Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chevilleau : ferme

Dossier IA28000043 réalisé en 2013

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées grange, étable, écurie, toit à porcs, poulailler, bergerie, puits
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Thiron-Gardais
Adresse Commune : La Croix-du-Perche
Lieu-dit : Chevilleau
Cadastre : 1814 B2 175, 179, 180 ; 2013 ZE 60, 61
Précisions

Au début du 19e siècle, le lieu-dit est divisé en deux propriétés, soit deux fermes appartenant à deux familles de cultivateurs différentes : les Binois et les Chevreau.

En 1832, Joseph Romain-Môle, professeur de physique et de mathématique à Chartres, achète les deux fermes qu’il réunit en une seule propriété et baille à ferme à M. Bouilly. Le bâtiment en "L", à l’origine divisé en deux bâtiments distincts, semble dater, en ce qui concerne sa structure, du début du 19e siècle (voire un peu avant). Il a été très modifié par la suite. Présent en 1814 sur le plan cadastral, un troisième bâtiment situé à l’est de l’ensemble a été reconstruit par la suite. En 1847, la municipalité voisine de Thiron-Gardais souhaite démolir l’ancienne halle de son bourg et vendre les matériaux. L’année suivante, Joseph Romain-Môle s’en porte acquéreur. La halle est reconstruite en 1856 (date portée sur l’enduit, ainsi que l’inscription CMC, probablement les initiales du maître d’œuvre, inconnu) au sud de la ferme pour servir de betteraverie.

En 1859, la propriété entre dans le giron de la famille Chellet de Kerdréan. Dans l’acte de vente les bâtiments sont succinctement décrits : sept bâtiments constituent la ferme (un bâtiment principal [logis, écurie], deux granges, une bergerie, une halle, un poulailler et toit à porcs). La transformation du bâtiment en "L" semble remonter à la seconde moitié du 19e siècle, commanditée par les Chellet de Kerdréan. En 1904, la ferme (ainsi que tout le domaine réuni par les Chellet de Kerdréan) est vendu à Joseph Dulong de Rosnay, propriétaire du château de Frazé. Ce dernier modernise considérablement la ferme : reconstruction de la bergerie, construction de remises, de hangars, modification des ouvertures du bâtiment en "L". Dans la seconde moitié du 20e siècle, le logis est transformé (agrandissement d’ouvertures, suppression du fournil et de la laiterie).

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates 1856, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Chellet de Kerdréan Olivier Marie Auguste,
Olivier Marie Auguste Chellet de Kerdréan
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par source
Personnalité : Dulong de Rosnay Joseph, commanditaire, attribution par source
Auteur : Romain-Môle Joseph, commanditaire, attribution par source

Située dans la partie est de la commune, la ferme comprend quatre bâtiments répartis autour d’une cour ouverte. Le bâtiment principal adopte un plan en "L". L’aile nord, qui abrite le logis (salle et chambre), le cellier et une écurie, est en rez-de-chaussée surmonté d’un comble à usage de grenier. L’aile ouest abrite la grange et l’étable. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein (aile nord) ou à pierre vue. Les murs de l’aile ouest sont rehaussés en pan de bois hourdés en terre ou en brique. Les encadrements des baies, les chaînages d’angle et les jambes harpées sont en brique.

Située à l’est de l’ensemble, la bergerie possède des murs en moellons de silex jointoyés. Un plancher métallique (poutres et solives métalliques, entrevous en brique en berceau segmentaire) sépare le rez-de-chaussée du comble à surcroît (grenier accessible par une lucarne pendante). Les encadrements des baies, les chaînages d’angle et les jambes harpées sont en brique. L’ancienne halle, devenue la betteraverie, s’élève sur deux niveaux : rez-de-chaussée, un étage carré et un comble à surcroît. Les murs du rez-de-chaussée sont en moellons de silex, ceux de l’étage sont en brique ou en pan de bois hourdés en terre. Au niveau d’un hourdis, l’enduit porte la date 1856 et l’inscription CMC. Une remise et un hangar situé à l’ouest complètent l’ensemble.

Un puits (pompe à bras) se situe au centre de la cour.

Les toits à longs pans et à croupe (betteraverie) sont couverts en tuile plate ou en ardoise (hangar).

Murs silex moellon enduit
pan de bois
brique
Toit tuile plate, ardoise
Étages comble à surcroît
Couvrements
Couvertures toit à longs pans croupe
États conservations bon état

L’histoire assez bien connue de cette ferme, ses dimensions importantes et la diversité des matériaux mis en œuvre (moellons, pan-de-bois, terre, brique) en font un édifice de premier ordre à l’échelle communale. Le bâtiment principal (logis et écurie) est à mettre en relation avec le bâtiment principal de la ferme des Charmois : caractéristiques architecturales similaires (mise en œuvre du silex, ouverture en brique, plancher métallique à voûtains en brique), même époque de construction (vers 1910), même commanditaire (Dulong de Rosnay) et très probablement même maître d’œuvre (inconnu).

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Synthèse des actes de vente de la ferme de Chevilleau, à La Croix-du-Perche (1832–1859)

    9 juillet 1832 : vente de la ferme et dépendances de Chevilleau (La Croix-du-Perche) par la veuve et enfants Benoist à M. Joseph Romain-Môle, professeur de physique et de mathématique à Chartres :

    " [...] Bâtiments :

    - Un corps de bâtiment couvert en tuiles faisant face au midi composé d’une maison ayant four, chambre froide, laiterie, grange et cellier en croupe au bout,

    - Un autre corps de bâtiment couvert comme le précédent composé d’une écurie, d’une bergerie, d’un toit à porcs en croupe,

    - Une étable couverte en chaume séparée des autres corps de bâtiments,

    - Cour au milieu de ces bâtiments, jardin derrière, le second corps de bâtiments entouré de haies vives qui en dépendent [...] "

    " [...] Provenance des biens :

    M. Benoist père avait fait l’acquisition de tous ces biens pendant le cours de sa communauté avec la dite Touzeau de la manière suivante :

    Partie de l’article premier sur lequel (n°175) les époux Benoist père et mère ont construit une étable, une écurie et une bergerie et les articles 2, 3, 4, 6, 8, 9, 10 ; à titre d’échange de François Chevreau, bordage, demeurant à la Grande Coudray, commune de Coudreceau. [...] "

    9 juillet 1832 : vente d’une petite ferme située à Chevilleau (La Croix-du-Perche) par la veuve et enfants Denis Chevreau à M. Joseph Romain-Môle, professeur de physique et de mathématique à Chartres :

    " [...] composée de bâtiments nécessaire à son exploitation (de la ferme), cour, jardin, [...] "

    "- [...] Une maison composée d’une chambre à feu, petite chambre froide, laiterie, cellier derrière ces bâtiments, une écurie et une bergerie le tout d’un tenant et couvert en tuile,

    - Une grange couverte en tuile d’un autre tenant composée d’une aire et de deux tasseries,

    - Un toit à porcs et un poulailler aussi d’un tenant couvert en paille, [...] "

    "[...] acquis à André Laurent Manguin, laboureur, et Barbe-Sébastienne Ducoeurjolly, sa femme, demeurant aux Grands Charmois le 23 septembre 1792 [...] et de Jacques Gabriel Chédieu et son épouse demeurant commune de la Bazoche-Gouet, le 28 mars 1792. [...]"

    26 octobre 1859 : vente de la ferme de Chevilleau (La Croix-du-Perche) par M. Romain-Môle, docteur en médecine demeurant à Chratres à M. Olivier Marie Augustin Chellet de Kerdréan, propriétaire demeurant à la Pihourdière (La Croix-du-Perche) :

    "[...] Bâtiments, cour et jardin

    Article premier

    - [...] Une maison composée d’une chambre à feu, petite chambre froide, laiterie, cellier derrière, une écurie avec sellerie, le tout d’un tenant et couvert en tuile,

    Article 2

    - Une grange à blé couverte en tuile composée d’une aire avec deux tasseries, étable à vaches et cave avec grenier pavé au-dessus, le tout d’un seul tenant

    Article 3

    - Une grange à avoine couverte en tuile avec aire et deux tasseries située vis-à-vis de la grange à blé

    Article 4

    - Deux bergeries d’un seul tenant avec poulailler adossé au nord

    Article 5

    - Une halle couverte en tuiles avec premier étage et grenier

    Article 6

    - Un hangar et une écurie d’un seul tenant couvert en chaume

    Article 7

    - Un poulailler et un toit à porcs d’un seul tenant couvert en chaume [...] "

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 971 - 973. Matrices cadastrales.

  • Archives privées. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Actes de vente. 1832-1859.

Documents figurés
  • La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Plan de l’appentis au nord du logis /auteur inconnu, non daté : deuxième moitié du 19e siècle. (Archives privées).

(c) Parc naturel régional du Perche ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Maillard Florent - Casses Laetitia