Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chambre des métiers d'Indre-et-Loire, actuellement Centre de soins spécialisés pour toxicomanes Port-Bretagne (26 rue Richelieu)

Dossier IA37005006 inclus dans Îlot T réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Appellations chambre des métiers d'Indre-et-Loire, office public d'aménagement et de construction d'Indre-et-Loire, centre de soins spécialisés pour toxicomanes Port-Bretagne
Destinations dispensaire
Dénominations immeuble de bureaux, siège d'association ou d'organisation
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction - Tours-Centre
Adresse Commune : Tours
Lieu-dit : Quartier sinistré nord
Adresse : 26 rue Richelieu
Cadastre : 2010 DZ 230

Instituée par décret le 5 octobre 1931, la Chambre des métiers d'Indre-et-Loire occupait depuis 1937 l'ancien hôtel Baudry au 7 rue de Lucé. Sinistrés en juin 1940, ses bureaux se retrouvent provisoirement installés rue Berthelot, en attendant la reconstruction d'un immeuble à l'usage exclusif de l'établissement. Le plan de remembrement de 1948 attribue à celui-ci une parcelle de l'îlot T, à l'angle de la rue de Jérusalem et de la nouvelle rue Richelieu. La conception de l'immeuble revient à l'architecte Jacques Boille, qui signe en octobre 1950 les plans annexés au permis de construire. Débuté fin 1951, le chantier est marqué par la visite de Jean-Paul Chapel, préfet d'Indre-et-Loire, venu le 4 février 1952 poser la première pierre du futur établissement. Les locaux de la Chambre des métiers sont inaugurés en 1954. En 1986, la structure transfère ses bureaux au sud de Tours, de l'autre côté du Cher, au sein d'un nouveau bâtiment. L'immeuble du 26 rue Richelieu est alors réinvesti pendant quelques années par l'Office public d'aménagement et de construction d'Indre-et-Loire (OPAC 37). Il est occupé depuis 2005 par le Centre de soins spécialisés aux toxicomanes (CSST) Port-Bretagne.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1951, daté par source
Auteur(s) Auteur : Boille Jacques, architecte, attribution par source
Personnalité : Chapel Jean-Paul,
Jean-Paul Chapel

Préfet d'Indre-et-Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
personnage célèbre, attribution par source

L'immeuble de bureaux est situé au croisement des rues de Jérusalem et Richelieu, à l'angle nord-ouest de l'îlot T. Sa construction a nécessité la réalisation de fondations spéciales, composées de pieux de béton fichés à plusieurs mètres de profondeur. Une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons constituent le gros-œuvre. L'édifice comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée, deux étages-carrés et un étage de comble. Il adopte un plan régulier qui ménage sur cour, à partir du premier étage, un angle rentrant de deux travées. L'une d'elle, éclairant la cage de l'escalier intérieur, est une bande verticale ininterrompue de pavés de verre. Les façades sur rue sont couvertes d'un simple enduit ciment. De la pierre de taille est disposée en assises régulières sur les deux façades sur rue. On dénombre quatre travées rue Richelieu et cinq travées rue de Jérusalem, soulignées chacune par des encadrements verticaux en pierre qui regroupent les baies des deux étages-carrés. Le niveau de soubassement présente un bossage continu avec plates-bandes en bâtière, ainsi que de grandes baies à imposte ouvrante protégées par un barreaudage métallique horizontal. Le premier étage dispose de fenêtres à demi-vantaux coulissants sous imposte fixe, montées sur un châssis en aluminium qui n'est pas d'origine. Au deuxième étage, des portes-fenêtres à imposte vitrée traduisent une hauteur sous plafond plus importante. Leur châssis en PVC atteste également leur remplacement récent. L'étage de comble est éclairé par cinq lucarnes à croupe. Le toit polygonal, qui accuse une plus forte pente que celui des immeubles mitoyens, est couvert d'ardoise. L'entrée de l'édifice rue Richelieu bénéficie d'un traitement particulier, qui rompt avec le bossage néoclassique du rez-de-chaussée. Quatre piliers en béton de granulats roses structurent un large porche en portique à caissons. Il précède une double-porte à imposte encadrée par un grand mur de pavés de verre.

Murs ciment enduit
béton armé
maçonnerie
moellon
pierre de taille plaquis
Toit ardoise
Plans plan régulier en L
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit polygonal
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
Typologies immeuble de bureaux, immeuble d'angle, façade en pierre de taille
Statut de la propriété propriété d'un établissement public communal

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Tours. Permis de construire 1951/n°539. Reconstruction de l'îlot T, parcelles 282 à 287, 1951-1953.

Documents figurés
  • Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). (cf. illustration n° IVR24_20113700673NUC2A).

  • Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). (cf. illustration n° IVR24_20113700672NUC2A).

  • Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). (cf. illustration n° IVR24_20113700651NUC2A).

  • Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). (cf. illustration n° IVR24_20113700650NUC2A).

  • Tours. Îlot T. Parcelle n°287. Chambre des Métiers / Jacques Boille. 1:50. 14 octobre 1950. 4 tirages : plan du rez-de-chaussée, coupe et élévations des façades sur rue (AC Tours. Permis de construire 1951/n°539).

Périodiques
  • Dans "l'îlot T" M. Chapel a posé la première pierre de la Chambre des Métiers qui célébrait en même temps son vingtième anniversaire. La Nouvelle République, 5 février 1952.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Fourchet Marie-Luce