Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien)

Dossier IA45002731 inclus dans Quai dit quai de Gien réalisé en 2006

Fiche

Précision dénomination Cale abreuvoir simple
Dénominations cale
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Gien
Hydrographies Loire la
Adresse Commune : Gien
Adresse : quai Lenoir

En février 1822, un projet de quai à Gien est rédigé par l'ingénieur Guiol. L'ingénieur en chef Jousselin n'est pas satisfait du projet et demande à l'ingénieur de l'arrondissement Bouchet de la Rupelle qu'il renouvelle l'étude. Ce dernier remet en mars 1823 un devis dans lequel il décrit l'état de dégradation dans laquelle se trouve la rive droite de la Loire à Gien et la difficulté d'obtenir une communication facile et d'une largeur convenable pour les deux routes n°160 et n°172. Le quai à construire doit compter quatre rampes d'abordage de 6 m de large. Les matériaux utilisés sont des pierre issues des carrières de Briare et des pierres de démolition des murs de ville, du sable et des cailloux de Loire. Les travaux du quai sont approuvés en janvier 1824 par le directeur général des Ponts-et-Chaussées et sont terminés en 1828. Les quais ont été en partie reconstruits suite aux destructions des bombardements de 1940.

Période(s) Principale : 1ère moitié 19e siècle
Dates 1823, daté par source
Auteur(s) Auteur : Bouchet de la Rupelle, ingénieur, attribution par source

Actuellement, le quai de Gien (rive droite) est composé de trois cales abreuvoir simples reliées par des perrés de rive. Les cales sont situées de chaque côté du pont et en face de la rue Jeanne d'Arc (anciennement rue des Saintes Claires). La cale abreuvoir simple située en aval du pont mesure 5 mètres de large et est orientée vers l'aval. Elle dispose d'un parapet et d'un garde-corps métallique. Perrés haut et bas verticaux. Le projet de quai proposé en 1823 par l'ingénieur Bouchet de la Rupelle préconisait à cet endroit une rampe d'abordage de 6 m de large et de 45 m de long avec une pente de 1/9e. La pente prévue pour les deux cales jouxtant le pont était moins douce que celle de la cale située en face de la rue Jeanne d'arc (1/10e) car on considérait que ces deux cales seraient surtout fréquentées par "les chevaux que l'on mènera boire et par des gens de pieds qui s'embarqueront dans les batelets". Cette cale a probablement été reconstruite car les dimensions actuelles ne correspondent pas à celles préconisées dans le devis de 1823.

Murs pierre
Typologies cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus souvent) ou vers l'aval

Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45155-11.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/1000e, détail, 1850. Par Boeckh (conducteur) ; Coumes (ingénieur). (archives départementales du Loiret, Liasse 46881). (cf. illustration n° IVR24_20084500777NUCA).

  • Encre et aquarelle, 151 x 49 cm (détail), 1773. (archives départementales du Loiret, C 336). (cf. illustration n° IVR24_20074500225NUCA).

  • Dans : Loire en Loiret, le patrimoine du val de Loire en images / le Cercle des cartophiles du Loiret, 2001. Carte postale d'après une gravure de Charles Pensée (1799-1871). (cf. illustration n° IVR24_20064500749NUCB).

  • Fonds Henrard n° 113. (cf. illustration n° IVR24_19924500203NB).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie