Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Commissariat de police du 1er arrondissement, actuellement immeuble (14 rue des Amandiers)

Dossier IA37004973 inclus dans Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Appellations commissariat de police du 1er arrondissement
Parties constituantes non étudiées garage, transformateur, cour, jardin d'agrément
Dénominations commissariat de police, immeuble
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction - Tours-Centre
Adresse Commune : Tours
Lieu-dit : Quartier sinistré nord
Adresse : 14 rue des Amandiers
Cadastre : 2010 DX 42, 400, 401

En avril 1900, la Ville de Tours contracte un bail avec Paul Viollet, propriétaire de deux maisons mitoyennes dites immeuble Viollet aux 12 bis et 14 rue des Amandiers, afin d'y installer le commissariat de police du 1er arrondissement. Moyennant une somme de 25000 francs, la municipalité acquiert ensuite l'ensemble en octobre 1922, après le décès de son propriétaire. Détruit par le bombardement aérien du 12 juin 1944, le commissariat est relogé provisoirement dans deux maisons de tolérance réquisitionnées (la Psalette, située 15 rue Albert-Thomas, et le Singe Vert, installée au 6 de l'ancienne rue du même nom), avant de faire l'objet d'un projet de reconstruction financé par les dommages de guerre. L'architecte de la Ville, L. Amalric, élabore un devis descriptif du nouveau bâtiment en avril 1948 et dresse les plans correspondants en mars 1949. Le chantier se déroule de septembre 1951 à août 1952, incluant quelques modifications comme la suppression de l'escalier prévu le long de la façade latérale. Depuis le déménagement du commissariat dans les années 1960, l'édifice abrite une petite copropriété de six logements.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1951, daté par source
Auteur(s) Auteur : Amalric Léon, architecte, attribution par source

L'ancien commissariat est implanté en retrait de la rue des Amandiers, précédé d'une cour dont l'accès est gardé par un portail électrique. Flanquant latéralement la grille d'entrée, un petit garage et un transformateur encadrent le passage des véhicules. À l'arrière du garage, une seconde cour prolonge la première au nord de la parcelle et sert de parc de stationnement pour les résidents de l'immeuble. Plus à l'ouest, entre la deuxième cour et la façade postérieure, un jardin planté se développe sur un terrassement légèrement surélevé. Seul le mur sud de l'édifice est mitoyen d'une habitation plus ancienne. Le gros-œuvre combine une ossature en béton armé et des murs en maçonnerie de moellons et parpaings de béton. Le bâtiment est revêtu d'enduit ciment sur ses trois façades. Adoptant un plan rectangulaire, il présente un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, deux étages-carrés et un étage de comble. Il est couvert d'un toit à longs pans et à croupe d'ardoise, d'où émergent des souches de cheminées et d'aération en béton. Au sud, ce sont deux pans au lieu d'un seul qui, disposés perpendiculairement au toit, permettent de ménager une verrière qui éclaire la cage de l'escalier intérieur. La façade principale côté rue comprend quatre travées distribuant symétriquement des ouvertures à embrasure profonde et encadrement en béton moulé. Une double travée centrale aligne une grande baie horizontale de trois fenêtres au rez-de-chaussée, deux portes-fenêtres jumelées par un balcon en ferronnerie au premier étage et deux fenêtres réunies par une longue barre d'appui au deuxième étage. Dans l'axe de chacune des deux travées latérales, un perron de cinq degrés conduit à une porte d'entrée cintrée en verre et croisillons de bois, surmontée de fenêtres à deux vantaux aux étages supérieurs. La porte de gauche offre un accès privatif à l'appartement occupant presque la totalité du rez-de-chaussée, aménagé dans les anciens bureaux des agents de police et du commissaire. La porte de droite s'ouvre sur un couloir et l'escalier menant aux étages de la copropriété. On dénombre deux appartements par étage-carré et un logement dans les combles. Un escalier extérieur droit, descendant le long de la façade postérieure, donne accès aux caves et à la chaufferie en sous-sol.

Murs ciment enduit
béton armé
maçonnerie
moellon
parpaing de béton
Toit ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures verrière
toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Tours. 4 H 3, boîte 163. Organisation et gestion des dommages de guerre, évaluation des dommages, liste des sinistres et estimations : commissariat des Amandiers. 1950-1960.

  • AC Tours. 1 M 26. Bureaux de police. Commissariat de l'Est (premier arrondissement), 1918-1946.

  • AC Tours. 5 M 769. Reconstruction d'un commissariat rue des Amandiers, 1948-1949.

  • AC Tours. Permis de construire 1949/n°97. Reconstruction d'un commissariat 14 rue des Amandiers, 1949.

Documents figurés
  • Tirage : plan dressé le 25 mars 1949. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Tours, 5 M, boîte 769). (cf. illustration n° IVR24_20103700009NUCA).

  • Tirage : plan cyanotypé dressé le 18 janvier 1923. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 1 M 26). (cf. illustration n° IVR24_20103700003NUCA).

  • Tirage : plan cyanotypé dressé le 18 janvier 1923. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 1 M 26). (cf. illustration n° IVR24_20103700004NUCA).

  • Tirage : plan cyanotypé dressé le 18 janvier 1923. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 1 M 26). (cf. illustration n° IVR24_20103700005NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 19 octobre 1944. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Tours, 1 M 26). (cf. illustration n° IVR24_20103700006NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 19 octobre 1944. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Tours, 1 M 26). (cf. illustration n° IVR24_20103700008NUCA).

  • Impr. photoméc. (affiche), 1923. Par Barbot et Gallon (imprimeurs). (archives municipales de Tours, 1 M 26). (cf. illustration n° IVR24_20103700035NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 25 mars 1949. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Tours, 5 M, boîte 769). (cf. illustration n° IVR24_20103700010NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 25 mars 1949. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Tours, 5 M, boîte 769). (cf. illustration n° IVR24_20103700011NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 25 mars 1949. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Tours, 5 M, boîte 769). (cf. illustration n° IVR24_20103700012NUCA).

  • Photogr. pos. n. et b., [printemps 1952]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 101 Fi 5.31). (cf. illustration n° IVR24_20103700022NUCA).

  • Photogr. pos. n. et b., [automne 1951]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 101 Fi 5.27). (cf. illustration n° IVR24_20103700016NUCA).

  • Photogr. pos. n. et b., [automne 1951]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 101 Fi 5.34). (cf. illustration n° IVR24_20103700017NUCA).

  • Photogr. pos. n. et b., [automne 1951]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 101 Fi 5.36). (cf. illustration n° IVR24_20103700018NUCA).

  • Photogr. pos. n. et b., [printemps 1952]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 101 Fi 5.37). (cf. illustration n° IVR24_20103700019NUCA).

  • Photogr. pos. n. et b., [été 1952]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 101 Fi 5.38). (cf. illustration n° IVR24_20103700023NUCA).

  • Photogr. pos. n. et b., [printemps 1952]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 101 Fi 5.28). (cf. illustration n° IVR24_20103700020NUCA).

  • Photogr. pos. n. et b., [printemps 1952]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 101 Fi 5.26). (cf. illustration n° IVR24_20103700021NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 25 mars 1949. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Tours, 5 M, boîte 769). (cf. illustration n° IVR24_20103700013NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 19 octobre 1944. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Tours, 1 M 26). (cf. illustration n° IVR24_20103700007NUCA).

  • Immeuble Viollet, 12 bis et 14 rue des Amandiers à Tours / Auteur inconnu. 1:100. 18 janvier 1923. 3 tirages cyanotypés : plans du rez-de-chaussée et des étages (AC Tours. 1 M 26).

  • Commissariat rue des Amandiers / L. Amalric. 1:100. 19 octobre 1944. 3 tirages : plans du sous-sol, du rez-de-chaussée, des étages et coupes (AC Tours. 1 M 26).

  • Ville de Tours. Reconstruction d'un immeuble sinistré 14 rue des Amandiers : commissariat de police et appartements / L. Amalric. 1:50 et 1:10. 25 mars 1949. 5 tirages : plan d'ensemble, plans de niveaux, coupes et élévations (AC Tours. 5 M 769).

  • Reconstruction d'un commissariat rue des Amandiers / Auteur inconnu. [1951-1952]. 13 photogr. pos. : n. et b. (AC Tours. 101 Fi 5.1.26 à 101 Fi 5.1.38).

Bibliographie
  • CHEVEREAU, Sébastien. Tours reconstruit : des bombardements à la renaissance. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2003 (Provinces mosaïques).

    p. 71-72, 123, 126
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Fourchet Marie-Luce