Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Coutretôt : bourg puis village

Dossier IA28000628 réalisé en 2019

Fiche

Parties constituantes non étudiées maison, ferme, église, lavoir, pont
Dénominations village
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Nogent-le-Rotrou
Adresse Commune : Trizay-Coutretot-Saint-Serge
Lieu-dit : Coutretôt

A l'instar de Saint-Serge et de Trizay, le fief de Coutretôt est cité dès le 13e siècle (Cortretost en 1218, Cortuistout en 1259, Curia Estroudi signifiant "Domaine d'Ertaud" en 1293), comme dépendance directe de la châtellenie de Nogent. Sa paroisse relève dès cette époque de l'archidiaconé de Chartres. Mis à part l'église paroissiale dont la base était romane (édifice à l'état de vestiges), aucune construction ne semble antérieure à la fin du 15e siècle ou au 16e siècle. Datent de cette période la probable métairie noble de la Grande Maison et l'ensemble de maisons réparties autour d'une cour commune (vestiges de structure en pan de bois "pétrifié" entre deux parements maçonnés en pierre). Sur le cadastre de 1811, sont bien visibles l'église paroissiale, le cimetière, la ferme de la Grande Maison, le moulin et son canal d'amené (détruits) ainsi qu'une vingtaine de petites fermes et surtout de maisons construites entre le 16e siècle et le début du 19e siècle.

Suite à la Révolution, Coutretôt devient une commune jusqu'en 1835, date de l'ordonnance royale la réunissant aux communes de Trizay et de Saint-Serge. Les villages de Trizay et de Coutretôt se retrouvent alors en concurrence pour devenir le bourg de la nouvelle commune. Le conseil municipal décide de développer Trizay (mairie-école, école libre de filles, commerces et maisons) au détriment de Coutretôt, qui à cette époque était pourtant bien plus peuplée (117 habitants contre 24 à Trizay en 1846). Les moyens financiers ne suffisent pas pour entretenir les deux églises, celle de Trizay est restaurée et agrandie à la fin des années 1860 tandis que celle de Coutretôt tombe définitivement en ruine dans les années 1930.

Malgré tout, Coutretôt connaît un développement accru tout au long du 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle : remaniements des bâtiments existants (agrandissement d'ouvertures, réfection de charpente voire surélévation d'édifices) et construction de nouvelles maisons, notamment le long de la route de Trizay au nord-ouest. Au tournant du 20e siècle, un pont sur la Berthe remplace le gué au sud-ouest, facilitant les moyens de transport. De même, un lavoir est construit près du pont, remplaçant un édicule vétuste situé sur le canal d'amené au sud de la Grande Maison. En 1906, plusieurs artisans et commerçants sont toujours présents : un bourrelier, deux cafetières, un maréchal, une couturière, un menuisier, un cordonnier, un charron, deux scieurs de long, deux épicières et un maçon.

Dans la seconde moitié du 20e siècle, les fermes sont converties en habitations (à l'exception de celle de la Grande Maison, toujours en activité), le moulin est détruit et plusieurs maisons sont dénaturées (emploi du ciment et béton, agrandissement d'ouvertures, etc.).

Période(s) Principale : Temps modernes
Principale : Epoque contemporaine
Dates

Le village de Coutretôt se situe quasiment au fond de la vallée de la Berthe, sur le coteau orienté sud-ouest. Il compte une trentaine de maisons et de fermettes et se développe entre un ancien moulin détruit au sud-ouest et une église, dont il ne subsiste qu'un mur couvert de lierre à l'est ainsi que le long de la route de Trizay au nord-ouest.

Bon nombre de maisons sont adaptées à la déclivité du terrain, permettant des accès différenciés et de plain-pied au rez-de-chaussée surélevé et à l'étage de soubassement. Seules quatre maisons disposent d'un étage carré. Plusieurs maisons - les plus anciennes certainement - s'organisent autour d'une cour commune.

Si quelques édifices conservent des cloisons en pan de bois (voire des murs "pétrifiés" entre deux parements maçonnés en pierre), les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit plein ou à pierre vue. Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont en général en pierre de taille calcaire (les baies les plus tardives sont en brique, voire en béton). Les toits à longs pans sont couverts en tuile plate.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile plate
Étages en rez-de-chaussée surélevé, étage de soubassement, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans

Le village de Coutretôt s'inscrit dans un site naturel remarquable, niché au fond de la vallée de la Berthe. Malgré la destruction des deux édifices polarisants (le moulin et l'église), Coutretôt conserve un ensemble de maisons et de petites fermes construites entre le 16e et le 20e siècles et représentatives des activités anciennes : artisanat, commerce, journalier, ouvrier, etc.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 Mi 128. Listes nominatives du recensement de population. 1906.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 6 Mi 111. Listes nominatives des recensements de population. 1836 - 1901.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge.

Bibliographie
  • LEFEVRE, Édouard. Dictionnaire géographique des communes et hameaux, fermes, moulins, châteaux, maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent