Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chauvigny (Vienne) : église Saint-Pierre, 25 verrières de Jean Mauret

Dossier IM86004253 réalisé en 2017
Dénominations verrière
Aire d'étude et canton France - Vienne
Adresse Commune : Chauvigny
Adresse : Plan Saint-Pierre

Jean Mauret a réalisé 25 vitraux de création dans l'église Saint-Pierre de Chauvigny au cours de deux périodes : 1994-1996 (nef et baie ouest) et 2003-2004 (transept et chœur).

La première phase débute en avril 1994, date à laquelle Jean Mauret adresse un devis au conservateur régional des Monuments historiques de Poitou-Charentes pour la création de vitraux dans les dix baies des collatéraux et dans la grande baie ouest (30,70 m² au total). Un mémoire daté de décembre 1996 atteste de l'exécution des travaux.

Alors que cette campagne n'est pas totalement achevée, en juillet 1996, l'architecte en chef des Monuments historiques François Jeanneau remet une étude préalable (approuvée en juillet 1997) relative à la remise en état générale intérieure de l'édifice. Outre la restauration du décor peint, des huisseries et de l'orgue, il est prévu de placer des vitraux de création contemporaine dans toute l'église hormis les onze déjà en cours de réalisation, et certaines verrières historiées du chœur à restaurer (baies 3, 4, 100, 101, 102). Il est demandé à Jean Mauret de proposer des maquettes suivant le modèle des vitraux de la nef ainsi qu'un premier devis relatif aux sept baies du transept (21 m²). Ce devis est envoyé en septembre 1996 à Bernard Brochard, inspecteur des Monuments historiques qui pense qu'il faut poursuivre le programme de création de Jean Mauret pour des "raisons évidentes d'unité d'aspect" (avis d'octobre 1996).

Pour des motifs inconnus (de budget ?), les travaux ne démarrent pas tout de suite et il faut attendre janvier 2001 pour qu'il soit à nouveau question du projet. A cette date, François Jeanneau rédige un projet architectural et technique (PAT) faisant suite à l'étude préalable de juillet 1996. Il y rappelle notamment que, pour les vitraux, il est envisagé de poursuivre le principe de création déjà réalisé par l’atelier Mauret dans la nef. Les douze baies concernées par le PAT sont placées dans le transept et dans les chapelles du chœur.

Le 4 juin 2003, l’offre de création de vitraux proposée par Jean Mauret est acceptée par la Direction régionale des affaires culturelles. Cette même année, il est décidé que, contrairement à ce qui était prévu dans le PAT, les baies 101 et 102 recevront des vitraux de création au lieu de conserver leurs anciens vitraux. Un nouveau devis est dressé dans ce sens.

Les travaux débutent le 10 juin 2003 et se terminent en juin 2004. La restauration des vitraux des baies 100, 3, 4 est également effectuée par Jean Mauret durant l'année 2003.

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle, 1er quart 21e siècle , daté par source
Dates 1994, daté par source
2003, daté par source
Stade de création pièce originale de vitrail
Lieu d'exécution Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Édifice ou site : Atelier Jean Mauret
Auteur(s) Auteur : Mauret Jean,
Jean Mauret (1944 - )

Artiste verrier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier

Les 25 vitraux réalisés par Jean Mauret pour l’église Saint-Pierre de Chauvigny sont issus de deux campagnes de travaux, 1994-1996 et 2003-2004.

La première phase concerne 11 vitraux situés dans les baies de la nef (110 à 119) et de la façade occidentale (120). Ces vitraux présentent une composition générale identique, tout en étant cependant tous légèrement différents les uns des autres.

La partie centrale des vitraux est constituée d’une alternance de bandes étroites horizontales (rectangles blancs opalescents et transparents et petits carrés colorés) et de bandes plus larges formés de rectangles verticaux transparents. On observe qu'il y a une progression dans la composition depuis l'est vers l'ouest, les bandes larges comptant de plus en plus de plombs verticaux.

La partie centrale est bordée de trois bandes, la première (à l’extérieur) en verre gris opalescent, la deuxième composée de rectangles transparents et de petits carrés colorés et la troisième constituée de petits carrés transparents.

Les verres transparents sont très légèrement teintés (vert, beige ou gris). Les petits carrés présentent une grande variété de coloris : ocre, jaune, orangé, rouge, vert et noir.

La seconde campagne a porté sur les vitraux du chœur (baies 0, 1, 2, 5, 6, 101 et 102) et du transept (baies 103 à 109). Ces 14 vitraux sont plus colorés que ceux réalisés en 1994-1996. Ils présentent tous une large bordure constituée de carrés colorés (ocre, jaune, vert, bleu, rouge, orangé), noirs ou gris et blancs opalescents. Les parties centrales diffèrent :

- empilement de bandes étroites horizontales (transparentes ou blanc opalescent, baies 1, 2, 5, 6),

- sur un fond blanc opalescent, un quadrillage blanc opalescent dont les intersections sont marquées de petits carrés colorés (noir, rouge, orangé, baies 103 à 109),

- sur un fond de bandes étroites transparentes horizontales, alignements de petits rectangles rouges, rouilles et orangés (baie 0),

- deux bandes verticales légèrement décalées et constituées de grands carrés transparents (baies 101 et 102).

Les tympans des verrières sont souvent soulignés d’un grand arc plein cintre jaune. Ils peuvent aussi être agrémentés d’une croix à branches égales (baie 0) ou d’une découpe tripartite (baies 5 et 6).

Certains verres colorés sont travaillés au jaune d’argent pour apporter une plus grande variété de nuances de teintes. Les coloris des verres employés rappellent ceux des éléments peints de l’église (chapiteaux, colonnes, murs) : ocre, jaune, rouge, brun.

Les verres transparents (nuances légères de verts et de gris) sont omniprésents, surtout dans les parties centrales des compositions.

On observe enfin que les vitraux ne sont pas protégés à l'extérieur par un grillage.

Catégories vitrail
Structures baie libre
Matériaux verre
plomb
Précision dimensions

h=200. la=86 (baie 0). h=280. la=140 (baie 1). h=220. la=67 (baie 2). h=220. la=90 (baie 5). h=210. la=88 (baie 6). h=119. la=36 (baie 101). h=119. la=36 (baie 102). h=288. la=71 (baie 103). h=280. la=80 (baie 104). h=280. la=80 (baie 105). h=280. la=80 (baie 106). h=280. la=80 (baie 107). h=280. la=80 (baie 108). h=280. la=80 (baie 109). h=270. la=95 (baie 110). h=291. la=135 (baie 111). h=260. la=95 (baie 112). h=295. la=135 (baie 113). h=252. la=90 (baie 114). h=290. la=139 (baie 115). h=271. la=88,5 (baie 116). h=285. la=131 (baie 117). h=311. la=124 (baie 118). h=243. la=95 (baie 119). h=400. la=250 (baie 120). Dimensions approximatives.

Inscriptions & marques
États conservations bon état

Église classée au titre des Monuments Historiques depuis 1846.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections protection MH

Références documentaires

Documents d'archives
  • Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie