Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bretonnes : ferme

Dossier IA37005457 réalisé en 2013

Fiche

Parties constituantes non étudiées logis, étable, remise agricole, abri troglodytique
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Canton de Bléré
Adresse Commune : Chisseaux
Lieu-dit : Les Bretonnes

Si le lieu-dit "les Bretonnes" est bien inscrit sur le premier plan cadastral, en revanche aucune construction n'y figure. Le logis principal de la ferme est construit en 1844 avec un agrandissement en retour d’équerre légèrement postérieur. En contrebas et accolé contre le coteau, un petit logis augmenté d'une étable et d'une remise et faisant partie de la ferme datent également de la première moitié du 19e siècle.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle
Dates 1844, porte la date

La ferme des Bretonnes présente la particularité d'être implantée sur deux niveaux en raison du faible développement en profondeur des parcelles : en haut du coteau se trouve le logis principal (logis n°1) et en contrebas un logis plus modeste (logis n°2) accolé directement à la roche. Le logis n°1 est construit en moellons avec chaînages d'angle, plates-bandes des baies et corniche en pierre de taille de tufeau. Un bâtiment en retour d'équerre lui est accolé. Il abrite un four à pain, une partie habitable et un local à usage agricole ; deux des baies de la façade antérieure possèdent des piédroits et des plate-bandes en brique et pierre. L'ensemble est construit en rez-de-chaussée uniquement ; les toits à deux pans et noues sont couverts en tuile plate. Le logis n°2 consiste en une maison en moellons et pierre de taille de tufeau comprenant deux pièces que l'on distingue de l'extérieur en raison de la différence de hauteur de leurs pignons. La partie basse abrite une chambre tandis que la partie la plus élevée abrite une pièce à cheminée dont la souche est en brique. Cette cheminée à piédroits et hotte droite en pierre de taille de tufeau est placée au centre du mur pignon adossé au coteau ; à sa gauche, du côté de la fenêtre se trouve un réchaud en pierre (appelé localement potager) dans lequel on plaçait la braise, surmonté d'un placard mural. Le comble de cette partie de la maison est accessible par une lucarne en façade. Sur la droite, une étable et une remise ont été creusées dans la roche.

Murs tufeau moellon
pierre de taille

Toit tuile plate
Étages en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans noue
toit à deux pans pignon couvert
Techniques

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.