Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de Blois, aile Gaston d'Orléans

Dossier IA41000076 inclus dans Château de Blois réalisé en 1988

Fiche

Le corps ouest, aujourd'hui appelé aile Gaston d'Orléans, correspond dans ses grandes lignes à celui projeté par Mansart : il comprend un corps central rectangulaire, flanqué de courtes ailes en retour côté cour et deux pavillons d'angle en très forte saillie du côté des terrasses de Marie de Médicis. Ce plan n'est pas aussi symétrique qu'il y paraît, car la façade sur cour n'est pas construite sur le même axe que l'autre, et l'aile sud est beaucoup plus large que l'aile nord, limitée par le mur médiéval et la tour Châteaurenault. Mais cette irrégularité, habilement dissimulée, n'apparaît qu'à la lecture du plan et à l'intérieur, de la cage d'escalier. Actuellement, le bâtiment présente trois façades aux yeux du visiteur, celle sur cour, celle de l'aile latérale du côté de la terrasse du Foix et celle sur les fossés. La façade de l'aile nord n'a jamais été réalisée, mais les arrachements visibles sur le pavillon situé derrière la tour de Châteaurenault prouvent que sa construction était prévue.

La façade sur cour, constitue la partie la plus intéressante de l'édifice par sa composition et son ornementation. Un pavillon de trois travées, légèrement plus élevé, en occupe le centre et s'en détache par une très faible saillie. De part et d'autre, les élévations sont rythmées par de doubles pilastres à ordres superposés, portant à chaque niveau une puissante corniche. Sur cette façade, assez sévère et fortement architecturée, se détachent les lignes directrices de la composition, soulignées par la répartition de la sculpture et par la double colonnade dorique qui réunit au rez-de-chaussée l'axe central aux ailes latérales. La colonnade, aujourd'hui isolée des façades, y était à l'origine rattachée de chaque côté par une petite terrasse.

Le parti général de cette façade rappelle encore celui du Luxembourg et celui d'autres oeuvres de Salomon de Brosse, comme le château de Coulommiers : au premier Blois emprunte les pavillons jumelés (prévus dans le projet) et au second les angles adoucis par des parois concaves. D'autres détails, le doublement des pilastres, le frontispice de l'avant-corps et la superposition des frontons dérivent de cette tradition ; mais le génie de Mansart apparaît à Blois dans la composition pyramidale et dans le traitement des masses, réunies par la ligne continue des toits, dépourvus de parties hautes. Son habileté se révèle particulièrement dans la dissimulation des terrassons des toitures (invisibles depuis la cour) et dans l'exploitation subtile qu'il fait de la dénivellation, rachetée par la surélévation de la façade sur cour.

Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Blois centre
Adresse Commune : Blois
Adresse : place du Château
Cadastre : 1980 DN 414

1498, 1514 : constructions de Louis XII, bâtiments est et sud, chapelle Saint Calais, galerie du bâtiment ouest, aménagement des jardins.

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 1er quart 16e siècle
Auteur(s) Auteur : auteur inconnu,
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Bibliographie
  • COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers du patrimoine, 35).

    p. 221-233
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Cosperec Annie