Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg : église paroissiale Notre-Dame

Dossier IA28000533 inclus dans Bourg de Frazé réalisé en 2016

Fiche

Vocables Vierge
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Brou
Adresse Commune : Frazé
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1813 E2 371 ; 2016 AB 15

L'église paroissiale Notre-Dame remonte au 11e ou au 12e siècle, en ce qui concerne la partie la plus ancienne - à savoir la nef qui se termine par une abside semi-circulaire. En témoigne notamment le mur nord qui conserve une petite baie romane en plein plein cintre, ainsi que des contreforts plats.

L'église est considérée comme le seul vestige qui a résisté à la mise à sac de la cité par les Anglais vers 1420. À la fin du 15e ou au début du 16e siècle - époque de la reconstruction du château par Florentin Girard de Barenton - l'édifice est réaménagé : percement de baies gothiques, réfection entière de la charpente et de la toiture. Face à l'accroissement de la population, la capacité du sanctuaire est augmentée vers le milieu du 16e siècle : percement d'une nouvelle porte et d'une rosace de style gothique flamboyant à l'ouest en 1544, construction d'un bas-côté sud avec chapelle latérale, dédiée à sainte Barbe puis à la Vierge, formant un alignement de quatre travées à pignons. Superbe composition de la Renaissance, le portail ouest porte la date 1550 ainsi que les armoiries de Louis de Girard et Madeleine de la Vove, commanditaires présumés. Deux litres funéraires, dont une réalisée en 1598 en la mémoire de Jacqueline Girard, veuve de Claude d'O, seigneur de Frazé, sont toujours visibles sur les murs de l'édifice.

D'importants travaux sont réalisés au 19e siècle : construction d'une tour d'escalier en vis au nord-ouest de l'édifice au second quart du 19e siècle pour accéder à la charpente et au clocher (construite par MM Groux, maçon, et Lubin Valet, charpentier), construction de la sacristie en prolongement du bas-côté à l'est - elle occupait initialement le fond de l'abside -, construction d'un corridor en 1873 reliant la sacristie au presbytère, création (ou agrandissement ?) de six baies en arc brisé à remplage (trois au nord et trois au sud) en 1839, réalisation d'un décor néo-gothique à l'intérieur, et renouvellement du mobilier en 1848.

Période(s) Principale : 12e siècle
Secondaire : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : milieu 16e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates 1544, daté par source
1550, porte la date
1598, daté par source
1839, daté par source
1848, daté par source
1873, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Girard (de) Louis, commanditaire, attribution par source
Personnalité : La Vove (de) Madeleine, commanditaire, attribution par source

L'église se compose d'une nef et d'un bas-côté sud séparés par une arcade à quatre arches brisées, d'une abside semi-circulaire et d'une sacristie en appentis au sud-est de l'édifice. Le bas-côté sud est formé d'un alignement de quatre travées à pignons. Une tour hors-œuvre, renfermant un escalier en vis en pierre de taille calcaire, est flanquée à l'angle nord-ouest de l'édifice.

L'accès à la nef se fait à l'ouest par un portail de style gothique. En anse de panier, la porte à encadrement mouluré est encadrée de pinacles. Elle est également surmontée d'une accolade en gable ornée de choux frisés, et d'un fleuron en partie sommitale. Au dessus de la porte, une rosace de style gothique flamboyant éclaire la partie ouest du sanctuaire.

Au sud, se situe un second portail de style Renaissance donnant dans la seconde travée du bas-côté. Il est formé de deux portes en plein cintre, séparées par un pilier central. Les piédroits sont ornés d'atlantes que surmontent des chapiteaux à décor feuillagé portant un entablement orné d'une frise en bas-relief. Cette dernière est ornée de rinceaux enserrant des oiseaux aux ailes déployées. En son centre, deux anges présentent un blason bûché, anciennement aux armes des commanditaires, Louis de Girard et Madeleine de la Vove. Également présent sur la frise, un phylactère est gravé de la date 1550.

Les pignons découverts sont ornés de rampants sculptés à choux frisés. La pierre sommitale du pignon ouest est gravée d'un blason aux armoiries illisibles (très certainement celles de Florentin Girard).

À l'intérieur, la nef est couverte d'une fausse voûte en berceau brisé en plâtre. Sa charpente est en partie visible : poinçons et entraits décorés de chanfreins et de tores. Le bas-côté est voûté en ogives, tandis que l'abside est voûtée en cul de four. Le décor intérieur, de style néo-gothique, concerne essentiellement le chœur et la chapelle de la Vierge (quatrième travée du bas-côté) : niches à saints, pinacles, arcs en accolade à fleurons et arceaux.

Les murs sont en moellons de silex, de calcaire et de grison, couverts d'un enduit partiel. Deux litres funéraires matérialisées par des bandes d'enduit ocre sont surtout visibles sur les murs extérieurs de la première travée du bas-côté. Les encadrements des baies, les chaînages d'angle, les contreforts, les rampants sculptés et les corniches moulurées sont en pierre de taille de calcaire.

Les toits sont à longs pans et à croupe arrondie (abside) couverts en tuile plate, à l'exception de la flèche octogonale couverte en ardoise, dont la structure repose sur des poteaux de bois.

Murs silex moellon enduit
calcaire moellon enduit
grison moellon enduit
Toit tuile plate, ardoise
Plans plan allongé
Étages 9 vaisseaux
Couvrements fausse voûte en berceau brisé
voûte d'ogives
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
toit bombé
flèche polygonale
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
États conservations restauré, inégal suivant les parties

L'église paroissiale Notre-Dame est un édifice majeur du Perche Gouët à plusieurs titres :

- Elle s'inscrit dans un site pittoresque vallonné et boisé à proximité du château,

- son histoire est assez bien connue,

- la présence du portail sud : une splendide réalisation Renaissance,

- son décor intérieur de style néo-gothique bien documenté par les archives.

Statut de la propriété propriété publique
Protections classé MH, 1987/11/02

Annexes

  • Délibération du conseil de Fabrique de l'église de Notre-Dame de Frazé, en date du 29 septembre 1846. (AD d'Eure-et-Loir, 4 Z 145).

    [...] A) La demande faite par M. lecomte curé de cette paroisse de l'établissement.

    1° De plusieurs colonnes simples en pierre avec chapiteaux et _______ pour supporter les arceaux de la voûte du sanctuaire régulièrement espacées des deux côtés de l'abside terminée en hermine et en tout semblables à celles qui existent déjà en groupe à l'entrée de la dite abside.

    2° De plusieurs niches en pierre pour y recevoir des statues de saints également espacées des deux côtés du sanctuaire et séparées les unes des autres par des pilastres surmontées d'aiguilles gothiques et de pinacles à crochets mariées ensemble en haut par de petites arcades ogivales, le tout en pierre artistement travaillée.

    3° De plusieurs pilastres surmontées également de clochetons gothiques avec frontons pyramidaux des deux côtés de la poutre qui communique du sanctuaire à la sacristie, et de celle figurative qui est en face dans la partie nord de l'abside.

    4° Du plafond en plâtre de la coquille d'un saint ______ avec arceaux, et aussi d'arcade qui _____ _____ reposé sur la grande _____ colonne qui existent déjà à droite et à gauche de la dite abside.

    5° D'ornements gothiques en _____ formant pendentifs, flèches et clochetons pour cacher l'entrait qui règne à l'entrée du sanctuaire et aussi avec un saint au dessous de l'aiguille qui repose sur le milieu du dit entrait, et qui serait transformé en une belle croix sur laquelle serait attaché le grand Christ de l'église. Cette aiguille devenue une croix serait aussi surmontée d'un petit saint en bois et pour suite ou donnerait au moyen de la peinture à tous les ornements la couleur de la _____.

    Vu

    B) Les plans de l'ornement à exécuter aux quels il serait fait quelques changements, et leur devis de leurs divers travaux s'élèveraient à la somme de dix huit cent cinquante sept francs :

    Considérant

    1° Que le sanctuaire est la partie principale de l'église et que par conséquent elle doit être décorée et ornée le plus possible ;

    2° Que l'auguste sacrement de mon autel y repose et qu'une telle ornementation inspirerait aux fidèles plus de respect, plus de piété et de dévotion ;

    3° Et que pour l'établissement d'un plafond en plâtre bien fait, tout en considérant le bandeau qui revêt la voûte, la pluie produite de la fonte des neiges qui pénètre entre les tuiles ne descendrait plus sur l'autel, ne salirait plus les nappes et il n'y aurait plus de crainte de la voir tomber dans le calice de la sainte hostie.

    Arrêté

    Que les travaux de nécessité et d'embellissement seraient exécutés, partie au printemps par _______ et partie l'année suivante, attendu que les ressources actuelles de la fabrique ne sont pas suffisantes pour la confection simultanée de leur _____.

    [...]

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD d'Eure-et-Loir, 1 O 281. Description sommaire et indication des travaux à réaliser sur les bâtiments de la commune de Frazé, par l'agent-voyer cantonal le 8 août 1854.

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : 1 O 281
  • AD d'Eure-et-Loir, 2 O 1506. Église paroissiale (1822 - 1940).

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : 2 O 1506
  • AD d'Eure-et-Loir, 4 Z 145. Église paroissiale et plans d'alignements (1819 - 1929).

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : 4 Z 145
Documents figurés
  • AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813.

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : 3 P 6748 - 6766
Bibliographie
  • CASSAIGNE, Pascal, SIGURET, Philippe. Le Perche-Gouët. Présence du Perche, La Loupe : Les amis du Perche, 1989, 217 p.

    p. 64-65
Périodiques
  • OUVRAGE COLLECTIF. Édifices religieux du canton de Thiron-Gardais. Bulletin de la société archéologique d’Eure-et-Loir, n° 30, 3e trimestre 1991.

    p. 18-19
  • SIGURET, Philippe. Le Perche-Gouët. Cahiers Percherons, mars 1958, n° 5.

    p. 31
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent