Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Amboise : place Michel Debré

Dossier IA37005610 inclus dans Amboise : secteur urbain de l'ancienne enceinte urbaine réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées maison
Dénominations place
Aire d'étude et canton Amboise - Amboise
Adresse Commune : Amboise
Adresse : place Michel-Debré

La place Michel Debré était à l'origine une rue bordée de maisons de chaque côté. Le rempart fut dégagé sous Louis-Philippe et seules les maisons lui faisant face furent conservées. Avant la Révolution, elle recevait le nom de rue du Château ; de la Première République au Premier Empire (1792-1814), elle était la rue de la Citadelle. En 1833, elle recouvra l’appellation de rue du Château. Aujourd'hui la place Michel Debré regroupe l'ancienne place du château et l'ancienne rue du château. La place du château se trouvait à l'intersection des rues de la Concorde, François Ier et Nationale. Elle était le lieu le plus animé de la ville médiévale. Par une donation de Geoffroy Martel à Lisois de Basogers, nous savons que dès le milieu du XIe siècle le marché s'y déroulait. Cette place était le carroir de la ville. Elle était également le lieu où se séparaient la route d'Espagne de la route de Montrichard, ou encore le lien entre la ville et le Petit Fort avant qu'ils ne soient rassemblés en 1469. Sur le plan cadastral dit napoléonien ou sur les plans d'alignements de la ville, on peut encore y voir les halles qui seront détruites lors des travaux urbanistiques menés sous Louis-Philippe. Les travaux d'aménagement de la place du Château, menés en 1991-1992, n'ont pas été accompagnés de fouilles archéologiques. À l'exception de quelques vues de cartes postales anciennes et de quelques dessins à la mine, nous n'avons aucune documentation. Le bâti existant reste notre seul support de travail.

Période(s) Principale : 16e siècle

Le carroir n'est plus lisible dans le bâti actuel. Il ne demeure plus de cette rue que son côté faisant face au château. La lecture du plan cadastral dit napoléonien nous apprend que le parcellaire bordant la rue y est particulièrement lanièré. Les parcelles sont très profondes et communiquent parfois avec une rue parallèle. Nous y avons retrouvé la seule maison datant du XIIIe ou XIVe siècle. D'autres vestiges de cette époque ont été identifiés rue de la Concorde, mais ce sont principalement des caves. Les particularités de la place se lisent, depuis le promontoire du château, dans les variations de hauteur des toits des maisons et de largeur des façades. À l'exception de l'hôtel de pierre du 4 place Michel Debré, il n'y a que les maisons en pan-de-bois qui puissent dater des XVe-XVIe siècles. On y rencontre de larges façades (54 place Michel Debré : 9,2 m) et des façades très étroites (8 place Michel Debré : environ 3 m). S'y trouve l'une des deux maisons à colombages qui a gardé sa sculpture d'origine (54 place Michel Debré). On peut imaginer que les maisons implantées datant des XVe et XVIe siècles étaient des plus prestigieuses en raison de leur position privilégiée face au logis du roi.

Statut de la propriété propriété de la commune
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Gaugain Lucie