Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg : presbytère, actuellement Mairie (2 allée des Tilleuls)

Dossier IA37004923 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Destinations mairie
Dénominations presbytère
Aire d'étude et canton Vallée de la Brenne - Château-Renault
Adresse Commune : Le Boulay
Adresse : 2 Allée des Tilleuls
Cadastre : 1835 A 104 ; 2015 A 176

Un devis estimatif des travaux à réaliser au presbytère, daté du 14 juillet 1785, prévoit notamment des travaux de maçonnerie ; la rénovation de portes et fenêtres ; la réfection des carrelages de la salle, de cabinets, de la cuisine. Il prévoit également la restauration d'un petit bâtiment situé au pignon est du bâtiment principal, d'une grange, écuries et bûcher. De nouveaux travaux sont réalisés en 1788 aux portes d'entrée du bâtiment, au petit bâtiment derrière, à l'appentis du four, à la cage d’escalier, à la grange, à un hangar et aux latrines. Suite à ces travaux, le presbytère est décrit en 1789 comme n'ayant "aucunes réparations à faire" et "toutes celles qui y ont été faites sont bonnes, solides et recevables".

Le 16 messidor an IV, François Narcisse Lesuire, directeur de la poste aux lettres à Château-Renault acquiert le presbytère pour 3 000 francs. En 1837, il fait réaliser des réparations de la cheminée et des enduits des deux chambres et trois cabinets.

Le 30 octobre 1842, la municipalité achète le presbytère, composé de plusieurs chambres et cabinets, greniers, serre-bois, cuisine, cour, jardin et charmille, aux héritiers Lesuire, pour la somme de 3 800 francs.

Un extrait du registre des délibérations de la fabrique du 2 août 1846, indique qu’en novembre 1844 un devis des travaux urgents à réaliser a été dressé car le presbytère menace de s’écrouler. Quelques réparations de couverture du presbytère sont payées en février 1847. Un nouveau devis est dressé en juin 1850 et prévoit des travaux intérieurs (menuiserie, plâtrerie, serrurerie) et de charpente pour un total de 721,61 fr.

Le 15 février 1857, des devis et plans des travaux de construction d'un nouveau presbytère sont dressés par Raphaël Sauger, agent voyer, pour un montant de 10 771,34 fr. Le projet est approuvé par le conseil municipal le 20 juin 1857. Cependant, en novembre 1857, l'architecte diocésain Gustave Guérin donne un avis défavorable au projet et demande une nouvelle étude.

De nouveaux devis et plans sont donc dressés le 5 mars 1859 par Raphaël Sauger, agent voyer, pour un montant de 11 445,08 fr, mais une nouvelle fois les travaux ne sont pas réalisés immédiatement puisqu'un autre devis est établi le 15 décembre 1860.

Ce nouveau projet prévoit que "la construction sera établie sur un terrain appartenant à la commune et compris dans l'enclos dépendant du presbytère, près l'emplacement occupé par l'ancien. Le bâtiment aura ses faces longitudinales orientées au midi et au nord, ses faces latérales ou de pignon à l’est et à l’ouest. La longueur des façades sera de 10,60 m, la largeur de 8,30 m et la hauteur 7,90 m. Le rez-de-chaussée contiendra un salon, une salle à manger, éclairés au sud ayant entrée de ce côté, une cuisine, un vestibule contenant l'escalier pour arriver au premier étage, et un office éclairé au nord ayant aussi son entrée de ce côté. Dans la cuisine sera posée une pierre d'évier recreusée d'au moins 0,05 m dans la partie la moins profonde, il y sera aussi construit un fourneau à trois boîtes en fonte, carrelé en faïence avec un rang de carreaux sur champ sur le dessus dudit fourneau et de l'évier. Le carrelage du fourneau sera retenu par une ceinture de fer. Le premier étage contiendra deux chambres à coucher éclairées au midi, séparées par un cabinet éclairé du même côté. Au nord une autre chambre à coucher, une antichambre contenant l'escalier pour arriver au grenier et une chambre froide pour la domestique toutes ces pièces recevant le jour du côté nord".

Les travaux sont adjugés le 24 février 1861 à Pierre Ambrogi, entrepreneur à Château-Renault. Le rez-de-chaussée et le commencement du premier étage sont réalisés en juillet, et le premier étage est terminé et la charpente en partie taillée en août de la même année. Les travaux sont réceptionnés provisoirement en mai 1862 et définitivement en novembre 1864 pour un coût total de 11 251,97 fr. La comparaison du cadastre napoléonien avec le cadastre actuel semble cependant indiquer que la construction du nouveau presbytère s'est faite à l'emplacement de l'ancien et non à proximité de celui-ci.

En 1907, le presbytère est loué au desservant, mais le 18 juin 1908, le conseil municipal vote pour l'affectation du bâtiment en école publique de filles. L'inspecteur d'académie juge que le dédoublement de l'école n’est pas indispensable et l'ancien presbytère continue d'être loué à un dénommé Touzard en 1909, puis à la Princesse de Sarsina, née la Rochefoucauld, pour trois ans à partir de décembre 1912.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1862, daté par source
Auteur(s) Auteur : Ambrogi Pierre,
Pierre Ambrogi

Ambrogi maçon à Château-Renault.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par source
Auteur : Sauger Raphaël,
Raphaël Sauger

Raphaël Sauger agent voyer cantonal du canton de Château-Renault.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
agent voyer, attribution par source

L'édifice est à un étage carré et étage de comble, construit en moellon enduit et pierre de taille, et couvert d'un toit à longs pans en ardoise à pignons découverts. La pierre de taille est utilisée pour les chaînes d'angles, l'encadrement des baies, le cordon marquant la séparation entre les rez-de-chaussée et l'étage, la corniche, la lucarne haute et les rampants des pignons.

Murs pierre pierre de taille
pierre moellon enduit
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Description du presbytère en 1789 (détruit). (Archives départementales d'Indre-et-Loire, G 841).

    Archives départementales d'Indre-et-Loire. G 841.

    En 1789, le presbytère (aujourd’hui détruit) est l'objet d’une description précise de ses bâtiments. Il se compose alors :

    - d'un "bâtiment de sept toises de longueur sur quatre toises de largeur, le tout hors œuvre, il consiste en un simple rez-de-chaussée composé d'une cuisine à cheminée à manteau de bois, avec four derrière, porte d'entrée et demie croisée au midi sur la cour, fourneau à trois réchauds, banc d'évier à côté, deux portes de communication, l'une dans un cabinet au nord servant de décharge de cuisine, l'autre dans un autre cabinet plafonné servant de passage au salon ci après ; ce cabinet éclairé par une croisée au nord et carrelé en carreau de quatre pouces ; l'aire de la dite cuisine et partie en carreau de six pouces partie en carreau de quatre, le plancher en soliveaux passants et bousillage. Le dit bâtiment est terminé au couchant par un salon ayant sa porte d'entrée au midi et éclairé au même aspect par une croisée à petit bois avec volets extérieurs ; cheminée en pierre de taille avec chambranle, tablettes, cadre, pilastres et corniches, armoire en placard pratiquée dans l'ouverture d’une croisée au nord ; l'aire en carreaux de six pouces, le plancher en soliveaux et bousillage sur poutre étayée ; à coté du dit salon est un cabinet carrelé comme dessus éclairé au midi par une demie croisée à la française ; le plancher en soliveaux et bousillage. Au dessus des dites pièces règne un grenier carrelé auquel on monte par un poulain établi dans une cage particulière faisant partie d'un appentis adossé au pignon oriental en dit bâtiment. La charpente du comble à deux égouts, couverte en tuile. Dans la saille de la masse du four, et au midi d'icelui est un toit à porc derrière le dit four est une serre de jardinier, le tout en appentis en demi croupe couvert en tuile ; le dit vingt un pieds de longueur sur dix pieds de largeur hors œuvre. Au pignon occidental du dit bâtiment est un cellier de quatre toises de largeur sur deux toises de longueur ayant son entrée au nord et divisée en deux parties par un mur de refend, ouvert d'une porte de communication, grenier carrelé au dessus, accessible par le grenier ci-dessus charpente du comble à deux égouts couverte en tuile".

    - d'une grange de "six toises un pied de longueur sur quatre toises un pied de largeur, le tout hors œuvre. Elle est construite en colombage et bousillage ayant deux portes au midi, l'une à deux venteaux, l'autre batarde à côté autre petite porte au nord ; la charpente au comble à deux égouts couverte en tuile".

    - au pignon oriental de la grange et en retour d'équerre sur icelle se trouve "un hangar de sept toises de longueur sur quinze pieds de largeur vis-à-vis la grange et vingt un pieds de largeur vis-à-vis la cour. La charpente dans cette dernière partie à deux égouts et vis-à-vis la grange en appentis le tout couvert partie en tuile, partie en bardeau. Dans le pignon méridional du dit hangar est pratiquée une porte de sortie, sur un terrain clos de haies vives, le dit terrain de vingt-un pieds de longueur, sur quinze pieds de largeur, autre porte de communication dans un cabinet d'aisance établi à l'extérieur dudit hangar et joignant le mur de basse goutte vers levant ; le dit cabinet de quatre pieds en carré dans œuvre, construit en colombage et bousillage dont le comble en appentis couvert en tuile. Sous partie du même hangar est un bâtiment de vingt-un pieds six pouces de longueur sur seize pieds six pouces de largeur le tout hors œuvres consistant en une seule chambre à cheminée boisées porte d'entrée au couchant précédé d'un perron de cinq marches, avec rampes en maçonnerie ; croisée à petits bois garnie de contrevents, en dehors, à l'aspect du levant, l'aire en carreau de six pouces de la tuilerie du Boulay. Le plancher en soliveaux et bousillage sur poutrelle, au dessus de la dite chambre et un grenier carrelé accessible par une lucarne au couchant au moyen d’une échelle ; la charpente du comble à deux égouts couverte en tuile et bardeaux".

    - les écuries, au sud du presbytère et du cellier, forment "un bâtiment de quatre toises quatre pieds de six pouces de longueur sur deux toises et demi de largeur. Le tout hors œuvres ; il est construit en colombages et bousillages et composé d'une petite grange et de deux écuries garnies de crèches et râteaux, chacun de ces vaisseaux ayant sa porte d'entrée au levant sur la cour ; au dessus de chaque écurie règne un grenier carrelé ayant son entrée l'un par une lucarne au levant, l'autre par une porte dans le pignon vers le nord. La charpente du comble à deux égouts couverte en tuile. Entre ledit bâtiment des écuries et le cellier est la principale porte d'entrée à deux vantaux avec porte bâtarde à côté ; les dites portes établies sur poteaux dans un intervalle de dix sept pieds. Lesquels bâtiments renferment aux deux bouts du levant et couchant, et d’un long du nord, une cour terminée au midi par un mur d’appui entre la chambre neuve et les écuries, dans le dit mur, une porte de communication au jardin ci après. Au nord desdits bâtiments est un espace de terrain clos de haies vives, vers levant et nord, et de murs dans son extrémité vers couchant dans l'angle occidental septentrional dudit terrain est un petit bâtiment de treize pieds et six pouces, sur douze pieds hors œuvre le dit bâtiment à l’usage de bûcher ayant une porte d’entrée au levant. La charpente du comble à deux égouts couverte en tuile. Le tout en un tenant de dix neuf toises quatre pieds de longueur du levant au couchant sur quatorze toises de largeur réduite du nord au midi".

    - au sud de la cour, "un jardin et verger dans lequel est un puits sous chapelle en charpente couverte en plancher et garni de son treuil et manivelle en fer. Le dit jardin divisé en six principaux carrés bordés de buis et d'arbres fruitiers de différentes espèces".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. G 841.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. E dépôt 030 M2.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. E dépôt 030 P1.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 030 29. Bâtiments école de filles Dame Marie.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 030 30. Bâtiments église an XIII-1881.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 030 31. Presbytère. 1837-1921.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 030 36. Bâtiments, baux. An XIII-1935.

Documents figurés
  • Carte postale. (Collection privée).

  • Le Boulay, projet de construction d'un presbytère. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 o 030 31).

  • Le Boulay, extrait du plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 030).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud