Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg : château

Dossier IA37005304 réalisé en 2011

Fiche

Dénominations château
Aire d'étude et canton Canton de Bléré
Adresse Commune : Azay-sur-Cher
Lieu-dit : Bourg

La châtellenie d'Azay appartenait aux seigneurs de Surgères, dont le premier connu est Guillaume Maingot, qui combattit à Bouvines et qui mourut vers 1221. Vers 1372 le fief échoit à la famille de Clermont. Au milieu du XIVe siècle, les troupes anglaises occupèrent la ville ; sur ordre du gouverneur de Tours, le bourg fut incendié pour les en déloger. Les fortifications du château qui comprenaient plusieurs tours entourées de douves sautèrent. Il reste aujourd’hui une tour appelée donjon et une partie du mur d’enceinte au nord, auquel était adossé un bâtiment d'habitation qui s'est écroulé. L'escalier de la tour demi-hors œuvre adossée à la façade nord du donjon a été daté par dendrochronologie entre 1390 et 1395. Les plafonds du donjon, quant à eux, forment un ensemble homogène mis en place entre 1428 et 1432. Face au donjon, subsistent également le chevet et le chœur d'une chapelle modifiée au XVe siècle, dont la charpente datée par dendrochronologie a été posée vers 1477-1480. Le château a été reconstruit après l'incendie et existait encore entièrement en 1700. En 1477, François de Clermont, également seigneur du Val d’Orquaire à Bléré, vendit la châtellenie d’Azay à Louis XI, qui en fit don à la collégiale Saint-Martin de Tours. Elle la conserva jusqu’à la Révolution où le domaine fut saisi et vendu comme bien national. Le château fut racheté en 1791 par Dominique Clément de Ris, propriétaire de la terre et du château de Beauvais sur la commune. Réquisitionné en 1946 pour loger des réfugiés, le donjon fut ensuite restauré et inscrit Monument historique par arrêté du 6 mars 1947.

Période(s) Principale : 4e quart 14e siècle
Principale : 2e quart 15e siècle
Secondaire : 4e quart 15e siècle
Dates 1390, datation par dendrochronologie
1428, datation par dendrochronologie
1477, datation par dendrochronologie

Le donjon est construit sur un plan quadrangulaire et les étages sont desservis par un seul escalier en vis en charpente, logé dans la tour d’escalier polygonale demi-hors œuvre. Les marches monoxyles sont fixées sur un noyau en bois (chêne). A l’origine, le donjon comprenait très vraisemblablement un étage de plus, couronné de mâchicoulis. Il est aujourd'hui couvert d'un toit en pavillon en ardoise, et la tour demi-hors œuvre d'un toit conique en ardoise. Le donjon est construit en pierre de taille de moyen appareil et en moellon calcaire tandis que la tour demi-hors œuvre est entièrement en moellon. Il reste de la chapelle le chevet semi-circulaire, raidi par un contrefort au sud, et une partie de la nef dont les ouvertures sont totalement modifiées. L'ensemble porte une charpente à chevrons-formant-fermes couverte d'un toit en ardoise. La partie inférieure du chevet est construite en petits moellons, le reste de l'édifice en pierre de taille de moyen appareil.

Murs calcaire moellon
tufeau pierre de taille
Toit ardoise
Étages 3 étages carrés
Couvertures toit en pavillon
toit conique
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en charpente
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1947/03/06

Références documentaires

Documents figurés
  • REILLE, Karl. Deux cents châteaux et gentilhommières d'Indre-et-Loire. Tours : imprimerie tourangelle, 1934.

Bibliographie
  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire. Mayenne : Joseph Floch éditeur, 1971 [1ère ed. 1930].

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.