Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chançay : parc et jardin d'agrément du château de Valmer

Dossier IA37005822 réalisé en 2016

Fiche

  • La terrasse des Fontaines florentines depuis le sud-est.
    La terrasse des Fontaines florentines depuis le sud-est.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • statue monumentale
    • fabrique de jardin
    • pavillon de jardin
    • escalier
    • canal de jardin
    • fossé de clôture de jardin
    • avenue de jardin
    • entrée de jardin
    • pont de jardin
    • clôture de jardin
    • bassin
    • serre
    • fontaine
    • puits
    • jardin potager
    • verger
    • terrasse en terre-plein

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Appellations Jardins du château de Valmer
Parties constituantes non étudiées statue monumentale, fabrique de jardin, pavillon de jardin, escalier, canal de jardin, fossé de clôture de jardin, avenue de jardin, entrée de jardin, pont de jardin, clôture de jardin, bassin, serre, fontaine, puits, jardin potager, verger, terrasse en terre-plein
Dénominations jardin d'agrément, parc
Aire d'étude et canton Département de l'Indre-et-Loire - Vouvray
Hydrographies Brenne (la)
Adresse Commune : Chançay
Lieu-dit : Valmer
Adresse : Château de Valmer
Cadastre : 2018 B 143 à 164 ; 166 ; 168 à 184 ; 703 à 707 ; 712 à 714

Catherine de Bueil est détentrice du fief de Valmer en 1434. Par acte du 23 juillet 1461, Jacques Binet, gouverneur du château de Tours et maître d’hôtel du roi et de la reine de Navarre, devient propriétaire de Valmer. La famille Binet reste propriétaire du domaine pendant près d’un siècle. C’est à Jean Binet IV, maire de Tours et maître d’hôtel du roi de Navarre, que l’on attribue la construction du château Renaissance, entre 1524 et 1529. Les douves et un escalier en vis reliant les douves à la terrasse de Léda sont les derniers témoignages de cette forteresse primitive, ainsi que la chapelle troglodytique aménagée en 1525 et consacrée en 1529. Les jardins en terrasses datent de cette époque.

Jean Coustely, maire de Tours et président de la Chambre des Comptes, est le nouveau seigneur de Valmer en 1562. Le 23 mai 1640, Thomas Bonneau, conseiller d’État et secrétaire du roi, en acquiert la propriété : il agrandit le château et le domaine en rachetant des parcelles avoisinantes. Il est à l’origine de la construction du Petit Valmer en 1647 pour servir de logement au régisseur du château. Ce logis sert actuellement de demeure aux propriétaires. Il fait édifier les communs, la nouvelle chapelle, la Haute terrasse et aménage le grand canal et le parc. Un plan daté de 1695 présente le domaine de Valmer dont la composition est globalement conservée.

La plupart des vases présents dans les jardins datent des 17e et 18e siècles, les statues des 18e et 19e siècles. La statue de Léda, présente au 17e siècle et jusqu’au début du 20e siècle, est aujourd'hui conservée au Metropolitan Museum of art de New York. Le vase dit "vase de Lorraine", date du 18e siècle, rapporté probablement dans la seconde partie du 19e siècle, proviendrait de la région de Metz. Trois colonnes provenant de Chanteloup (Amboise, Indre-et-Loire) sont installées sur la Haute terrasse et dans le parc au 19e siècle. Deux fabriques ornent le parc : le "vide-bouteille" est représenté dans le cadastre ancien (1816). Le "belvédère" du parc est érigé au 19e siècle. Enfin, les fontaines originaires d’Italie sont exposées sur la terrasse des Fontaines florentines à la demande du propriétaire Paul Lefèvre vers 1920.

Plusieurs propriétaires se succèdent aux 18e et 19e siècles. L'escalier reliant la terrasse de Léda au potager est ajouté au 18e siècle, tout comme l’entrelac de charmille plantée sur la Haute terrasse. Les deux Sophora japonica 'Pendula' de la terrasse des Fontaines florentines qui surplombent les douves sont probablement plantés entre la fin du 18e et le début du 19e siècle. Le grand cèdre, situé au nord de l’ancien château, semble avoir été planté au début du 19e siècle. Au cours du 19e siècle, des changements sont réalisés : l'avant-cour est un espace sans végétation, des vignes puis des pelouses sont présentes sur la terrasse de Léda.

Le renouveau des jardins est dû aux propriétaires actuels, qui entreprennent leur réhabilitation à partir des années 1970. Détruit en 1948 par un incendie, le château est suggéré par une structure d’ifs plantés dans les années 1990, au même emplacement. Entre 1979 et 2007, les douves sont aménagées en jardin, de nouvelles plantations sont réalisées sur les terrasses ; des liquidambars, des cyprès chauves et un double demi-cercle de charmes pyramidaux sont plantés, hors les murs, entre le potager et le grand canal. Depuis 1980, une collection de chênes est constituée par les propriétaires.

Les structures du potager sont reprises dans les années 1980 sur le modèle du potager figuré sur le plan de 1695. De 2001 à 2015, Alix de Saint-Venant et Sébastien Verdière (jardinier en chef) restaurent le potager et créent le potager-conservatoire dans le but de faire découvrir la diversité des plantes et des graines oubliées. A l’aide du catalogue Vilmorin de 1891, ils tentent de retrouver les plantes et légumes disparus.

Les jardins sont ouverts à la visite depuis le milieu des années 1980.

Période(s) Principale : 2e quart 17e siècle
Principale : limite 20e siècle 21e siècle
Principale : 1er quart 16e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle , daté par source
Auteur(s) Personnalité : Bonneau Thomas
Auteur : de Saint Venant Alix
Alix de Saint Venant

Propriétaire du domaine de Valmer, paysagiste et botaniste.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Verdière Sébastien, jardinier, attribution par source
Auteur : Lefèvre Paul, auteur commanditaire, attribution par travaux historiques
Personnalité : Binet Jean, commanditaire, attribution par travaux historiques

Les jardins et le parc de Valmer, respectivement de 5ha (dont 1ha de potager) et 60ha sont entièrement clos d’un mur d’enceinte. Jardins à flanc de coteau, ils sont répartis sur plusieurs niveaux et s'ordonnent selon deux grands axes : nord-sud et est-ouest. Les jardins sont aménagés sur cinq terrasses et reliées entre elles par un pont et des escaliers de taille et de forme différentes. Elles sont séparées les unes des autres par des murs dont certains sont surmontés d'un garde-corps en pierre et en brique.

L’accès au château se fait au sud par une allée de marronniers plantés en double alignement et terminée par une demi-lune. Cette allée conduit au portail d’entrée ouvrant sur la terrasse des Devants. Cette avant-cour est composée de cinq pièces de gazon, ornées de quatre statues sur piédestal et d'un vase. La terrasse dessert à l’est trois bâtiments de communs. Un pont en pierre enjambant les douves sèches relie la terrasse des Devants à la cour d’honneur située sur la terrasse des Fontaines florentines. Deux imposants Sophora japonica 'Pendula', dont les branches atteignent le fond des douves, encadrent la vue et opèrent la transition entre ces deux premières terrasses. La terrasse des Fontaines florentines se compose de deux parterres de gazon bordés de vivaces (pivoines arborescentes centenaires, glycines, rosiers). Une fontaine composée d'un bassin circulaire surmonté de deux vasques superposées et couronnées d'une statue d'angelot agrémente le centre de ces deux parterres.

La terrasse des Fontaines florentines permet d’accéder à la chapelle troglodytique à l’est et à l’emplacement de l’ancien château, symbolisé par une structure d'ifs taillés à l'emplacement du logis disparu, au nord. Un puits et un cèdre du Liban sont situés entre l’ancien château et le petit Valmer. Au nord, des allées bordées de pelouse et agrémentées de statues permettent d’accéder au parc ou à la Haute terrasse.

Composée d’une charmille délimitant quatre chambres de verdure et entièrement couverte de pelouse, la Haute terrasse accueille en son centre une colonne de pierre à tailloir surmontée d'un vase qui provient du château de Chantelou (à Amboise). Grâce à un mur de soutènement adaptant la déclivité naturelle du coteau, la Haute terrasse surplombe la terrasse des Fontaines florentines et les douves de près de quinze mètres. Elle offre des perspectives sur l'étagement des jardins en terrasse, les communs, la ferme, les vignes, le grand canal et la vallée de la Brenne.

La terrasse du Vase de Lorraine est située à l’ouest de la terrasse des Fontaines florentines. Elle s’organise autour de deux parterres rectangulaires de gazon de tailles inégales, séparés par une allée reliant la terrasse des Fontaines florentines à l'escalier qui mène à la terrasse de Léda. Le centre de chacun de ces parterres est agrémenté d’une sculpture bordée de vivaces dont celle, au sud, représente un putto tenant le vase de Lorraine qui donne son nom à la terrasse. Un escalier à double volée descend vers la terrasse de Léda formée de deux parterres de gazon bordés d’espèces végétales à fleurs blanches (rosiers, lauriers du Portugal, etc.). Entre ces deux parterres, un parterre géométrique planté de fleurs blanches accueille en son centre une sculpture représentant un jeune homme à l’oiseau. L’escalier à vis permettant de rejoindre les douves se trouve à l’extrémité sud-est de cette terrasse, caché derrière un if. Des lauriers taillés en boule sont disposés le long de la terrasse à l’ouest. Deux sculptures de lions encadrent l’escalier à double volée qui permet d’accéder à la terrasse des Vases d'Anduze. Une niche ménagée sous cet escalier abrite une statue de saint Fiacre sur un piédestal. Une ambiance méditerranéenne est suggérée sur cette terrasse grâce aux santolines et romarins. De part et d’autre d’un parterre rectangulaire de gazon sont disposés une série de vases et présentés des contreforts d’ifs entre lesquels s'épanouissent, palissés en éventail, les thyrses roses des Lagerstroemia indica 'Soir d'Eté'. Cette dernière terrasse est un espace intermédiaire pour accéder au jardin potager. Celui-ci est organisé autour d'un bassin circulaire central et de quatre carrés bordés de buis, divisés en quatre parcelles. Il présente des fleurs, des variétés de légumes et de graines alimentaires anciennes et actuelles. Des arbres fruitiers sont montés en espalier et contre-espalier contre les murs du potager. Le mur d'enceinte à l'ouest est flanqué de deux tourelles circulaires ayant servi au logement des jardiniers. Au nord-ouest, deux serres anciennes sont utilisées pour les semis.

Une ouverture au sud du potager permet de rejoindre l’ancien verger dont le tracé géométrique s’organise en quatre parcelles fleuries autour d’une plate-bande centrale circulaire. De cet espace, une ouverture est ménagée dans le mur de soutènement de la terrasse des devants pour accéder au jardin des douves sèches. Le pont reliant la terrasse des Devants à la terrasse des Fontaines florentines scinde l’espace en deux. Une collection d’Hydrangeacées est plantée le long des murs et des contreforts en ifs encadrent les massifs fleuris du mur sud.

Le parc boisé se développe au nord de la propriété. Il est ponctué de plusieurs vases, statues, colonnes et fabriques ("Belvédère", "Vide-bouteille"). Majoritairement traversé d'allées rectilignes, la partie ouest du parc s’organise autour du carrefour en étoile de la Florentine dont le centre est orné par une colonne provenant du péristyle du château de Chanteloup.

Situé en dehors de l'enceinte du château et à l'ouest de la voie communale n°6, le grand canal, qui servait également de vivier, est une pièce d'eau rectangulaire qui s'étend sur une longueur de 450 mètres et une largeur de 30 mètres. Orienté selon un axe nord-est sud-ouest, il est creusé parallèlement à la Brenne qui l'alimente.

Plans jardin régulier
Élévations extérieures jardin en terrasses
Escaliers escalier de distribution extérieur
Jardins arbre isolé, bois de jardin, groupe d'arbres, labyrinthe de jardin, topiaire, parterre de gazon, plate-bande
Techniques sculpture
Représentations lion putto vase colonne femme saint Fiacre

Le domaine de Valmer possède le label « Jardin remarquable » depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. Entre 2006 et 2015, les gourdes (Lagenaria) de la pergola ont obtenu la distinction du Conservatoire de Collection Végétale Spécialisée.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Éléments remarquables terrasse en terre-plein
Protections inscrit MH partiellement, 1930

Précisions sur la protection

Le chandelier-vase décoratif de jardin (vase-flambeau dit vase lorrain) est classé monument historique au titre des objets depuis le 14 mars 1997.

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan général en couleurs du parc de Valmer, comme il est présentement fait en 1695/ J. Vacquier. 1/200 toises. (Archives privées du château de Valmer).

  • Extrait du cadastre napoléonien, Section B1 de Valmer/ Levé par M. Pallu, géomètre. échelle 1:2500.1816. 1 plan : encre et coul. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P 6NUM10/052/005).

Bibliographie
  • BERLUCHON, Laurence. Jardins de Touraine. Tours : Arrault et Cie, maîtres imprimeurs à Tours. 1940.

  • LEROUX, Jean-Baptiste, SUREAU, Jean-Louis. Jardins en Touraine. Tours : Conseil Général d’Indre-et-Loire, Paris : Imprimerie nationale Éditions, 2006.

  • PRALUS, Sylvie Anne. Valmer, un jardin en Touraine du XVIIe siècle à nos jours. Reims : Mémoire de Maîtrise : Université de Reims Champagne-Ardenne : 2003.

  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Mayenne : Joseph Floch éditeur. 1971, 5e édition. (1ère édition Tours, 1930).

  • SAINT VENANT, Alix de, MATHIAS, Xavier. Le potager d'Alix de Saint Venant au château de Valmer. Comment cultiver mille et une plantes classiques ou insolites. Paris : Éditions du Chêne, 2010.

  • WEILL, Joëlle. Pré-Inventaire des parcs et jardins d’intérêt historique, botanique et paysager du Centre. Jardin d'agrément et parc du château de Valmer. Ministère de la Culture, direction de l’architecture et du patrimoine et Ministère de l’écologie et du développement durable. Août 1988. [dossier].

  • DE LUCINGE, Françoise. Premier inventaire des parcs et jardins en région Centre du Château de Valmer. Union Régionale des Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Région Centre. Juin 1991. [dossier APJRC].

  • DESTERNES, Xavière. Inventaire des Parcs et Jardins en Région Centre. Parc et jardins du château de Valmer. Août 2007. [dossier APJRC].

Multimedia
  • KRAEMER Céline, ERRECA, Jean-Baptiste. Mémoires du futur. Orléans : production APJRC, 2012. 1 film documentaire (13 min).

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Association parcs et jardins région Centre-Val de Loire - Paucton Arnaud - Potillion Charlène
Charlène Potillion

Chargée d'études (Association parcs et jardins de la Région Centre-Val de Loire)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Quentin Michèle
Michèle Quentin

Déléguée de l'association Parcs et Jardins en Région Centre-Val de Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.