Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Auzouer-en-Touraine : église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA37004860 réalisé en 2013

Fiche

Voir

Vocables Saint-Martin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Vallée de la Brenne - Château-Renault
Adresse Commune : Auzouer-en-Touraine
Adresse : place du Général Leclerc
Cadastre : 1835 B 349 ; 2013 B 323

Les plus anciennes parties de l'église, qui semblent remonter au 11e siècle, sont le portail ouest surmonté d'une petite baie et le mur nord de la nef.

A la fin du 16e siècle, Victor Gardette, seigneur de Pierrefitte, souhaite faire édifier une chapelle à côté du chœur. Il obtient, en 1587, l'autorisation de Jacques de Lavardin, seigneur de Plessis-Auzouer, mais les travaux ne sont réalisés qu'en 1613, après les travaux d'agrandissement de l'édifice vers le sud (maçonnerie en 1611, charpente en 1612).

L'église est considérée comme délabrée en l'an V et des réparations sont nécessaires à la toiture. Ces travaux ne sont toujours pas réalisés en l'an XII "au point qu'il pleut dedans comme dehors". Un devis est dressé en 1823 prévoyant la restauration du pilier nord-est à l'extérieur, la réparation des enduits et du plafond et le remplacement de la couverture du côté nord. Les travaux sont achevés l'année suivante.

En 1849, la galerie du porche est en très mauvais état et l'on se plaint que contrairement à ce qui est autorisé, un toit à porcs près duquel est entreposé le fumier s'appuie sur le mur de la sacristie et une écurie est placée près des fonts baptismaux.

Le 31 mars 1851, un incendie détruit le sanctuaire, la chapelle de la Vierge, la sacristie et tous les objets d'ornement du culte, notamment les tableaux des retables des autels. Une abside, deux chapelles formant transept et une sacristie sont construites l'année suivante.

Des devis prévoyant la restauration de la couverture de l'église et du clocher, la reconstruction de la partie haute du pignon ouest menaçant de tomber, la construction d'une voûte et d'une galerie au nord du choeur pour permettre l'accès au clocher par une échelle sont dressés en 1858. Ces travaux sont réceptionnés définitivement en 1860.

Le clocher qui menace de s'écrouler est détruit en 1899 et n'a pas été reconstruit.

Période(s) Principale : 11e siècle
Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1611, daté par source
1612, daté par source
1613, daté par source
1852, daté par source
1860, daté par source

L'église est constituée d'une nef de plan allongé prolongée par une abside semi-circulaire flanquée de deux chapelles rectangulaires formant transept. La sacristie de plan rectangulaire est adossée au mur sud de la nef. L'ensemble de l'édifice est construit en moellon enduit et pierre de taille (chaînes d’angles, encadrements des baies) et couvert de toits à longs pans à un pignon découvert (nef, chapelles, sacristie) et à croupe ronde (abside) en ardoise.

Les murs de la nef sont renforcés par des contreforts : cinq (côté nord), quatre (côté sud) et deux (pignon ouest). La nef est éclairée par sept baies en plein cintre, dont une donnant actuellement dans la sacristie (côté sud) et une placée au centre du pignon ouest. Des baies en plein cintre éclairent également les chapelles (une dans chaque chapelle) et le choeur (trois).

Le pignon ouest est percé d’une porte en plein cintre, décentrée vers le nord, avec archivolte à trois voussures.

Au-dessus de cette porte d'entrée, se trouvait une petite niche aujourd’hui murée et un porche aujourd'hui détruit dont subsistent des corbeaux en pierre. Une porte murée sur le mur sud de la nef donnait accès au cimetière.

A l'intérieur, la nef à vaisseau unique est couverte d'une fausse-voûte en berceau plein cintre. Le choeur est couvert d'une voûte en berceau, l'abside d'une voûte semi-circulaire en cul-de-four et les chapelles de voûtes quadripartites toutes recouvertes de plâtre. Les arcs des chapelles reposent sur des culots. La voûte en plein cintre de la nef est soutenue par trois arcs doubleaux reposant sur six colonnes.

Murs pierre moellon enduit
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Couvrements fausse voûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans
noue
pignon découvert
croupe ronde
Techniques sculpture
Représentations ornement figuré croix
Précision représentations

Portail à quatre rouleaux dont deux ornés de motifs de demi-cercles accolés dits "dents de loup", de zigzag et de croix de Saint-André. Quelques modillons à figure humaine et motifs végétaux subsistent. Graffitto représentant une serpe sur le contrefort nord de la façade occidentale.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections inscrit MH partiellement, 1965/09/09
Précisions sur la protection

L'ensemble de la façade occidentale, y compris les contreforts d'angle, et la porte : inscription par arrêté du 9 septembre 1965.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 10 28. Église.

Documents figurés
  • Reugny, église. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 10 28).

Bibliographie
  • CARRE de BUSSEROLE, J.X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours, 1883.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud