Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bueil-en-Touraine (Indre-et-Loire) : collégiale Saint-Michel et Saint-Pierre-ès-Liens, projet de Jean Mauret pour 4 verrières

Dossier IM37002644 réalisé en 2016
Dénominations verrière
Aire d'étude et canton France - Indre-et-Loire
Adresse Commune : Bueil-en-Touraine
Adresse : Place Jean de Bueil

En juillet 2002, Arnaud de Saint-Jouan (architecte en chef des Monuments historiques) rédige une étude préalable relative à la restauration générale et à la mise en valeur intérieure de l’édifice. Il prévoit la création d'un ensemble de vitraux dans quatre baies de la nef et des chapelles sud afin de retrouver un éclairage intérieur satisfaisant. Il souhaite que les nouveaux vitraux soient en "parfaite cohérence avec le décor intérieur". Il propose une consultation auprès de plusieurs maitres-verriers (4 ou 5), retenus pour leurs références et leurs compétences.

Le marché pour la restauration générale et la mise en valeur de la collégiale paraît en décembre 2004. Le lot "vitraux" consiste en la création de vitraux neufs (28 m²). Le mois suivant, Jean Mauret envoie à la DRAC Centre un ensemble de maquettes avec plusieurs variantes, mais en août 2005 un courrier de Marc Botlan (Conservateur Régional des Monuments Historiques du Centre) l'informe que sa proposition n’a pas été retenue.

Les vitraux sont finalement réalisés par Claire Babet, maître-verrier installée en Eure-et-Loir.

Période(s) Principale : 1er quart 21e siècle , daté par source
Dates 2005, daté par source
Stade de création pièce originale de vitrail
Lieu d'exécution Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Édifice ou site : Atelier de Jean Mauret
Auteur(s) Auteur : Mauret Jean,
Jean Mauret (1944 - )

Artiste verrier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier

La collégiale Saint-Michel et Saint-Pierre-es-Liens est un édifice double constitué à l'ouest de l'ancienne église paroissiale Saint-Pierre-es-Liens et à l'est de la collégiale Saint-Michel. Les vitraux projetés par Jean Mauret concernent quatre baies de l'ancienne église Saint-Pierre-es-Liens : 10 et 12 (sud), 11 (nord) et 13 (ouest).

En janvier 2005 Jean Mauret adresse, en accompagnement de ses maquettes, une note d’intention à la Conservation Régionale des Monuments Historiques du Centre. Il y explique son projet qui s’inscrit selon lui dans la continuité d’une démarche qu'il mène depuis de nombreuses années : "mon but est de réaliser des vitraux qui s’intègrent à l’architecture et transforment la lumière naturelle extérieure en une lumière adaptée à la spiritualité du lieu. Avec ses peintures murales et la répartition des baies, l’église Saint-Pierre a besoin d’une ambiance douce et tonique à la fois, sans pénétration de couleur en grande surface. Les maquettes que je propose fonctionnent à partir de compositions de trames décalées qui servent de support à la couleur qui intervient ponctuellement et définit le plan des baies, là où se joue la transformation de la lumière et sa qualification. Les baies sud ont un maillage plus serré qui permet de poser davantage de couleurs et de créer une dynamique plus forte pour répondre à une lumière plus intense. Les verres employés seront des verres battus choisis dans une gamme d’opalescents plaqués et de verres structurés dans cette même gamme claire, de manière à obtenir des variations d’accroche à la lumière ; la partie blanche visible sur les maquettes ne sera donc pas uniforme et plate, mais animée par les différences de transparence des verres juxtaposés. La couleur se trouve canalisée à l’intérieur des « blancs » grâce à des contrastes de valeur, mais aussi des passages plus souples".

Les maquettes conservées à l'atelier présentent deux options très différentes : l'une propose un maillage légèrement décalé (les horizontales ne sont pas parallèles à la base de la baie) avec des points de couleurs aux intersections, l'autre expose une déstructuration totale du maillage.

Un vitrail d'essai a été réalisé en 2005. Il permet de mieux appréhender la volonté de l'artiste, en particulier la rupture très nette avec l’orthogonalité, la place importante accordée aux blancs et le choix très varié de verres (couleurs, noirs, industriels, opalescents...). On remarque également que même les barlotières accompagnent la déstructuration : elles ne sont pas droites mais présentent des lignes brisées, elles accompagnent véritablement le dessin du vitrail et apportent une dynamique à l'ensemble.

Catégories vitrail
Structures lancette, 2 lancette, 3 jour de réseau
Matériaux verre
plomb
Inscriptions & marques

Eglise classée au titre des Monuments historiques depuis le 31 octobre 1912.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections protection MH

Références documentaires

Documents d'archives
  • Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.

  • Conservation régionale des Monuments historiques, DRAC Centre : archives. Dossier collégiale Saint-Michel et Saint-Pierre-es-Liens.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie