Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg : église paroissiale Notre-Dame-de-Carmel (rue de l'Église )

Dossier IA28000173 réalisé en 2008

Fiche

Á rapprocher de

Vocables Notre-Dame-de-Carmel
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Nogent-le-Rotrou
Adresse Commune : Margon
Lieu-dit : Bourg
Adresse : rue de l'Église
Cadastre : 1811 C 73 ; 1990 AB 54
Précisions commune fusionnée après inventaire Arcisses

L'église paroissiale de Margon date vraisemblablement du 11e siècle comme l'attestent les vestiges romans du portail occidental et de l'abside (baies à arc en plein-cintre, petits contreforts peu élevés et saillants). Donnée par Rotrou Ier aux moines du monastère clunisien de Saint-Denis, elle a appartenu à la collation de la cure du prieur de cette communauté basée à Nogent. Au 16e siècle, elle est agrandie d'un bas-côté. De cette époque date également le percement des baies ogivales. En 1618, un marché est passé entre la fabrique et Jacques de Sainfray (maçon) pour la construction "d'une montée de pierre" à la tour de l'église (un escalier en vis). Les travaux prévoyaient également la démolition de l'autel dédié à saint Sébastien et sa reconstruction à un autre endroit, accommodé de trois niches de pierre pour y mettre les "trois images" placées sur l'ancien autel. La sculpture ornant le rampant, la tour-clocher à base carrée remontent également à cette phase de construction. En 1793, l'édifice sert quelque temps de poudrière. Au sortir de la Révolution, elle tombe en ruine. Le curé de la paroisse, Joseph-Julien Masson (entre 1836 et 1860) entreprend sa restauration. Les travaux durent vingt-quatre ans durant lesquels il la remanie intégralement en style gothique. De 1872 à 1933, elle subit de nombreuses interventions d'entretiens. L'autel de style néo-gothique daterait de 1904. Deux statues encadrant l'autel ont appartenu à l'ancienne abbaye d'Arcisses.

Période(s) Principale : 11e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle
Dates 1618, daté par source
1904, daté par source
Auteur(s) Auteur : De Sainfray Jacques, maçon, attribution par source
Auteur : Valet Joseph, agent voyer, attribution par source
Personnalité : Masson Joseph-Julien, commanditaire, attribution par source

L'église paroissiale de Margon se situe au centre de l'ancien bourg, sur un éperon rocheux dominant la confluence des vallées de la Cloche et de l'Huisne. Orientée, l'église adopte un plan allongé. Elle est longue de 23 mètres, large de 8 mètres et haute de 9 mètres 30 sous la voûte. L'édifice comprend une nef à trois travées, flanquée d'un seul bas-côté, au nord, également à trois travées, et se termine par un choeur en abside. La tour-clocher surmonte la partie est du bas-côté. Elle est accessible par un escalier à vis en pierre compris dans une tourelle carrée hors-oeuvre. Le portail occidental de l'église est en arc brisé surmonté d'une baie également en arc brisé à réseau flamboyant. La nef est éclairée par trois petites baies en arc brisé au sud ; le bas-côté nord par trois baies en arc brisé à réseau flamboyant (deux au nord, une à l'ouest) et le choeur par deux baies en arc brisé à réseau gothique. La nef est voûtée de croisées d'ogives, possédant chacune une clé de voûte ornée, dont les nervures reposent sur des culots. Le bas-côté est également voûté de croisées d'ogives reposant sur des colonnes engagées. Le choeur est voûté en cul-de-four. L'autel en pierre est orné de huit colonnes et couronné par une demi-coupole. Une clôture de choeur ajourée en fer forgé sépare la partie sacrée de la partie profane de l'édifice. Des traces de polychromie sont présentes sur un des doubleaux transversaux. A l'exception d'une partie du bas-côté nord en pierre de taille de calcaire, les murs sont en moellons de calcaire et de meulière couverts d'un enduit à pierre vue. Les contreforts, les chaînages d'angle, les encadrements des baies et les corniches (moulurées à l'ouest et au niveau de la tour-clocher, denticulées au sud) sont en pierre de taille. Les toits sont à longs pans (nef et bas-côté), en pavillon (tour-clocher) ou à croupe ronde couverts en tuile plate, à l'exception de la tour-clocher couverte en ardoise.

Murs calcaire
meulière
enduit
moellon
pierre de taille
Toit tuile plate, ardoise
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
pignon découvert
croupe ronde
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis
États conservations bon état

L'église paroissiale, dont l'origine de la construction remonte très probablement au 11e siècle, a été transformée aux 16e et 17e siècle (ajouts d'un bas-côté, d'une tour-clocher, d'une sacristie ; percement et/ou agrandissement d'ouvertures) puis restaurée au 19e siècle sous l'impulsion du curé Masson. Malgré ces nombreuses périodes de construction, l'édifice présente une certaine homogénéité qui participe, avec sa position dominante dans le village, à son intérêt patrimonial.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1 O 356. Église paroissiale : plan et élévation. 1852.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2178. Église paroissiale : dépenses communales pour l'entretien. 1872-1931.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 4763 à 3 P 4771. Plans cadastraux de 1811. par Terrier, ingénieur vérificateur ; Barberi, géomètre de 1ère classe ; Sortais, maire.

Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien, commune de Margon, section C. 1811. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4766).

  • Margon, l'église. Carte postale ancienne, début 20e siècle. (Archives départementales d'Eure-et-Loir).

  • Élévation de l'église paroissiale dressée par l'agent-voyer en 1852. Par Valet, Joseph. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1 O 356).

  • Plan de l'église paroissiale dressé par l'agent voyer en 1852. /Par Valet, Joseph. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1 O 356).

Bibliographie
  • MÉTAIS, Charles. Églises et chapelles du diocèse de Chartres. Ch. Métais Éditeur, 1908, tome I.

  • PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre alphabétique. Paris : Res Universis, 1993, 466 p. (fac-similé de l'édition de Mortagne : Dampeley frères, 1866).

  • FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).

  • BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite province. Publié et annoté par H. Tournouër. Mortagne, Meaux : Pichard-Hayes et Daupeley-L., 1894. (fac-similé de l'édition de Mortagne, 1613).

    p.109 ; 130 ; 177 ; 247
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Casses Laetitia - Maillard Florent