Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Châteauneuf-sur-Charente (Charente) : église Saint-Pierre, 12 verrières de Jean Mauret

Dossier IM16004164 réalisé en 2017
Dénominations verrière
Aire d'étude et canton France - Charente
Adresse Commune : Châteauneuf-sur-Charente
Adresse : Boulevard Charles Franc

En 1991, dans le cadre d'une opération de restauration et de mise en valeur de l'édifice, un appel d’offre est lancé pour la création de vitraux (21 m²) dans l'église Saint-Pierre de Châteauneuf-sur-Charente : collatéral nord (baies 15, 17, 19, 21), collatéral sud (baies 10, 12, 14, 16 et 18), bras sud du transept (baie 8), façade ouest (baie 20) et clocher (baies 11 et 13). Les créations projetées doivent remplacer des "grisailles" en mauvais état. Les vitraux XIXe des baies gothiques du chœur et des chapelles latérales ayant été restaurés quelques années auparavant, il n'est pas envisagé de les remplacer.

Le texte rédigé en décembre 1991 par Philippe Oudin, architecte en chef des Monuments historiques, pour le concours de vitraux précise que "le projet est conçu pour adoucir la rigueur des restaurations du siècle dernier", qu'il "n’y a pas de thème particulier retenu" et que "l'originalité de l’œuvre devra être recherchée au niveau du graphisme, des plombs et de la gamme des couleurs des verres nuancés par les touches de grisaille".

Cinq verriers sont consultés pour ce concours : Guy Le Chevalier, Gérard Lardeur, Jean-Paul Froidevaux, Jean Mauret et Louis-René Petit. Le jury retient le projet de Jean Mauret suite à l'examen le 27 février 1992 d'un vitrail d'essai placé in situ. Il en est informé par le directeur régional des affaires culturelles le 11 mars 1992.

La maîtrise d’œuvre est conjointement assurée par Bernard Brochard, inspecteur en chef des Monuments historiques, et Philippe Oudin.

L'exécution des vitraux s'étale sur plusieurs années, suivant plusieurs tranches probablement. En mars 1994 seuls les vitraux de création des baies 15, 17, 19, 21 et 12 sont faits et prêts à poser. On ne sait pas exactement quand l'ensemble des travaux s'achève. Seul un mémoire récapitulatif général daté du 12 février 1996 atteste de leur exécution suivant le devis de février 1992 : création de vitraux dans les baies des collatéraux nord et sud (10, 12, 14, 15 à 19, 21), du bras sud du transept (8) et du clocher (11 et 13). La rose ouest (baie 20), qui devait initialement être remplacée par une création, a finalement été restaurée par Jean Mauret (remise en plomb et blason restitué).

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1992, daté par source
Stade de création pièce originale de vitrail
Lieu d'exécution Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Édifice ou site : Atelier de Jean Mauret
Auteur(s) Auteur : Mauret Jean,
Jean Mauret (1944 - )

Artiste verrier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier

Les 12 vitraux de création réalisés par Jean Mauret pour l'église Saint-Pierre de Châteauneuf-sur-Charente sont placés dans le collatéral nord (15, 17, 19, 21), le collatéral sud (10, 12, 14, 16, 18), le clocher (11 et 13) et sur la face ouest du bras sud du transept (8).

La composition de ces 12 verrières souligne la forme cintrée des baies. Les verres employés sont principalement des blancs et des gris opalescents. Certains sont gravés, soit à l'acide (bandes), soit à la meule (lignes de points). Les tons jaunes, très lumineux et variant du jaune à l'orangé ou du jaune au vert, sont obtenus par l'application de jaune d'argent.

Dans la nef, les tonalités sont différentes suivant l'orientation des baies : au nord, les bordures sont grises opalescentes et soulignées d'un mince filet de jaune d’argent. La partie centrale s'articule autour d'une fine colonne entourée de bandes larges et étroites. Ces bandes sont rythmées de rectangles blancs opalescents et de carrés traités au jaune d’argent. L'ensemble forme une sorte de quadrillage.

Au sud, la bordure est beaucoup plus lumineuse car traitée en totalité au jaune d’argent. La partie centrale reprend le même principe qu'au nord, mais s'articule autour d'une colonne plus large.

Les deux verrières du clocher (baies 11 et 13) et celle du bras sud du transept (baie 8) présentent également un principe identique, cependant elles sont plus colorées (jaune, jaune orangé et jaune vert).

En février 1992, l'artiste a rédigé une note à l’attention des membres du jury pour expliquer son projet, en particulier le panneau d'essai qu'il présente in situ :"le vitrail d’échantillon a été réalisé avec des verres légèrement colorés et transparents dans la partie centrale avec un jus de grisaille sur les parties peintes avec des points. Je vous joins trois échantillons de verre plus ou moins opaques qui pourraient également être utilisés, ce qui éviterait l’utilisation de grisaille en surface et donnerait plus d’unité à l’ensemble ; les verres les plus transparents étant placés davantage en partie nord un travail de gravure permettant des nuances de lumière ponctuellement». L'observation des vitraux finalement réalisés montre que Jean Mauret a effectivement remplacé le jus de grisaille par l'utilisation de verres opalescents. On note également que les points noirs de grisaille du panneau d'essai ont été remplacés par des points gravés à la meule sur les verrières définitives.

Catégories vitrail
Structures baie libre
Matériaux verre
plomb
Précision dimensions

h=178. la=61 (baie 8). h=206. la=70 (baie 10). h=326. la=65 (baie 11). h=205. la=68 (baie 12). h=386. la=53 (baie 13). h=203. la=69 (baie 14). h=222. la=65 (baie 15). h=202. la=66 (baie 16). h=221. la=67 (baie 17). h=205. la=68 (baie 18). h=218. la=64 (baie 19). h=220. la=68 (baie 21). Dimensions approximatives.

Inscriptions & marques inscription concernant l'auteur, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Signature en bas de la verrière 10 : JM.

États conservations mauvais état
Précision état de conservation

Beaucoup de casses dues à l'absence de grillage de protection. Neuf vitraux sur douze comportent des pièces cassées.

Église classée au titre des Monuments Historiques depuis 1862.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections protection MH

Références documentaires

Documents d'archives
  • Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.

  • Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, cote 2012/9/12. Vitraux de l'église Saint-Pierre de Châteauneuf-sur-Charente.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie