Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cale dite cale en tablier à quai incliné (port de la Poterne)

Dossier IA45002890 inclus dans Port dit port de la Poterne réalisé en 2009

Fiche

Précision dénomination cale en tablier à quai incliné
Dénominations cale
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Orléans
Hydrographies Loire la
Adresse Commune : Orléans
Adresse : quai du Châtelet

A partir du début des années 1830, il y a à cet endroit une cale (abreuvoir en long ou en tablier ?) d'environ 250 mètres de long qui figure pour la première fois sur le plan de l'ingénieur Navarre daté de 1834. Cet ouvrage, dont il existe un projet daté de 1826, était flanqué à chacune de ses extrémités (symétriquement) d'une portion de perré et d'une cale abreuvoir simple. Les travaux sont adjugés le 14 juillet 1832 et sont financés moitié par l'Etat et moitié par la ville. Il s'agit de redresser et d'élargir les quais de la rive droite en amont du pont Royal. En 1844, l'ingénieur Delaitre mentionne les saillies constituées par les cales du port de la Poterne ; ces saillies provoquent des déviations de courants et des remous. Il estime qu'il est nécessaire de supprimer tous les angles rentrants et sortants et qu'il faut unifier la largeur du chenal (celui-ci mesure de 80 à 120 mètres de large ce qui entraîne des ensablements). Il ajoute que ce travail procurerait des avantages certains, "sans parler de la satisfaction donnée au goût et à la perspective". Entre 1848 et 1855, la grande cale est prolongée en amont et en aval et est reliée aux cales abreuvoirs latérales (on supprime les portions latérales de perrés et la cale abreuvoir amont). Ces travaux uniformisent les bords de Loire et suppriment les décrochements que formait le port côté fleuve. Les prolongements présentent une pente plus douce pour faciliter l'accostage des bateaux. Les escaliers doubles datent de cette campagne de construction. La cale présente dorénavant une longueur de près de 500 mètres et se raccorde à l'amont à l'ancienne cale abreuvoir de la Tour Neuve. En 1865, on projette d'adoucir la pente de la partie centrale correspondant à l'ancienne cale construite en 1832 (entre les rues de la Poterne et du Guichet de Moi) pour faciliter la circulation des charrettes : la pente du glacis de 0,19 m pm est réduite à 0,12 m pm. Les travaux sont exécutés en 1866-1867. En 1869, l'ingénieur Sainjon propose de prolonger les glacis de la cale en amont de la rue de la Tour Neuve sur une longueur de 292 mètres, en raison de l'encombrement des quais à cet endroit et de la présence jusqu'au pont de chemin de fer de quantité d'industriels, de marchands de charbon de terre, de coke et de bois. Ces travaux ne sont pas réalisés. La cale est restaurée dans sa totalité en 2007 et les perrés qui menacent de s'effondrer depuis la crue de novembre 2008 sont consolidés en 2009.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle

La cale est située sur la rive droite, en amont du pont Royal. Elle mesure 25 mètres de large sur 650 mètres de long environ. La pente douce (11 %) descendant vers le fleuve facilitait la circulation des charrois. La disposition particulière des pavés (décrochements, arêtes saillantes) empêche de glisser. Les pavés sont pour la plupart réalisés en calcaire de Beauce. Les endroits plus sollicités (lieux de déchargements), les bords côté Loire notamment, sont renforcés par des rangées de pavés en grès. La cale est équipée d'organeaux posés en alignement et d'escaliers descendant vers le fleuve (dits escaliers d'abordage) : un escalier triple, deux escaliers doubles et six escaliers simples. Ces derniers permettaient de poursuivre le travail lorsque le niveau d'eau était bas.

Murs calcaire
grès
Typologies cale en tablier à quai incliné : pavement en pente douce vers le fleuve ne descendant pas jusqu'à l'eau car relayé par un petit mur de quai incliné qui plonge dans l'eau

Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45234-7.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Encre et aquarelle sur calque, Ech. 1/2000e, 62 x 31 cm, détail, 1891. (archives départementales du Loiret, 2 S 108).

  • Encre et aquarelle sur papier entoilé, 130 x 32,5 cm, détail, 1845. (archives départementales du Loiret, 2 S 66). (cf. illustration n° IVR24_20074500213NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, détail, 1869. Par Sainjon (ingénieur). (archives municipales d'Orléans, O 1073). (cf. illustration n° IVR24_20094500902NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, détail, 1869. Par Sainjon (ingénieur). (archives municipales d'Orléans, O 1073). (cf. illustration n° IVR24_20094500901NUCA).

  • Carte postale ancienne. (collection particulière Michel Lelait, Orléans). (cf. illustration n° IVR24_20064501004NUCAB).

  • Photographie ancienne. Par Chevojon (photographe). (archives municipales d'Orléans, 3 Fi 604). (cf. illustration n° IVR24_20094500906NUCB).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/ 2000e, 62,5 x 31 cm, 1865. Par Sainjon (ingénieur). (archives départementales du Loiret, Liasse 30942). (cf. illustration n° IVR24_20094500070NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, 42 x 31 cm, 1911. Par Pelletier (subdivisionnaire). (archives départementales du Loiret, 2 S 100). (cf. illustration n° IVR24_20074500276NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,001 m pm, 104 x 31 cm, détail, 1864. Par Sainjon (ingénieur). (archives départementales du Loiret, 2 S 65). (cf. illustration n° IVR24_20064500214NUCA).

  • Carte postale ancienne. (collection particulière Michel Lelait, Orléans). (cf. illustration n° IVR24_20064500996NUCAB).

  • Carte postale ancienne. (collection particulière Michel Lelait, Orléans). (cf. illustration n° IVR24_20064500993NUCAB).

  • Encre et aquarelle sur papier, 62 x 33 cm, 1834. Par Navarre (ingénieur). (archives nationales, site de Paris, F 14 6639). (cf. illustration n° IVR24_20074500799NUCA).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie