Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg : église paroissiale Notre-Dame

Dossier IA37005226 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Voir

Vocables Notre-Dame
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Canton de Bléré
Adresse Commune : Cigogné
Lieu-dit : Bourg
Adresse : place de l'Église
Cadastre : 1823 D1 234

En 942, Théotholon, archevêque de Tours, fonde une chapelle dédiée à sainte Marie, à l'emplacement supposé de l'église actuelle. Un diplôme de Louis d'Outremer daté de 943 confirme la possession du bourg et de la chapelle de Cigogné (villa Ciconiacum cum capella) à l'abbaye de Saint-Julien de Tours. Cette possession est réaffirmée en 1143 dans une bulle du pape Célestin II ; à cette date la chapelle était déjà devenue église paroissiale. Le mur nord de la nef est construit pour les deux tiers de sa longueur en petit appareil de moellons irréguliers, dans la zone comprise entre le chevet et la portion de mur qui précède le premier contrefort de la nef. Il constitue la partie la plus ancienne de l'édifice, mais compte tenu des modifications successives apportées aux maçonneries, il est difficile d'attribuer avec certitude ce mur à l'époque de Théotholon, comme l'ont fait plusieurs auteurs. Trois baies en plein cintre, dont deux qui éclairaient la nef par le nord et une le choeur, ont été bouchées ; des contreforts furent ajoutés postérieurement.

Les traces bien visibles d'un arrachement sur le mur nord au niveau du premier tiers de la nef correspondent très vraisemblablement à l'emplacement du clocher primitif, antérieur au 14e siècle. Côté sud, les baies ont également été modifiées au cours du temps, la plus grande, à meneau et croisillon, datant du 16e siècle. Le mur gouttereau sud a été repris et, contrairement à celui du nord, n'a pas conservé trace d'un petit appareil. Entre les deux premiers contreforts, on remarque la trace d'une ancienne porte en plein cintre.

A l'intérieur, la charpente, dont les entraits de section polygonale sont soulagés par des poinçons, possède cinq fermes principales qui datent du 15e ou du 16e siècle. La fausse voûte lambrissée enduite de plâtre n'a été posée qu'en 1790. Le choeur à chevet plat, éclairé par un triplet dont la baie médiane est la plus haute, date de la fin du 12e siècle ou des premières années du 13e siècle. Le portail ouest, du 12e siècle, est masqué de l'extérieur par le clocher qui a été ajouté en façade vraisemblablement au 14e siècle, après la destruction, pour une raison inconnue, du clocher primitif accolé au nord de l'église. La flèche, de section carrée, a été frappée par la foudre en 1778 et en 1838. Les toitures ont été restaurées en 1810. La sacristie a été construite en 1841, d'après les plans de l'agent-voyer Boutier. En 1854, sur décision de l'architecte diocésain G. Guérin, les parties basses des murs, dégradées par l'humidité, furent reprises au mortier de chaux hydraulique, la nef recarrelée en carreaux de Château-Renault et le chœur en carreaux noirs et blancs.

Période(s) Principale : 10e siècle
Principale : 12e siècle
Principale : limite 12e siècle 13e siècle
Principale : 14e siècle
Principale : 16e siècle
Secondaire : 4e quart 18e siècle
Secondaire : milieu 19e siècle

L'église est constituée d'une nef à vaisseau unique sans transept, précédée d'un clocher et prolongée par un choeur à chevet plat. On remarque l'absence de baies ouvertes côté nord. La nef et le choeur sont couverts d'un toit à longs pans en ardoise. Le clocher actuel, de plan carré, est simplement bâti en moellons et épaulé de contreforts. Il n'est éclairé que par quelques jours étroits. On y pénètre par deux portes en arc brisé, l'une à l'ouest et l'autre au sud. La chambre des cloches n'est pas desservie par une vis, il faut y accéder par échelle. La flèche est couverte d'un toit en pavillon en ardoise. Le choeur est couvert d'une voûte d'ogives bombée aux arcs moulurés en tore et à la clé ornée d'une petite tête de personnage. A l'ouest, les retombées des ogives et des arcs formerets s'effectuent sur des culots également sculptés de petits personnages.

Murs calcaire moellon enduit partiel
petit appareil
moellon
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'ogives bombée
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations ornement végétal ornement géométrique tête humaine figure fantastique
Précision représentations

Le portail occidental en tuffeau a été partiellement préservé de l'érosion par le clocher qui le précède, bien que ce dernier en masque les extrémités. Dépourvu de tympan, il est sobrement constitué d'une voussure à deux rouleaux surmontant un arc dont la base de chaque claveau est ornée de deux croix de Saint-André. Le premier rouleau de la voussure comprend 18 claveaux sculptés de feuillages de motif identique mais indépendants les uns des autres. La sculpture est fouillée en profondeur, de manière à bien détacher les reliefs des ombres. Un cordon de chevrons sépare les deux rouleaux, le second présentant ses feuillages, de taille réduite, comme s'ils étaient couchés. De part et d'autre, les chapiteaux qui les reçoivent sont également décorés d'arabesques et de motifs végétaux. Dans le choeur, les arcs de la voûte retombent sur des chapiteaux disproportionnés, eux-mêmes soutenus par de fines colonnes en délit. Ces chapiteaux, en pierre calcaire badigeonnée à la chaux, sont de facture différente. Celui de gauche à décor anthropo-zoomorphe fait référence au répertoire ornemental roman, tandis de celui de droite, à feuilles plates et à crochets, fait appel à un vocabulaire décoratif qui semble plus tardif.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1962/06/18

Références documentaires

Bibliographie
  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Tours, 1930.

  • CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1880.

Périodiques
  • EPAUD, Frédéric. Inventaire des églises paroissiales préromanes en Indre-et-Loire et en bordure des départements limitrophes, in ZADORA-RIO, E. (dir.) Atlas Archéologique de Touraine, Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 53, FERACF, Tours, 2014.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.