Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Charlé : ferme

Dossier IA37005219 réalisé en 2010
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Canton de Bléré
Adresse Commune : Cigogné
Lieu-dit : Charlé
Cadastre : 1823 A1 19-20 ; 2010 YC 10

Deux métairies sont identifiées à Charlé au 17e siècle, l'une appartenait à l'église de Tours. Cependant, le logis le plus ancien ancien, dont subsiste une baie à chanfreins et une partie des pierres d'encadrement de la porte, date de la fin du 15e ou du 16e siècle puis a été modifié. La grange qui lui est accolée ne figure pas sur le plan cadastral de 1823, contrairement à la grange à porche. La maison à l'entrée de la cour date probablement du 17e siècle mais a été très remaniée. Avant la Révolution, l'église de Tours était propriétaire de l'ensemble du domaine qui fut vendu comme bien national en 1791. La porcherie, présente sur le plan de 1823, date de la fin du 18e siècle ou du début du 19e siècle. La mare est conservée, au même emplacement que celui indiqué sur le premier plan cadastral.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Secondaire : 20e siècle

Charlé est une grande ferme isolée qui regroupe plusieurs corps de bâtiments délimitant une vaste cour rectangulaire orientée nord-ouest, sud-est. Les bâtiments s'organisent ainsi : au nord-ouest, une maison en moellons dont le pignon ouest a été réenduit et les encadrements des ouvertures de la façade sur cour remaniés. Le pignon est, découvert, est mieux conservé bien que les rampants soient émoussés. Le comble à surcroît était desservi par une simple ouverture surmontant la fenêtre du rez-de-chaussée. Le toit à deux pans est couvert en tuile plate. La façade postérieure, en petits moellons de calcaire, est mieux conservée ; elle est percée d'une petite baie rectangulaire surmontée d'une pierre formant linteau portant l'inscription : Emile Laca. On ignore de qui il s'agit. A quelques mètres de la maison, dans son prolongement vers l'est, se dresse un hangar sur charpente couvert en tôle ondulée. La moitié du mur nord est reconstruit en parpaing mais l'autre moitié, vers l'est, est bâti en moellons de calcaire ; ce mur est percé de cinq baies rectangulaires de dimensions identiques avec encadrements en pierre de taille. Un second hangar maçonné lui est accolé. Fermant la cour à l'est, un long corps de bâtiment abrite un ancien logis médiéval dont subsiste une porte remaniée et une baie à chanfreins. Il comprenait une seule pièce à feu. La séparation entre le logis et la grange, sans auvent ni porche, qui lui est accolée, est visible au niveau de la souche de cheminée en brique. La charpente est à pannes, chevrons, poinçons et sous-faîtage. L'ensemble du bâtiment est couvert d'un toit à longs pans en tuile plate. A l'est, accolée perpendiculairement à cette grange, se dresse une autre grange, à porche, bâtie en moellons enduits et couverte en tuile plate avec des reprises en tuile mécanique. L'enduit de la façade et du pignon ouest en rendent la datation difficile mais on devine les formes d'un bâti antérieur à la construction du porche, en particulier la présence d'une porte en plein cintre. La mare, au sud, est bordée par un mur en moellons. Lui faisant face, la porcherie ferme la cour au nord. C'est un bâtiment en moellons enduits, avec une haute lucarne placée au centre de la façade et interrompant le toit. Quatre abris pour les porcs sont aménagés, chacun avec porte à linteau en bois et petite baie rectangulaire à faible hauteur du sol. A gauche de la porcherie subsiste l'un des piliers de l'ancien portail.

Murs enduit
moellon
Toit tuile plate, ardoise, tuile mécanique, tôle ondulée
Étages sous-sol
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
noue
Typologies grange à porteau
États conservations inégal suivant les parties

Mare conservée.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.