Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg : église paroissiale Notre-Dame (chemin du Vieux-Puits)

Dossier IA28000159 inclus dans Bourg de La Gaudaine réalisé en 2008

Fiche

Vocables Notre-Dame
Parties constituantes non étudiées cimetière, croix de cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Nogent-le-Rotrou
Adresse Commune : La Gaudaine
Lieu-dit : Bourg
Adresse : chemin du Vieux-Puits
Cadastre : 1811 A 95 ; 1987 A1 121
Précisions Communauté de communes du Perche

La première mention de cette église remonte au 12e siècle. Vers 1156, elle est donnée par Hugues de Ville-Perdue à Robert, évêque de Chartres, qui la cède par la suite à l'abbaye de Saint-Chéron-lès-Chartres. De gros travaux sont réalisés au milieu du 16e siècle, comme en témoigne la date de 1550 figurant sur la voûte du choeur, selon le Bulletin de la Société archéologique d'Eure-et-Loir. Ces travaux portent sur la structure de l'édifice, avec la construction des contreforts et la reconstruction de la charpente qui comporte des entraits à engoulants caractéristiques de cette époque ; le percement de nouvelles ouvertures dont une fenêtre à remplage de style encore gothique et la construction d'une chapelle réalisée pour les seigneurs de La Soublière (transformée par la suite en sacristie). Au moment du concordat en 1801, la paroisse de La Gaudaine est réunie à celle de Brunelles.

Dans les années 1860-1870, l'église subit une réfection totale de sa couverture. Le chantier est confié à l'entrepreneur Jean-Laurent Foulon, charpentier-couvreur à Thiron. La voûte lambrissée de l'édifice est reconstruite en 1902 suivant les plans de l'architecte nogentais Arthur-Joseph Proust. A la fin du 20e siècle, l'église fait à nouveau l'objet d'une réfection complète de sa toiture.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 16e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates 1550, porte la date
Auteur(s) Auteur : Proust Arthur-Joseph, architecte, attribution par source
Auteur : Foulon Jean-Laurent, charpentier, attribution par source

De plan allongé, l'église paroissiale Notre-Dame se situe dans la partie ouest du bourg de La Gaudaine. Elle est constituée d'un vaisseau unique terminé par une abside semi-circulaire. De plan carré, l'ancienne chapelle des seigneurs de la Soublière devenue sacristie est placée au nord-est de l'édifice. On y accède depuis l'extérieur par une porte dont le linteau est orné d'une accolade (obstruée). La nef, accessible à l'ouest par une porte en plein cintre, est éclairée par deux baies géminées en plein cintre à l'ouest, quatre fenêtres en plein cintre (une au nord et trois dans l'abside) et une fenêtre à remplage de style gothique flamboyant au sud. Plusieurs ouvertures obstruées (porte et fenêtres) témoignent de remaniements. L'édifice est épaulé par d'imposants contreforts marqués de graffitis (croix, cercle, visages). La nef est couverte d'une fausse-voûte en charpente lambrisée avec entrait à engoulants et poinçons apparents. L'abside est voûtée en cul-de-four. Les murs sont en moellons de calcaire, de silex et de grès. Les encadrements des baies, les chaînages d'angle et les contreforts sont en pierre de taille de calcaire à l'exception de la baie géminée du pignon ouest en pierre de taille de grès. La corniche à modillons soulignant la descente de toit est également en pierre de taille de grès ferrugineux (dit "roussard"). Le toit est à longs pans et à croupe ronde couverts en tuile plate. Seul le clocheton de section carré est couvert en ardoise.

Murs calcaire
silex
grès
enduit
moellon
Toit tuile plate, ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements cul-de-four
fausse voûte en berceau brisé
charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
croupe ronde
États conservations bon état

L'église paroissiale Notre-Dame est un élément patrimonial remarquable à l'échelle communale.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • L'église Notre-Dame et saint Marcoul

    Une chaire provenant de l'église de Saint-Brice de Chartres se trouve dans la nef. L'église tire sa renommée du pèlerinage de saint Marcoul. Né à Bayeux à la fin du 5e siècle, Marcoul meurt en 558. Bien qu'ordonné prêtre, il choisit rapidement la vie solitaire. Dès le 13ème siècle, saint Marcoul est invoqué pour la guérison des écrouelles, pouvoir qu'il partage avec le roi de France. Ce pouvoir est à l'origine d'un pèlerinage que le roi faisait à Corbeny, où étaient exposées les reliques du saint, après qu'il ait été sacré à Reims. Cette tradition s'est maintenue jusqu'à Louis XII et encore de nos jours, l'église de La Gaudaine accueille un pèlerinage voué à saint Marcoul le 1er mai.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, H 3053. Abandon de l'église de La Gaudaine par Hugues de Ville-Perdue. 1156.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 625. Église : devis, plans, mémoires. 1863-1904.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4432 à 3 P 4437. Plans cadastraux de 1811. (par M. Degrez, géomètre première classe ; M. Terrier, ingénieur en chef ; M. Jubault, maire).

Documents figurés
  • Plan de l'église de La Gaudaine/ dressé par l'agent voyer Joseph Valet en 1852. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1 O 295).

  • Plan de l'église de La Gaudaine/ dressé par l'agent voyer Joseph Valet en 1852. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1 O 295).

  • Cadastre napoléonien de 1811, commune de la Gaudaine, section A. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4433).

  • Église de la Gaudaine, réfection de la voûte, 15 août 1905. /par Proust (architecte). (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 625).

  • Plan de l'église paroissiale/ dressé par Joseph Valet. 1852. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1 O 295).

Bibliographie
  • JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton. Tome II. Saint-Cyr-sur-Loire : Allan Sutton, 2011. (Mémoires en images).

  • PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre alphabétique. Paris : Res Universis, 1993. (fac-similé de l'édition de Mortagne : Dampeley frères, 1866).

Périodiques
  • Édifices religieux des cantons de Nogent-le-Rotrou et Authon-du-Perche. Bulletin de la société archéologique d'Eure-et-Loir, n°93, 4e trimestre 1982.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Casses Laetitia - Maillard Florent