Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg : presbytère (28 rue des Écoles)

Dossier IA37004742 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinations bureau de poste, maison
Dénominations presbytère
Aire d'étude et canton Vallée de la Brenne - Vouvray
Adresse Commune : Chançay
Adresse : 28 rue des Écoles
Cadastre : 1816 A2 1690 ; 2009 AD 247

Édifice datant vraisemblablement du 16e siècle.

Le 30 avril 1766, les habitants de la paroisse de Chançay achètent à Élisabeth Descombles, veuve de Pierre Lambert receveur de la duchesse de La Vallière, une maison pour servir de logement au curé et vicaires de la paroisse consistant en "un corps de logis composé par bas, rez de chaussée, de deux chambres à cheminée ayant chacune vingt un pieds de long et dix huit pieds de large de dedans en dedans, un petit vestibule entre les deux chambres dans lequel est un degré de bois qui communique aux chambres hautes et greniers, un cabinet au derrière et joignant ledit degré ; deux chambres hautes au premier étage pareillement à cheminée et d'égalle grandeur et un cabinet, deux greniers au dessus, charpente en comble couvert de tuille, une grange au nord et joignant ledit logis pareillement couverte de tuille ayant six toises de long et trois toises de large aussy de dedans en dedans, cinq caves et trois caveaux, dans une des dites caves un pressoir à roue garny de ses ustensiles et une cuve reliée en cercle de bois tirant sept poinçons, une autre qui est à cheminée servant de boulangerie, et une autre d'écurie, cour régnant devant derrière et aux côtés desdits bâtimens (...) un puits dans la même cour (...) et un jardin".

L'édifice cesse d'être utilisé comme presbytère pendant la Révolution : il est vendu. En 1813, le conseil municipal rachète, au sieur Georges Moisand, l'ancien presbytère composé "d'une maison à étage, d'un bâtiment abritant une écurie et un serre-bois, d'une cave et d'un jardin situé de l'autre côté de la route de Vernou à Reugny", afin d'y installer à nouveau le presbytère.

En 1911, des travaux sont réalisés d'après les plans de Goupy, architecte à Tours, afin d'y installer le bureau de poste, les services téléphoniques et télégraphiques et un logement pour le garde-champêtre. Le bureau de poste reste à cet emplacement jusqu'en 2004. Depuis 2014, le bâtiment est utilisé comme relais d'assistantes maternelles.

Une plaque de marbre porte une inscription latine : "Linquite nymphae Currere puras Fontis aviti Leniter undas Ut bibat hospes Atq[ue] colonus Advena messor Pastor ovisq[ue] Floreat hortus Tempus in omne" pouvant être traduite par : "Nymphes, laissez couler lentement les eaux pures de la fontaine de saint Avit, afin que puisse y boire l'hôte, ainsi que le cultivateur, l'étranger, le moissonneur, le pasteur et son troupeau et que le jardin fleurisse et cela à jamais". Elle proviendrait de la fontaine du château de Vaux (Chançay).

Une pierre (aujourd'hui cachée ou disparue) portant la date de 1766 était visible au début du 20e siècle, entre cette plaque de marbre et la porte d'entrée, elle correspond à la date de l'installation du presbytère dans cette maison.

Période(s) Principale : 16e siècle
Secondaire : 3e quart 18e siècle
Auteur(s) Auteur : Goupy, architecte,

Maison à étage construite en moellon enduit et pierre de taille (chaînes d'angles, encadrements des baies) et couverte d'un toit à longs pans en tuile plate à pignons découverts. La corniche est en bois. Une plaque de marbre portant une inscription latine est placée sous la baie centrale de la façade.

Les aménagements successifs ont profondément modifié l'intérieur : les cheminées ont ainsi été insérées dans les murs et recouvertes de tapisseries cachant totalement leur emplacement. Seul l'escalier en vis en bois, distribuant tous les niveaux, a conservé son noyau à faux limon en crémaillère hélicoïdale. Le grenier, dont le sol est recouvert d'un carrelage en terre cuite, a été séparé en deux par une cloison en pan de bois et torchis (peut-être lors de l'aménagement du bureau de poste et du logement du garde-champêtre). Une trappe permettant l'accès depuis le logement du garde-champêtre a été pratiquée dans le sol du grenier. La charpente à chevrons-portant-fermes possède quatre poinçons, dont les marques d'assemblage sont visibles.

Des caves troglodytiques creusées dans le coteau sont présentes au fond de la cour, à l'arrière de l'édifice.

Murs enduit
moellon
Toit tuile plate
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en charpente
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. C 299. Contrat de vente de Madame Lambert aux biens tenans et habitans de la paroisse de Chançay.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 74. Fonds de La Côte Valmer. Terres de La Côte et Launay.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 052 39. Bureau de poste.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 052 42. Presbytère.

Documents figurés
  • Carte postale. (Collection privée).

  • Plans, presbytère de Chançay. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 052 42. Presbytère).

Bibliographie
  • Séance du 29 novembre 1905. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1905, t. 15, p. 144.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud