Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chauvinière : manoir dit manoir de La Chauvinière

Dossier IA37004936 réalisé en 2016

Fiche

Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Vallée de la Brenne - Château-Renault
Adresse Commune : Le Boulay
Lieu-dit : La Chauvinière
Cadastre : 1835 D3 238 ; 2018 D 441

Ancien fief relevant du Plessis-Auzouer, appartenant à un dénommé Chauvin (à l'origine du nom ?) en 1567. Il appartient à la famille de Mareschau de la fin du 16e siècle à la Révolution. Entre 1899 et 1976, La Chauvinière appartient à la famille Aron, dont Émile Aron, professeur de médecine.

En 1785, La Chauvinière est décrit comme consistant en "château et principal manoir du dit lieu et seigneurie de la Chauvinière composé d'un grand corps de logis dans lequel il y a plusieurs chambres et cabinets, un vestibule d'entrée distribuant aux appartemens, une chapelle, cuisine, fournil, serrebois et caves sous le dit bâtiment, grenier et comble sur le tout couvert en ardoise, une grande cour avec portail d'entrée au midy, un logement pour le fermier et autres chambres, grenier dessus, écuries, et remises dessous, ayant leur entrée au levant, une grange, étable, bergerie, toit à pors, une grande cour entre les dits batiments et le jardin avec deux grands portails d'entrée, l'un au midy et l'autre au couchant, un jardin pour le fermier derrière lesdittes granges, étables et écuries, le tout de contenance de trois quartiers quatorze chénées ou environ la plus part entouré de gros murs le surplus de hayes vives et fossés en dépendants".

Le manoir passe pour avoir été reconstruit au 19e siècle (Audin, Couderc, Montoux) mais il semble que cet édifice ait conservé ses caractéristiques du 16e siècle (fenêtres à meneaux, charpente à chevrons formant fermes, cheminées à larges hottes) et les modifications de cette période ont dû se limiter aux lucarnes et à l'ouverture de baies.

Les bâtiments de la ferme datent du 19e siècle. Les stalles de l'écurie ont été fabriquées par Barillot et Jardillier à Paris.

Période(s) Principale : 16e siècle
Secondaire : 19e siècle

Le site se compose d'un logis principal et d'un logis secondaire (ancien logis du fermier), tous les deux placés sur une terrasse dont le mur est maintenu par des contreforts, surplombant un étang et la vallée du Gault en contrebas.

Le logis principal est composé de trois corps de bâtiments rectangulaires accolés, construits en moellon enduit et pierre de taille (encadrement des baies, rampants, lucarnes, corniches) et couverts de toits à longs pans en ardoise à pignons découverts. L'entrée se fait aujourd'hui par un perron donnant accès à une porte ayant remplacé une ancienne fenêtre à meneau. L'accès d'origine se faisait par une tour dans-oeuvre en façade, à base rectangulaire, abritant un escalier en vis en pierre distribuant l'étage de comble et deux étages de soubassement occupés par des caves et des cuisines. Les baies d'origine sont chanfreinées.

Le logis secondaire, à étage de soubassement et rez-de-chaussée, est construit en moellon enduit et pierre de taille et couvert de toits à longs pans en tuile plate.

La ferme, située à l'est, se compose d'un logis, d'un corps de bâtiment (abritant écuries et grange) et d'un corps de bâtiment (abritant étables et logis du commis), construit en brique et moellon enduit et couverts de toits à longs pans en tuile plate, organisés autour d'une cour ouverte. La charpente de la grange possède la particularité de reposer sur deux arcs en brique.

Murs pierre moellon enduit
pierre pierre de taille
brique
Toit ardoise, tuile
Étages 2 étages de soubassement, rez-de-chaussée, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. E 119.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. E 315.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P3 339. Registre présentant les augmentations et diminutions survenues dans les contenances et revenus portés sur les matrices cadastrales. 1838-1882.

Documents figurés
  • Cartes postales de Touraine : Le Boulay. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 030).

  • Carte postale. (Collection privée).

  • La Chauvinière, plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 030).

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition).

  • COUDERC, Jean-Marie, AUDIN, Pierre, HUBERT, Martine. Dictionnaire des communes de Touraine. Chambray-les-Tours : C.L.D., 1987. 967 p.

  • MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Quatrième série. CLD, 1979.

Périodiques
  • AUDIN, Pierre. Le bassin de la Brenne : douze communes au riche passé. Rivières tourangelles, la Brenne (sous-affluent de la Loire). Société d’Étude de la Rivière Indre et ses Affluents (SERIA), n°2, 2001, p 31-40.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud