Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bordellerie : ferme

Dossier IA36010618 réalisé en 2016

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées logement, étable, bergerie, grange, cour, toit à porcs, remise, cellier, étable à chevaux
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional de la Brenne - Tournon-Saint-Martin
Adresse Commune : Lureuil
Lieu-dit : La Bordellerie
Cadastre : 2015 C 9 ; 1812 C 37, 38

La ferme, "métairie composée de plusieurs maisons, granges, étables, courre (...)", est citée, en 1735-1737, dans le terrier de Lureuil (AD 36 H 616). Le lieu-dit est indiqué sur la carte de Cassini. Quatre bâtiments repartis autour d’une cour sont figurés sur le plan cadastral de 1812. Leur disposition est très similaire à celle de la ferme observée en 2016.

Les rehaussements observés en pierre calcaire sont certainement postérieurs au milieu du 19e siècle. Ils témoignent certainement d’une phase de reconstruction/réorganisation de la ferme dans la seconde moitié du 19e siècle. Plusieurs bâtiments agricoles ont été remaniés en espaces d’habitation au début du 21e siècle.

Période(s) Principale : 18e siècle, limite 18e siècle 19e siècle , (?)
Secondaire : 1er quart 21e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle

Cette ferme à cour fermée comprend quatre bâtiments principaux : au nord de la cour, un logement double ; à l’ouest, une grange-étable ; à l’est, une bergerie remaniée et, au sud-ouest, une grande étable à chevaux-remise remaniée. Les murs des bâtiments en moellons de grès et de calcaire (essentiellement pour les reprises et rehaussements) sont partiellement enduits. Les toitures, à longs pans et à pignons couverts, sont en tuile plate (ou tuile plate mécanique). Seule celle de la bergerie est à croupes. Tous les accès aux bâtiments sont logés dans les murs gouttereaux.

Orienté est-ouest, le logement double (devenu à deux pièces) est en rez-de-chaussée et à deux accès. Il est encadré, à l’ouest, par une étable avec appentis en mur gouttereau, à l’est, par un cellier (ancien logement supposé) présentant une pierre d’évier insérée dans son mur de façade.

Les bâtiments implantés de part et d’autre du logement double ont fait l’objet d’un rehaussement de leurs murs (à l’origine presque exclusivement en grès) avec de la pierre calcaire. C’est également bien visible dans l’élévation est de la grange, à l’ouest de la cour. A l’est de la cour, un toit à porcs avec enclos est accolé à la bergerie. Ces deux bâtiments sont remaniés en logements. Au sud-ouest, se dresse une grande étable à chevaux avec remise au centre du bâtiment.

Une grande mare s’étend à proximité de l’entrée de la ferme.

Murs calcaire moellon enduit partiel
grès moellon enduit partiel
Toit tuile plate mécanique, tuile plate
Étages rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
toit à longs pans croupe
appentis
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de l'Indre. Série H : 616. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1735-1737.

Documents figurés
  • Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury. Levée vers 1754-1766.

  • Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 105).

(c) Parc naturel régional de la Brenne ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Benarrous Renaud