelle. Celui-ci présente une toiture-terrasse agrémentée au centre d'une grande verrière. L'édifice comprend un sous-sol, où se loge notamment la salle des coffres, un rez-de-chaussée et plusieurs étages de bureaux. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Les façades sur rues sont revêtues d'un plaquis de pierre calcaire. La première aile, qui présente neuf travées rue Nationale et deux travées rue Etienne-Pallu, relève de l'ordonnance édictée par l'architecte Pierre Patout pour les immeubles reconstruits plus haut le long de l'artère principale. Elle adopte le même alignement que ceux-ci et se dresse donc en retrait de plusieurs mètres par rapport aux bâtiments plus anciens de cette partie de la rue. Cette aile compte trois étages-carrés élevés en retrait au-dessus du rez-de-chaussée, et un étage de comble éclairé du côté postérieur par deux grandes lucarnes rampantes. Ce dernier niveau est coiffé d'un toit à longs pans et croupe couverts d'ardoise. Édifiée en retour sur la rue Etienne-Pallu, la seconde aile ne compte que deux étages-carrés et sept travées en façade. Coiffé d'un toit à longs pans brisés, le deuxième étage s'élève en retrait du premier, ménageant au-devant de ses ouvertures une grande terrasse filante. L'entrée principale de l'établissement, formée d'une double porte en métal brossé, se loge dans la travée médiane de la façade rue Nationale. Chacun des deux vantaux de cette porte monumentale est ornée en guise de poignée d'une demi-sphère en métal d'environ 50 centimètres de diamètre, aux modénatures très sobres. Depuis le réaménagement du rez-de-chaussée, deux grandes ouvertures à portes automatiques permettent également d'accéder à un hall ménagé dans l'angle du bâtiment. Passé ce sas, les clients de l'agence pénètrent au cœur de l'édifice, où plusieurs guichets d'accueil et bureaux se trouvent réunis sous une imposante verrière.

Murs pierre plaquis
béton armé
maçonnerie
moellon
Toit ardoise, verre en couverture
Plans plan régulier
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, 3 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures verrière
toit à longs pans
toit à longs pans brisés
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours, en maçonnerie

Il ne nous a pas été possible, lors de l'enquête, d'effectuer une visite approfondie de l'agence. De même, les prises de vue intérieures nous ont été formellement refusées compte tenu des mesures de protection propres à l'établissement financier.

Statut de la propriété propriété d'une société privée

Annexes

  • L'alignement rue Nationale

    L'emplacement du terrain de compensation au sein même de la partie non sinistrée de la rue Nationale pose dès 1949 la question de l'alignement du nouvel édifice par rapport aux constructions anciennes.

    Dans les plans dressés par l'urbaniste Jean Dorian à la Libération, l'élargissement de l'artère principale se prolonge au-delà du secteur détruit jusqu'à la place Jean-Jaurès et tout nouvel immeuble édifié dans ce tiers de la rue Nationale doit adopter l'alignement défini à 23 mètres de large, alors que la partie ancienne de la rue Nationale est large d'une quinzaine de mètres. La même servitude concerne les bâtiments anciens, ce qui suscite de vives réactions au sein du Conseil municipal. S'appuyant sur l'avis des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, la Ville estime fort dommageable de frapper d'alignement des immeubles non sinistrés, qui témoignent par ailleurs de l'ordonnance architecturale primitive de la rue Nationale.

    Chargés de la conception de la nouvelle agence du Crédit Lyonnais, les architectes Maurice et Jacques Boille travaillent sous la houlette d'André Leconte, l'architecte en chef du Crédit Lyonnais. Ils formulent plusieurs avant-projets donnant lieu à une première demande de permis de construire en juillet 1950. Établis sur la base de l'alignement des anciens immeuble de la rue Nationale, ces plans sont rejetés par le ministère de la Reconstruction qui impose que le Crédit Lyonnais soit élevé en retrait des bâtiments anciens, sur le même axe que les immeubles reconstruits au nord le long de la rue Nationale.

    André Leconte, Maurice Boille et son fils dressent en conséquence de nouveaux plans en mars, puis en octobre 1952. Pour éviter un décrochage inesthétique, les architectes proposent de percer une large vitrine sur le mur mitoyen visible et de recouvrir la partie basse de cette façade d'un revêtement identique à celui du Crédit Lyonnais. Sur la zone non aedificandi au-devant de la façade principale de l'agence, ils projettent également de réaliser un parterre de gazon agrémenté d'ifs taillés. Le second permis de construire est accordé pour l'ensemble du projet fin 1953.

  • Transcription de l'article Le "Crédit Lyonnais" à Tours ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 24)

    La façade obéit au style imposé pour toute la rue Nationale, mais des points intéressants sont à signaler à l'intérieur.

    L'immeuble est fondé sur pieux forés, avec un cuvelage général, réalisé par une étanchéité dans la masse. Pour supprimer tout point d'appui dans le grand hall du rez-de-chaussée, il a fallu édifier un portique en béton armé de 18,50 m de portée supportant les trois étages de la façade arrière du bâtiment. Ce portique a rendu nécessaire une importante poutre-échelle en béton dans la hauteur du premier étage.

    La décoration de l'entrée du hall a été particulièrement soignée : porte en acier inoxydable, revêtements en marbre "bleu turquin" et stuc.

    Ce hall est insonorisé par un plafond à plaques perforées et sa ventilation est assurée, été comme hiver, par air pulsé.

    Architectes : André Leconte, architecte en chef du Crédit Lyonnais. Maurice et Jacques Boille

    Entreprises ayant participé à la construction :

    - Fondations modernes (fondations)

    - Groupement Jaulard, Guillemot, Balency et Schuhl (gros oeuvre)

    - Simon (plâtrerie)

    - Charpentiers de Paris (charpente)

    - Massoteau, Blanchet-Dupuis (menuiserie bois)

    - Moreau (parquets)

    - Borderel et Robert, Schwartz-Hautmont (menuiserie métal)

    - Tessier, Leprivier (serrurerie)

    - Martine (couverture)

    - Guimard (peinture, vitrerie)

    - Vincent (miroiterie)

    - Catti, Cerabati, Angeli, Benezech (revêtements de sols)

    - Couvraneuf (étanchéité)

    - Martet-Mercier (plomberie, sanitaire)

    - Hatry, Segor (chauffage)

    - F. M. B. (volets roulants)

    - Lavollée (électricité)

    - Seloti (plafonds insonores)

    - Rodel (lettres)

    - Lefroid (moquettes)

    - Neu (ventilation)

    - Angeli (revêtements)

    - Subes (porte en acier inoxydable)

    - Benezech (marbrerie)

    - Paulain (peinture)

    - Lavrut-Serre (revêtements)

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 11. Reconstruction du Crédit Lyonnais à l'angle des rues Nationale et Etienne-Pallu, 1950-1954.

  • AC Tours. Permis de construire 1949/n°545. Reconstruction du Crédit Lyonnais (demande d'alignement), 1949.

  • AC Tours. Permis de construire 1950/n°430. Reconstruction du Crédit Lyonnais, 1950.

  • AC Tours. Permis de construire 1952/n°183. Reconstruction du Crédit Lyonnais, 1952-1956.

Documents figurés
  • Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., [1er quart 20e siècle]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 11 Fi 3.409). (cf. illustration n° IVR24_20103702576NUCA).

  • Photogr. pos. : n. et b., avril 1950. Par Ranjard, Robert. (service Patrimoine et Inventaire de la région Centre-Val de Loire, Fonds Ranjard). (cf. illustration n° IVR24_19803700275XB).

  • Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 24. Impr. photoméc., [1959]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 710). (cf. illustration n° IVR24_20103702571NUCA).

  • Impr. photoméc. (carte postale) n. et b. colorisée, [1er quart 20e siècle]. Par Grand Bazar de Tours (éditeur). (archives municipales de Tours, 11 Fi 13.2317). (cf. illustration n° IVR24_20103702577NUCA).

  • Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., non datée. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 11 Fi 3.497). (cf. illustration n° IVR24_20103702578NUCA).

  • Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., [1955]. Par Cim (éditeur). (archives municipales de Tours, 11 Fi 3.499). (cf. illustration n° IVR24_20103702579NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 1er octobre 1952. Par Boille, Maurice (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). (cf. illustration n° IVR24_20113701528NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 21 avril 1950. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°430). (cf. illustration n° IVR24_20113701524NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 13 mars 1952. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). (cf. illustration n° IVR24_20113701525NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 13 mars 1952. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). (cf. illustration n° IVR24_20113701526NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 1er octobre 1952. Par Boille, Maurice (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). (cf. illustration n° IVR24_20113701527NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 21 avril 1950. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°430). (cf. illustration n° IVR24_20113701523NUCA).

  • 232. Tours. Rue Nationale et Crédit Lyonnais / Auteur inconnu. [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et. b. (AC Tours. 11 Fi 3.409).

  • G B 217. Tours. L'annexe de la Société générale rue Nationale, et la rue Etienne-Pallu / Grand Bazar de Tours. [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et. b. (AC Tours. 11 Fi 13.2317).

  • [Vue aérienne de la place Jean-Jaurès] / Auteur inconnu. [2e quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) n. et b. (AC Tours. 11 Fi 3.497).

  • [Vue du Crédit Lyonnais réinstallé provisoirement rue Nationale] / Robert Ranjard. Avril 1950. 1 photogr. pos. : n. et b. (service Patrimoine et Inventaire, Région Centre-Val de Loire. Fonds Ranjard).

  • Crédit Lyonnais. Reconstruction de l'agence de Tours / André Leconte, Maurice et Jacques Boille. 1:100. 21 avril 1950. 2 tirages : élévations des façades rue Nationale et rue Etienne-Pallu (AC Tours. Permis de construire 1950/n°430).

  • Crédit Lyonnais. Reconstruction de l'agence de Tours / André Leconte, Maurice et Jacques Boille. 1:100. 13 mars 1952. 2 tirages : élévations des façades rue Nationale et rue Etienne-Pallu (AC Tours. Permis de construire 1952/n°183).

  • Crédit Lyonnais / Maurice Boille. [1:100]. 1er octobre 1952. 2 tirages : élévations des façades rue Nationale et rue Etienne-Pallu (AC Tours. Permis de construire 1952/n°183).

  • [Vue aérienne de la place Jean-Jaurès et de la rue Nationale] / Cim. [1955]. 1 impr. photoméc. (carte postale) n. et b. (AC Tours. 11 Fi 3.499).

  • [Vue du Crédit Lyonnais reconstruit à l'angle des rues Nationale et Etienne-Pallu] / Auteur inconnu. [1959]. 1 impr. photoméc. : n. et b. (ill. de périodique). Extr. de : "Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 24.

Périodiques
  • Pour rendre vivante la première rue de Tours, le Comité des commerçants de la rue Nationale intervient auprès des pouvoirs publics pour que soit hâtée la Reconstruction. La Nouvelle République, 25 janvier 1951.

  • Ouverture imminente de nouveaux chantiers dans la partie nord de la ville. La Nouvelle République, 5 décembre 1953.

  • Du neuf dans la vieille rue Nationale. La Nouvelle République, 11 janvier 1956.

  • Le Crédit Lyonnais inaugure son nouvel établissement. La Nouvelle République, 27 février 1956.

  • Le Crédit Lyonnais a réalisé à Tours une installation moderne. La Nouvelle République, 21 mars 1956.

  • Le "Crédit Lyonnais" à Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.

    p. 24
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Fourchet Marie-Luce