Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Couvent de Capucins

Dossier IA28000321 inclus dans La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne réalisé en 2015

Fiche

Dossiers de synthèse

Historique

Le couvent des Capucins est fondé en 16011. Les frères mineurs capucins font partie du premier ordre de la famille franciscaine. Ils vivent sous la règle de saint François d’Assise. Le nombre de frères, comme leur organisation hiérarchique, sont inconnus à Nogent-le-Rotrou. La fondation fait suite à une décision prise par l’assemblée des habitants de Nogent-le-Rotrou qui, dans un vœu pieux, visait à « faire bastir une maison et couvent de pères capucins »2.

Plusieurs personnalités proches du pouvoir royal participent à la fondation, à l’image de Denys Hubert, conseiller du roi et bailli de Nogent-le-Rotrou (Enghien-le-François), qui donne une pièce de terre pour la construction du couvent et pose la première pierre des travaux le 18 juin 16013 ; ou de Charles de Bourbon (1566-1612), comte de Soissons et seigneur de Nogent ( ? – 1612), qui dote financièrement la communauté et assiste à la consécration de l’église des Capucins effectué par Jean de Vieuxpont, évêque de Meaux (Seine-et-Marne), le 15 octobre 16064. Les capucins reçoivent également le soutien d’établissements religieux, à l’image de l’abbaye des Clairets (Mâle, Eure-et-Loir) qui offre le bois nécessaire à la construction des bâtiments du couvent5.

Cadastre ancien vectorisé (1811).Cadastre ancien vectorisé (1811).

L’aveu de la seigneurie de Saint-Denis6 mentionne en 1690 le couvent dans les limites du bourg monastique7, le long de la rue allant de Nogent-le-Rotrou à la Ferté-Bernard (72), soit l’actuelle rue Saint-Lazare. L’information est recoupée par le cadastre de 18118 qui situe le couvent entre la rue des Capucins et la rue de Saint-Lazare (anciennement de la Ferté-Bernard). Il est fondé sur deux parcelles. La première est occupée par un large espace non construit fermé par un enclos. La seconde, également enclose, est imbriquée dans la première. L’espace est occupé par trois ailes articulées autour d’une cour centrale accessible depuis la rue des Capucins.

Seule la chapelle est documentée. Elle est décrite comme dotée d’un autel dont les côtés étaient ornés par deux tableaux offerts par l’abbaye des Clairets. L’église disposait également du mobilier donné par Charles de Soissons : un tabernacle, un dais, deux riches pavillons, un grand tableau, un ciboire, un calice d’argent et plusieurs autres ornements9.

Les autres bâtiments qui composent le couvent sont inconnus, à l’exception d’un corps de bâtiment que Françoise Durant (veuve du Bailly de La Ferté-Bernard) fait construire au 16e siècle pour que les moines puissent s’y retirer en cas d’épidémie10.

Les frères sont chassés et le couvent détruit en 179111. A la suite de cette suppression, les parcelles occupées par les capucins sont redécoupées, puis loties en habitat individuel.

Description

Plan de situation.Plan de situation.

Le couvent des capucins est implanté aux portes de Nogent-le-Rotrou en direction du sud-est, le long de la route allant à La Ferté-Bernard et au Mans. La maladrerie Saint-Lazare étant située en face, les deux communautés sont voisines.

La communauté est limitée au nord et à l’ouest par la rue de la Touche et au sud par la rue de Saint-Lazare. Les deux anciennes parcelles occupées par le couvent ont été loties en 16 parcelles, elles sont occupées par une zone pavillonnaire et un lycée agricole.

Enclos, vue du nord-est.Enclos, vue du nord-est.Aile sud, vue du sud-est.Aile sud, vue du sud-est.Aile sud, vue du sud.Aile sud, vue du sud.Aile sud, vue de détail d'une baie.Aile sud, vue de détail d'une baie.Aile sud, vue intérieure du premier niveau d'élévation.Aile sud, vue intérieure du premier niveau d'élévation.

L’enclos du couvent est encore en élévation sur l’ensemble du front sud. Bien qu’inégalement conservé selon les propriétaires, le « pourpris » conserve plusieurs larges contreforts.

Des trois ailes composant l’ancien couvent des capucins, il ne reste qu’un seul édifice. La construction dont seul le niveau de cave est conservé correspond au corps de bâtiment se développant perpendiculairement à l’aile sud-est. Cet édifice conservé est construit selon un plan rectangulaire. Il est fondé sur deux salles disposées en enfilade et couvertes par deux voûtes en berceau plein-cintre. Le niveau de cave est accessible au nord par un escalier droit ménagé sous un arc en plein-cintre et au sud par une large porte également surmontée d’un arc en plein-cintre.

Conclusion

L’invitation à l’installation des frères capucins par les Nogentais est à mettre en relation avec le contexte particulièrement tendu observé dans la ville durant la seconde partie du 16e siècle. Les princes de Condé, généraux Huguenots et seigneurs de Nogent font alors face à une ville ouvertement catholique. Après avoir mis en fuite la garnison du château aux côtés du chef catholique Rabondanges en 1668, les Nogentais eurent par deux fois à repousser les troupes « huguenotes » en 1569 et en 158912. Ce n’est donc pas un hasard si l’Assemblée des habitants décide de l’installation d’une communauté qui se fait le support de la Contre-Réforme en France à partir de la fin du 16e siècle. La fondation du couvent catholique par Charles de Bourbon, protestant déclaré, témoigne de l’apaisement des conflits religieux dans le Perche.

La proximité du couvent avec la maladrerie, sans que l’on puisse l’expliquer, n’est pas un cas isolé. A l’image des frères capucins de Vendôme (Loir-et-Cher) et d’Andelys (Eure) qui s’installent également à proximité d’anciennes maladreries. A Nogent, il est possible qu’il y ait eu un transfert de compétences et de dons entre la maladrerie se résumant à une coque vide au début du 16e siècle et le couvent des capucins.

Le mauvais état et la faible quantité des marqueurs stylistiques ne permettent pas de dater l’édifice.

1DES BOULAIS, Bart. Annoté par TOURNOUER, Henri. Recueil des antiquités du Perche, Mortagne, 1890. p.95. Le texte original est daté de 1613. C’est l’unique source textuelle qui documente le couvent dans le détail.2DES BOULAIS, Bart. Annoté par TOURNOUER, Henri. Recueil des antiquités du Perche, Mortagne, 1890. p.95.3DES BOULAIS, Bart. Annoté par TOURNOUER, Henri. Recueil des antiquités du Perche, Mortagne, 1890. p.95.4DES BOULAIS, Bart. Annoté par TOURNOUER, Henri. Recueil des antiquités du Perche, Mortagne, 1890. p.95.5FRET, Joseph. Antiquités et chronique Percheronne, Mortagne, tome III. 1840. p. 225.6AN. Série P : 938, n°38, Fol n°5.7«ces présentes limite et jusque au grand chemin de Nogent a la ferté bernard ou est le bout l’enclos et pourpris couvent des pères capucin inclus aussy dans les presentes limites dud[it] lieu».8AM. Nogent-le-Rotrou – cadastre Ancien A3.9DES BOULAIS, Bart. Annoté par TOURNOUER, Henri. Recueil des antiquités du Perche, Mortagne, 1890. p.95.10DES BOULAIS, Bart. Annoté par TOURNOUER, Henri. Recueil des antiquités du Perche, Mortagne, 1890. p.95.11DES BOULAIS, Bart. Annoté par TOURNOUER, Henri. Recueil des antiquités du Perche, Mortagne, 1890. p.95.12 MALCOR, Bernard. Le protestantisme à Nogent-le-Rotrou. Dans : LECUYER-CHAMPAGNE. Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la Révolution. Nogent-le-Rotrou, 2004. p. 31.
Genre de capucins
Appellations couvent de Capucins
Dénominations couvent
Aire d'étude et canton Nogent-le-Rotrou - Nogent-le-Rotrou
Adresse Commune : Nogent-le-Rotrou
Adresse : rue de la Touche
Cadastre : 1990 BS 120

Le couvent des Capucins est fondé en 1601. Plusieurs personnalités proches du pouvoir royal participent à la fondation, à l’image de Charles de Bourbon (1566-1612), comte de Soissons et seigneur de Nogent ( ? – 1612) qui dote financièrement la communauté. Il est présent lors de la consécration de l’église des capucins sous l’office de l’évêque de Meaux, le 15 octobre 1606. Les frères sont chassés et le couvent détruit en 1791. A la suite de cette destruction, les parcelles qu’occupaient les capucins sont redécoupées puis loties en habitat individuel.

Période(s) Principale : 1er quart 17e siècle , daté par source , (?)
Dates 1601, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Hubert Denys,
Denys Hubert

conseiller du Roy, Lieutenant général en l’élection de Mortagne et bailli d'Enghien-Le-François (Nogent-le-Rotrou).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par travaux historiques
Personnalité : de Bourbon Charles,
Charles de Bourbon (1566 à Nogent-Le-Rotrou - 1612)

Charles de Bourbon est le fils de Louis 1er de Bourbon et le demi-frères d'Henri Ier de Bourbon qui furent tout deux seigneur d'Enghien-le-François (Nogent-le-Rotrou). il fut comte de Soisson (1569-1612) et de Dreux (1594-1612).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par travaux historiques
Personnalité : Durant Françoise,
Françoise Durant

Françoise Durant fut la veuve du Bailli de la Ferté-Bernard.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source

Seul le niveau de cave d'une partie du bâtiment sud-est est conservé. Construit selon un plan rectangulaire, il est fondé sur deux salles disposées en enfilade et couvertes par deux voûtes en berceau plein-cintre. Le niveau de cave est accessible au nord par un escalier droit ménagé sous un arc en plein-cintre, et au sud par une large porte, également surmontée d’un arc en plein-cintre.

Murs calcaire moellon enduit
Plans plan rectangulaire régulier
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
Couvertures
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou. 1648.

  • Archives nationales. Série P : article 938, n°38. Aveu et dénombrement de Saint-Denis. 1690. fol n°2.

Documents figurés
  • Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou).

Bibliographie
  • BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite province. Publié et annoté par H. Tournouër. Mortagne, Meaux : Pichard-Hayes et Daupeley-L., 1894. (fac-similé de l'édition de Mortagne, 1613).

    p. 95
  • DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916.

    p.153
  • FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).

    p. 222
  • MALCOR, Bernard. Le protestantisme à Nogent-le-Rotrou. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la veille de la Révolution. Nogent-le-Rotrou : éd. Musée-Château Saint-Jean, 2011.

    p. 31
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Rozier Hadrien