Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église)

Dossier IA36010564 inclus dans Bourg de Lureuil réalisé en 2015

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations le Dauphin
Parties constituantes non étudiées logement, grange, étable, cour, puits, four, portail
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional de la Brenne - Tournon-Saint-Martin
Adresse Commune : Lureuil
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 36 place de l'Église
Cadastre : 2015 B 491 ; 1812 B 546, 547

La maison à étage a été bâtie dans le troisième quart du 15e siècle ; la mise en oeuvre de la charpente étant datée de 1465-1470 par dendrochronologie (Arc16/R4177D). Trois bâtiments dont le logement sont portés sur le plan cadastral de 1812.

Il pourrait s’agir de la “métairie du Dauphin” comprenant “deux corps de logis, chambres basses, hautes, greniers, toit, bergerie, grange, étable (…)” et mentionnée dans le terrier de la commanderie de Lureuil vers 1736 (Archives départementales de l'Indre, H 616).

Si le logement est médiéval (avec des remaniements de baies aux 18e et 19e siècles), les bâtiments agricoles de la ferme quant à eux ont été construits ou reconstruits dans la seconde moitié du 19e siècle ou dans le premier quart du 20e siècle. Une grange à porteau a été complètement remaniée et transformée en étable (au sud de la cour) dans la seconde moitié du 20e siècle.

Période(s) Principale : 3e quart 15e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle, limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : 18e siècle , (?)
Dates 1465, datation par dendrochronologie
1470, datation par dendrochronologie

La ferme à cour ouverte se compose de quatre bâtiments principaux : un logement et trois étables (dont une ancienne grange).

Le logement, orienté est-ouest, est à un étage carré. Il est partiellement enduit. Ses murs sont très majoritairement en moellons de grès. L’accès au rez-de-chaussée s’effectue par les murs gouttereaux tandis qu'un escalier à volée droite mène à l'entrée de l'étage située en mur-pignon.

La toiture, à pignons couverts et à coyaux, est en tuile plate. Elle paraît commune à celle de la maison voisine (cf. dossier IA36010579). Les souches des cheminées sont en pierre et en brique.

Dans l’élévation nord du logement, qui compte deux travées, les deux larges baies de l’étage (anciennes fenêtres chanfreinées à meneaux) ont été réduites ou condamnées. En rez-de-chaussée, l'une des entrées est chanfreinée ; une fenêtre porte un linteau en arc segmentaire. L’élévation sud comprend deux entrées (une à linteau en arc segmentaire) et deux fenêtres à l’étage (celle visible, à appui mouluré, est à linteau à chanfreins).

Les espaces d’habitation sont repartis sur les deux niveaux de deux pièces. Le rez-de-chaussée compte deux cheminées à corbeaux adossées en mur-pignon. Celle de la pièce occidentale comprend des jambages et une hotte en pierre portant un écusson sculpté. Dans la pièce orientale, la cheminée, à corbeaux chanfreinés et à cadre en bois, débouche sur une chambre de four couverte d'un appentis. A l’étage, se trouve une troisième cheminée à corbeaux, jambages en pierre et à cadre en bois.

On compte, dans l’habitation, plusieurs niches murales et trois fenêtres à coussièges (rez-de-chaussée et étage). Plusieurs baies ont été réduites ou condamnées.

La charpente à chevrons-formant-fermes (avec chevrons-arbalétriers des fermes secondaires s’appuyant sur une poutre longitudinale latérale faisant office de panne) reposent sur des poteaux engravés dans les murs (visibles en rez-de-chaussée ainsi qu’à l’étage). Elle comprend 18 fermes numérotées (dont 3 fermes maîtresses).

Les bâtiments agricoles, à moellons de grès et de calcaire, sont partiellement enduits. Ils s’ouvrent en murs gouttereaux. Les toitures sont en tuile mécanique et en tuile plate.

A l’est de la cour, des étables et des toits à porcs sont alignées à la rue.

A l’ouest de la cour, se dresse en retour d'équerre du logement, une étable. Au sud, la grande étable couverte avec de la tôle ondulée a été construite à l'emplacement d'une ancienne grange.

Une pompe à eau se trouve dans la cour.

Murs enduit
grès moellon enduit partiel
calcaire moellon enduit partiel
grès moellon sans chaîne en pierre de taille enduit partiel
Toit tuile plate, tuile mécanique, tôle ondulée
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

FZ Brenne compléments (à récupérer)

Typologie ferme 1 non applicable
Plan ferme 1 non applicable
Datation ferme 1 15e-16e-17e siècles
Typologie ferme 2 ferme à cour ouverte
Plan ferme 2 plan irrégulier
Datation ferme 2 19e siècle - 1ere moitié 20e siècle
Espaces d'exploitation non applicable
Nombre de bâtiments de ferme 4 bâtiments principaux
Nombre de logements logement unique
Mixité du logement habitat indépendant
Etages du logement à un étage carré
Accès au logement accès par escalier extérieur
Elévation du logement élévation à travées
Détails architecturaux coussiège

FZ Brenne gestion (à récupérer)

Intérêt architectural édifice d'intérêt à l'échelle du Parc
Conservation du logement menacé
Conservation des espaces d'exploitation état moyen
Restauration du logement conservé
Restauration des espaces d'exploitation conservé
Protection ou surveillance à signaler MH
A étudier dendrochronologie
Opérations de mise en valeur du Parc conseil architectural
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Expertise dendrochronologique d'échantillons provenant du logement de ferme dit maison du Dauphin, 36 place de l'Eglise à Lureuil (36220). Archéolabs réf. ARC 16/R4177D

    Présentation générale :

    Cette maison avec étage, sur poteaux engravés, est orientée est /ouest. La charpente, à chevrons-portant-fermes, comprend 18 fermes numérotées arbitrairement depuis l’ouest. Les fermes 1, 10 et 16 sont des fermes- maîtresses avec poinçons montant des faux-entraits. Les solives de l’étage sont les entraits de la charpente. Ceux des fermes-maîtresses reposent sur des poteaux engravés.

    Le plafond de la pièce ouest est composé de 11 solives numérotées arbitrairement depuis le nord.

    Les éléments architecturaux en place ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), le 27 janvier 2016.

    Datations :

    éch. 1 : charpente, faux-entrait de la ferme 10 : se rattache à 1465-1470

    éch. 2 : charpente, chevron de la ferme 16 : se rattache à 1465-1470

    éch. 3 : poteau de l’étage en liaison avec la ferme 16 : se rattache à 1465-1470

    éch. 4 : étage, entrait de la ferme 12 : se rattache à 1465-1470

    éch. 5 : rez-de-chaussée, pièce ouest, solive 5 : entre 1465 et 1470

    éch. 6 : rez-de-chaussée, pièce ouest, solive 4 : se rattache à 1465-1470

    Interprétation :

    D’après les résultats obtenus, cette maison a été construite entre 1465 et 1470, ou dans une année postérieure très proche.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de l'Indre. Série H : 616. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1735-1737.

  • Archives municipales de Lureuil ; 1 G 3 ; 1 G 4. Matrices cadastrales, tableaux d'augmentation et de diminution.

Documents figurés
  • Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 105).

Bibliographie
  • DORMOY, Christian. Rapport d'expertise dendrochronologique (Ferme du Dauphin, Lureuil). Archéolabs. 2016. ARC 16/R4177D.

(c) Parc naturel régional de la Brenne ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Benarrous Renaud