Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg : château de Lureuil puis demeure, actuellement maison (2 rue du Pigeonnier)

Dossier IA36010604 inclus dans Bourg de Lureuil réalisé en 2015

Fiche

Á rapprocher de

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées communs, portail, écurie, remise, sellerie, pigeonnier, logement d'ouvriers, étable
Dénominations château, demeure
Aire d'étude et canton Parc naturel régional de la Brenne - Tournon-Saint-Martin
Adresse Commune : Lureuil
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 2 rue du Pigeonnier
Cadastre : 2015 B 340, 561, 563, 564, 614 ; 1812 B 866 à 871

Le "chastel" ou "chasteau dudit Lureuilh" (et "ses fousses") de la commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem (puis de l'Ordre de Malte) est mentionné au début du 16e siècle (Archives départementales de l'Indre, H 618, 607). L'établissement hospitalier a certainement été fondé au milieu du 12e siècle.

"Le château de Lureuil" est accompagné d’une croix de Malte sur la carte de Cassini (vers 1760).

Le plan cadastral de 1812 montre un corps principal de bâtiment orienté sud-ouest/nord-est et flanqué de quatre tours avec une petite cour, au sud-est, et une grande cour entourée de murs et des communs, au nord-ouest. Quelques documents de l’Ancien Régime permettent d’en avoir une idée plus précise. Ainsi, vers 1736, le terrier de Lureuil cite "le château et principal manoir (…) avec les aisances, apartenances d’ycelle cour au-dedans de laquelle il y a grange, un cuvier près d’ycelle du costé du septentrion, deux escuries, les greniers desus du costé du couchant, une remize de carosse, un grenier desus tirant sur le midy, un jardin avec un clos en terre labourables (…)" (Archives départementales de l'Indre, H 616). Une description plus détaillée est faite dans un procès-verbal de visite en 1769 : "de là, sommes allés au château (...) où nous sommes entrés par un pont en bon état, garni des deux costés de bon murs, au bout duquel sont une grande et une petite porte à costé, (…) qui renferment une grande cour d'entrée, de là, sommes allés au corps de bastiment qui ferme le château qui est flanqué de quatre tours, et y sommes entrés par la porte, appelée de Vauclin, qui nous a conduit dans une entrée vouttée à main droitte, (…) et d'où nous sommes entrés dans une autre petite cour où nous avons trouvé à main gauche un escalier de pierre voutté au dessus qui nous a conduits à main droitte, dans une chambre ayant deux croizées, étant une au midy et l'autre au nord, avec une cheminée…". Suit l’énumération d’un certain nombre de chambres hautes et basses, en mentionnant des réparations à faire. "(…) ils visitent la prison puis, depuis la grande cour, un petit corps de bâtiment servant de remise, une grange, un toit à porcs, deux écuries (à chevaux et à boeufs), un grenier, une étable pour les vaches. Ensuite, étant sortis de la grande cour, sommes allés par une petite porte à côté de la tour, qui est sittuée du couchant au nord, dans les jardins et clostines sud. château, qu'on nous a dit pouvoir contenir trois boisselées de terre et observés que dans la partie qui est en jardin il y a plusieurs arbres fruitiers en espaliers et une autre partie plantée en verger, le reste en terres labourables." (Aude et al. 2015).

Le château de la commanderie aurait été démoli par son propriétaire, le baron de Limbert, pour construire à son emplacement, entre 1835 et 1850, un manoir et des communs (La Tremblais et al. 1882 ; Grosjean in Aude et al. 2015). Une des tours du château de l’ancienne commanderie existait encore au début du 20e siècle (carte postale ; Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6079).

Le nouveau "chateau", oeuvre d’un certain M. de Moncay, aide de camp du général Bordessoule, a fait de l’objet de légers remaniements (escaliers extérieurs notamment) jusqu’à sa destruction (Dupouget et al. 1999 ; Benarrous et al. 2011). Il brûle en janvier 1939 (Aude et al. 2015). Les ruines, visibles jusqu’au début des années 1960, servirent de carrière de pierre (cf. vue aérienne de 1951 et du bourg, vers 1950). Les trois bâtiments de communs (implantés en U) ont subsisté jusque dans les années 1980. Il n’en reste, au début du 21e siècle, que deux, actuellement en cours de remaniement.

Période(s) Secondaire : 15e siècle, 16e siècle, 17e siècle, 18e siècle, 1ère moitié 19e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : de Monçay, maître d'oeuvre inconnu

Il s’agit de deux bâtiments partiellement enduits (sur moellons de calcaire et de grès) et à toitures à croupes, en tuile plate. Le bâtiment, au nord, abritait des étables, celui à l’est, des écuries, des remises, une sellerie et un probable logement de domestique à l'étage.

Un petit pigeonnier avec un trou d’envol et reposoir a été aménagé dans le haut de l’extrémité sud-ouest (élévation est) du bâtiment oriental.

Un portail à piliers ferme la propriété à l’ouest. Les accès sont tant en murs gouttereaux qu’en murs-pignons.

Murs calcaire moellon enduit partiel
grès moellon enduit partiel
Toit tuile plate
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de l'Indre. Série H : 618. "Liève" des recettes de la commanderie hospitalière de Lureuil. 1498-1500.

  • Archives départementales de l'Indre. Série H : 607. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1511-1512.

  • Archives départementales de l'Indre. Série H : 608. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1626-1628.

  • Archives départementales de l'Indre. Série H : 616. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1735-1737.

Documents figurés
  • Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury. Levée vers 1754-1766.

  • Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 105).

  • Château de Lureuil. [S.l] : Éditions Bonichon, [s.d.]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6071).

  • Château de Lureuil. [S.l] : Éditions Bonichon, [s.d.]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6072).

  • Tour de l'ancienne commanderie de Lureuil. Lureuil : E. Billard éditeur [s.d.]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6079).

  • Château de Lureuil. [S.l] : [S.n], [ca 1912]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6075).

  • Bourg de Lureuil. [ca 1950]. Carte postale. (Collection privée).

  • Communs du château. [c. 1960]. Photographie. (Collection privée).

  • Mission photographique C1926-0071_1951_CDP763_0001. Prise de vue le 06/06/1951, échelle 1/12597. Extraite de "Consulter les données historiques : les prises de vues aériennes". Géoportail [base de données en ligne]. SAINT-MANDÉ : Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), 2015

  • Ruines du château de Lureuil. [c.1960]. Photographie. (Collection privée).

Bibliographie
  • DE LA TREMBLAIS, M., DE LA VILLEGILLE, M., DE VORYS, J. Esquisses pittoresques sur le département de l'Indre. Châteauroux : Aupetit, 1854 ; rééd. 1882, 428 p.

  • LERAT, Stéphane. Tournon-Saint-Martin et ses environs, d'Azay-le-Ferron à Mérigny. Alan Sutton, 2002.

  • AUDE, André-Félix, DURANDEAU Jean-Claude, GROSJEAN, Patrick, VOISIN, Pierre. Lureuil, commanderie de Malte en Berry (1453-1940). Lureuil : Association des Amis du Colombier, 2015.

  • BENARROUS, Renaud. Rapport d'activité (2011). Étude archéologique et historique du canton de Tournon-St-Martin (Communes de Fontgombault, Lureuil, Martizay, Preuilly-la-Ville, Sauzelles, et Tournon-St-Martin) . Orléans : Service régional d'Archéologie (SRA) Centre, 2011.

  • BENARROUS, Renaud, DURANDEAU, Jean-Claude, GAUTHIER, Damien, GUILLEMOT, Hélène. [Exposition. Lureuil, colombier de Lureuil. mai-septembre 2011]. Lureuil, terre hospitalière. Lureuil, 2011.

  • GROSJEAN, Patrick. Où est la chapelle de la commanderie de Lureuil ? In : AUDE, André-Félix, GROSJEAN, Patrick, DURANDEAU, Jean-Claude, VOISIN, Pierre. Lureuil, commanderie de Malte en Berry (1453-1940). Lureuil : Association des Amis du Colombier, 2015.

    p. 129. note de bas de page
(c) Parc naturel régional de la Brenne ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Benarrous Renaud