Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Créations (recherches personnelles) de Jean Mauret réalisées de 1983 à 1994

Dossier IM00000112 réalisé en 2015

A partir de 1983, Jean Mauret réalise des vitraux totalement différents de ceux issus des périodes précédentes. Cette date ne correspond cependant pas à une rupture. Elle constitue plutôt l’aboutissement d’une longue réflexion qui engendre un nouveau départ, une nouvelle écriture.

Dorénavant, la composition des œuvres devient extrêmement simple et rigoureuse, la couleur s’efface au profit de tons monochromes, la grisaille disparait tandis que la technique de la gravure prend toute sa place.

Ces changements s’observent tout d’abord sur des grands panneaux d’essais rectangulaires aux tons gris et blancs opalescents (verres plaqués) présentant des compositions symétriques, avec un travail important sur la lumière au moyen de la gravure et illuminés de rares touches de jaune d’argent.

Panneau d'essai réalisé en 1983. 124 x 184 cm, gris opalescent, gravure, jaune d'argent. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 1983. 124 x 184 cm, gris opalescent, gravure, jaune d'argent. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 1984. 119 x 170 cm. Verres opalescents blancs et gris, gravure. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 1984. 119 x 170 cm. Verres opalescents blancs et gris, gravure. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 1984 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 125 x 188 cm. Blancs opalescents, gris opalescents, gravure, touches de jaune d'argent.Panneau d'essai réalisé en 1984 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 125 x 188 cm. Blancs opalescents, gris opalescents, gravure, touches de jaune d'argent.

Dès 1984, Jean Mauret applique ce nouveau concept à ses travaux de commandes. Le premier exemple est visible dans l’église de Nohant à Nohant-Vic (Indre), où cinq petits vitraux présentent une composition axée et sobre, aux dessins concentriques accompagnant le plein cintre des baies. Les verres employés, essentiellement des verres plaqués gris opalescents, sont gravés et ponctués de jaune d’argent.

Les particularités des œuvres précédemment décrites, rigueur, tons monochromes, usage récurrent de verres gris opalescents, orthogonalité, dessins concentriques accompagnant le plein cintre des baies, vont être symptomatiques de l’œuvre de Jean Mauret jusqu’au début des années 1990. La quasi absence de couleur, la suppression de la peinture, la sobriété de ses compositions lui valent d’être parfois classé, pour cette période, comme artiste minimaliste, en lien avec l’art minimal apparu dans les années 1960 aux États-Unis, ce mouvement privilégiant le non figuratif, le dépouillement, la limitation de l’intervention de l’artiste et une palette restreinte de couleurs.

Panneau d'essai réalisé en 1984. 35 x 83 cm. Verres opalescents gravés, noir, jaune. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 1984. 35 x 83 cm. Verres opalescents gravés, noir, jaune. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 1992 pour l'église Saint-André de Lavaudieu (Haute-Loire). 59 x 210 cm. Verres opalescents blancs gravés, carrés noirs, jaune d'argent. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 1992 pour l'église Saint-André de Lavaudieu (Haute-Loire). 59 x 210 cm. Verres opalescents blancs gravés, carrés noirs, jaune d'argent. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 1987  pour l'église Saint-Hilaire de Nonac (Charente). 30,5 x 122 cm. Verres opalescents, jaune d'argent, gravure. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 1987 pour l'église Saint-Hilaire de Nonac (Charente). 30,5 x 122 cm. Verres opalescents, jaune d'argent, gravure. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.

Si l’on examine de plus près les principes fondamentaux de cette période, on observe que Jean Mauret ne se contente jamais de répéter de manière figée une formule qu’il aurait découverte. Tout au contraire, il fait vivre ses réflexions dans chacun de ses vitraux et, dans ce but, expérimente en permanence de nouvelles variantes ou possibilités. L’évolution constante de son œuvre atteste d’une recherche sans cesse renouvelée. Les vitraux de l’église du Buisson-de-Cadouin sont révélateurs de cette progression incessante. Réalisés au cours de deux campagnes assez proches (1984 et 1989), on y constate cependant un réel changement avec des œuvres beaucoup moins strictes, moins symétriques et plus colorées en 1989.

Les compositions très rigoureuses, verticales et octogonales des années 1984-1986 vont, dès 1987, connaître un certain nombre de développements de différentes natures. Elles peuvent, par exemple, s’agrémenter de diagonales (rayons lumineux) (essai pour Corquoy en 1989) ou de petits carrés virevoltant gravés ou collés (vers 1988). Une certaine souplesse est également introduite par une réapparition mesurée de la couleur, du bleu et du jaune en particulier. Quelques essais de retours de pleine couleur sont même tentés en 1987 (Archives départementales de Bourges et essais).

Panneau d'essai réalisé en 1989 pour l'église Saint-Martin de Corquoy (Cher). 104 x 74 cm, gris opalescent gravé, noir, jaune d'argent, gravure. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 1989 pour l'église Saint-Martin de Corquoy (Cher). 104 x 74 cm, gris opalescent gravé, noir, jaune d'argent, gravure. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé vers 1988. 81 x 161 cm, gris opalescent gravé, jaune d'argent, petits carrés de verre collés. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé vers 1988. 81 x 161 cm, gris opalescent gravé, jaune d'argent, petits carrés de verre collés. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai, 1991. 31 x 145 cm. Verre plaqué bleu/blanc gravé (points), verre blanc opalescent et jaune d'argent (bordure).  Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai, 1991. 31 x 145 cm. Verre plaqué bleu/blanc gravé (points), verre blanc opalescent et jaune d'argent (bordure). Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 1991 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 23,5 x 130,5 cm. Jaune d'argent gravé à la meule (points) et bordure bleue.Panneau d'essai réalisé en 1991 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 23,5 x 130,5 cm. Jaune d'argent gravé à la meule (points) et bordure bleue. Panneau d'essai réalisé en 1987 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 90 x 146 cm. Bandes verticales de couleurs et blanc opalescent, gravure.Panneau d'essai réalisé en 1987 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 90 x 146 cm. Bandes verticales de couleurs et blanc opalescent, gravure.

On a vu que Jean Mauret abandonne l’usage de la grisaille en 1984 mais là encore ce choix de principe connaît quelques exceptions (en 1987-1988 et 1990 notamment). A partir de 1990, il utilise également la grisaille pour ponctuer ses vitraux de points ou de traits.

Panneau d'essai réalisé en 1987-1988 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 82 x 160 cm. Blanc opalescent et grisaille, petits carrés de couleurs, gravure.Panneau d'essai réalisé en 1987-1988 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 82 x 160 cm. Blanc opalescent et grisaille, petits carrés de couleurs, gravure. Panneau d'essai réalisé en 1992 pour la crypte de l'église Saint-Pierre d'Yzeure (Allier). 33 x 48 cm. Jaune d'argent, verres opalescents, gravure, grisaille (points).  Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 1992 pour la crypte de l'église Saint-Pierre d'Yzeure (Allier). 33 x 48 cm. Jaune d'argent, verres opalescents, gravure, grisaille (points). Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.

Concernant l’emploi de la gravure, il introduit à partir de 1991 une gravure de petits points à la meule, en complément des aplats obtenus au moyen de l’acide. Cette technique lui permet d’obtenir des surfaces animées, moins plates. Pour Jean Mauret, la technique de la gravure ne se veut en aucun cas décorative. Elle correspond à une démarche : "retrancher plutôt qu’ajouter", aller chercher la lumière et la transparence dans la matière, travailler les contrastes entre effets lumineux et opacité.

Panneau d'essai réalisé en 1991. 41 x 121 cm. Verre blanc opalescent (bordure), jaune d'argent, gravure (points). Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 1991. 41 x 121 cm. Verre blanc opalescent (bordure), jaune d'argent, gravure (points). Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.

Au sujet de ses compositions accompagnant le plein cintre des baies romanes, l’artiste explique en 2014 que ce choix répond "à une aspiration personnelle vers une forme d’expression qui correspond à ses attentes profondes : aller à l’essentiel". Il ajoute que symboliquement, le carré correspond à la terre et le demi-cercle évoque le ciel et que la baie cintrée suggère par conséquent le lien entre la terre (le matériel) et le ciel (le spirituel). La composition concentrique constitue un élément majeur des œuvres de Jean Mauret. Il la conserve quasi systématiquement jusqu’au début des années 1990, même si à partir de ces années, elle n’apparaît souvent que par la présence d’une bordure.

Enfin, on notera que l’emploi important des verres blancs et gris opalescents correspond également à la volonté de mieux intégrer les vitraux à l’architecture. Jean Mauret explique à ce sujet que ce verre établit une liaison heureuse avec la pierre, et qu’il aime le rapport de l’effet laiteux de l’opalescent avec la pierre à l’extérieur.

Parmi les travaux de commandes caractéristiques de la période 1983-1996, on citera en particulier Nohant (Indre) en 1984, Le Buisson-de-Cadouin (Dordogne) en 1984 et 1989, Le Blanc (Indre) en 1985, Chezal-Benoît (Cher) en 1987, Nonac (Charente) en 1987, Chauvigny (Vienne) en 1987, sacristie de la cathédrale de Lyon en 1991, Lavaudieu (Haute-Loire) en 1993 et Chauvigny (Vienne) en 1994.

Dénominations verrière
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Cher
Adresse Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle , daté par source
Stade de création pièce originale de vitrail
Lieu d'exécution Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Édifice ou site : Atelier de Jean Mauret
Auteur(s) Auteur : Mauret Jean,
Jean Mauret (1944 - )

Artiste verrier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier
Catégories vitrail
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Travaux de commandes pour la période 1983-1994

    Travaux de commandes pour la période 1983-1994 :

    1983 : Bourges (Cher), cathédrale Saint-Étienne, accompagnement de vitraux XVe

    1984 : Nohant Nohant-Vic (Indre), église de Nohant

    1984 : Le Buisson-de-Cadouin (Dordogne), église abbatiale Notre-Dame de la Nativité (+ 5 panneaux d’essais)

    1985 : Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher), chapelle du château du Plaix (+ 2 panneaux d’essais)

    1986 : Le Blanc (Indre), église Saint-Cyran

    1986 : Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher), crypte de l’église Saint-Hilaire

    1987 : Bourges (Cher), salle de lecture des archives départementales

    1987 : Chauvigny (Vienne), église de Saint-Pierre-les-églises (+ 2 panneaux d’essais)

    1987 : Chezal-Benoît (Cher), église abbatiale Saint-Pierre

    1987 : Nonac (Charente), église Saint-Hilaire (+ 4 panneaux d’essais)

    1988 : Claix (Charente), église Saint-Christophe (+ 1 panneau d’essai)

    1988 : Latronche (Corrèze), église Saint-Pierre-es-Liens (+ 1 panneau d’essai)

    1988 : Guarbecque (Pas-de-Calais), église Saint-Nicolas

    1988 : Lye (Indre), église Notre-Dame

    1988 : le Cube

    1988 : Saint-Étienne-la-Geneste (Corrèze), église Saint-Étienne

    1988 : Vesdun (Cher), église Saint-Cyr

    1989 : Corquoy (Cher), église Saint-Martin (+ 1 panneau d’essai)

    1989 : Fléac (Charente), église Notre-Dame

    1989 : Issoire (Puy-de-Dôme), église abbatiale Saint-Austremoine

    1989 : Genouilly (Cher), église Saint-Symphorien (+ 1 panneau d’essai)

    1989 : Le Buisson-de-Cadouin (Dordogne), église abbatiale Notre-Dame de la Nativité

    1989 : Saint-Hilaire-Foissac (Corrèze), église Saint-Hilaire

    1990 : Ainay-le-Château (Allier), église Saint-Étienne

    1990 : Chezal-Benoît (Cher), église abbatiale Saint-Pierre (+ 4 panneaux d’essais)

    1990 : Nespouls (Corrèze), église Saint-Julien

    1990 : Sioniac (Corrèze), église Saint-Saturnin

    1990 : Trois-Palis (Charente), église Notre-Dame

    1990 : Courteix (Corrèze), église Saint-Pierre-es-Liens

    1990 : La Ferté-Imbault (Loir-et-Cher), chapelle Saint-Thaurin

    1991 : la Guerche-sur-l’Aubois (Cher), église Saint-Étienne du Gravier

    1991 : Lyon (Rhône), grande sacristie de la cathédrale Saint-Jean

    1991 : Mornay-sur-Allier (Cher), chapelle du cimetière (+ 1 panneau d’essai)

    1991 : Saint-Privat (Corrèze), église Saint-Privat

    1992 : Corquoy (Cher), église Saint-Martin

    1992 : La Celle-Condé (Cher), église de Condé

    1992 : Yzeure (Allier), église Saint-Pierre (+ 1 panneau d’essai)

    1992 : Ardentes (Indre), église Saint-Martin

    1994 : Châteaumeillant (Cher), église Saint-Genès

    1993 : Curemonte (Corrèze), église Saint-Barthélemy (+ 1 panneau d’essai)

    1993 : Lavaudieu (Haute-Loire), église abbatiale Saint-André (+ 1 panneau d’essai)

    1993 : Levet (Cher), église Saint-Martin

    1993 : Léré (Cher), crypte de la collégiale Saint-Martin

    1993 : Meilhards (Corrèze), église Saint-Yriex

    1993 : Vence (Alpes-Maritimes), chapelle du château Notre-Dame des Fleurs, réalisation de vitraux à partir des projets de Jean-Pierre Raynaud

    1994 : Châteauneuf-sur-Charente (Charente), église Saint-Pierre (+ 1 panneau d’essai)

    1994 : Chauvigny (Vienne), église collégiale Saint-Pierre (+ 1 panneau d’essai)

    1994 : Saint-Bonnet-Tronçais (Allier), église Saint-Bonnet

    Panneaux d’essais pour des chantiers non réalisés :

    1983 : Champagne-sur-Oise (Val d’Oise), église Notre-Dame de l’Assomption (2 panneaux)

    1985 : Solignac (Haute-Vienne), église Saint-Pierre et Saint-Paul (2 panneaux)

    1987 : Vitreux (Jura), église abbatiale Notre-Dame d’Acey

Références documentaires

Documents d'archives
  • Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie