Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Créations (recherches personnelles) de Jean Mauret réalisées de 2003 à 2015

Dossier IM00000114 réalisé en 2015

Á rapprocher de

A partir du début des années 2000, l’œuvre de Jean Mauret témoigne d’une joie profonde qui se traduit par des vitraux audacieux, colorés et lumineux. A première vue, on pourrait penser que ce qu’il exprime dans ses créations est à rapprocher de l’état d’esprit foisonnant des œuvres des années 1970 mais, en réalité, tout a changé. Enrichi des expériences des décennies passées, il avance avec conviction grâce à la maturité acquise. Multipliant les formes, jouant des contraintes, il se donne pleinement et librement dans ses créations. A travers cet élan, il ne cherche en aucun cas à donner un sens intellectuel ou décoratif à ses vitraux, il travaille suivant une ligne de conduite précise, convaincu que le vitrail, par son rythme et sa composition, peut ramener le spectateur à lui-même, le marquer intérieurement et engendrer des émotions.

La fermeture de l’atelier en 2006 lui permet de travailler à nouveau seul et c’est pour lui l’occasion de poursuivre son cheminement plus librement. "J’aspirais à reconquérir une plus grande liberté dans mon travail et à retrouver une mobilité proche des premières années de mon installation (…)". Abandonnant la restauration, il se consacre dorénavant à temps plein à la création.

Les premiers changements déterminants s’opèrent en 2003 dans des panneaux d’essais, où l’artiste exprime une volonté d'échapper à une certaine orthogonalité propre aux vitraux antérieurs. Des obliques apparaissent dans la composition ainsi que de légers décalages qui "permettent de créer des vibrations visant à donner de la vie et du mouvement". La même année, ces nouvelles dispositions s’exposent sur des travaux de commande (église de Montlouis dans le Cher) et dans des projets non réalisés in situ (Saint-Benoît dans la Vienne). Elles sont également visibles en 2004 dans des projets pour Cars en Gironde, en 2007 sur les maquettes de Javerlhac-et-la-Chapelle-Saint-Robert (Dordogne), en 2007 dans les vitraux de Saint-Baudel (Cher) et en 2009 dans les vitraux réalisés à Château-l’Évêque (Dordogne).

Panneau d'essai réalisé en 2003 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 49 x 126 cm. Quadrillage irrégulier transparent et diagonale verte/noire, bordure jaune.Panneau d'essai réalisé en 2003 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 49 x 126 cm. Quadrillage irrégulier transparent et diagonale verte/noire, bordure jaune. Vitrail d'essai réalisé en 2003 pour l'église Saint-Martin de Montlouis (Cher). 74 x 166 cm. Verres blancs opalescents (transparence), quadrillage décalé multicolore. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Vitrail d'essai réalisé en 2003 pour l'église Saint-Martin de Montlouis (Cher). 74 x 166 cm. Verres blancs opalescents (transparence), quadrillage décalé multicolore. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 2003 pour l'église Saint-Martin de Montlouis (Cher). 35 x 141,5 cm. Damier rouge très foncé/transparent, verre blanc opalescent. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 2003 pour l'église Saint-Martin de Montlouis (Cher). 35 x 141,5 cm. Damier rouge très foncé/transparent, verre blanc opalescent. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 2004 pour l'église Saint-Pierre de Cars (Gironde). 202,5 x 110,5 cm (11  panneaux). Verres blancs opalescents gravés. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 2004 pour l'église Saint-Pierre de Cars (Gironde). 202,5 x 110,5 cm (11 panneaux). Verres blancs opalescents gravés. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.

Dans un second temps, Jean Mauret procède à une véritable désorganisation de la composition. Des fragments de quadrillages irréguliers dont on a l’impression qu’ils ont été déchirés, sont réassemblés pour former une nouvelle construction. Cet assemblage n’hésite pas à s’échapper sur les bordures, lorsque ces dernières existent encore. Les premières réalisations de ces vitraux datent de 2004 et 2005 pour des essais, des commandes (Saint-Pantaléon-de-Lapleau en Corrèze, 2005) et des projets de commandes (Bueil-en-Touraine en Indre-et-Loire, Descartes en Indre-et-Loire).

Panneau d'essai réalisé en 2005 pour l'église du bourg de Saint-Pantaléon-de-Lapleau (Corrèze) : quadrillages décalés. 78 x 169 cm. Verres blancs opalescents, noir, bleu, rouge, verre à relief, grisaille blanche (points de la bordure). Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 2005 pour l'église du bourg de Saint-Pantaléon-de-Lapleau (Corrèze) : quadrillages décalés. 78 x 169 cm. Verres blancs opalescents, noir, bleu, rouge, verre à relief, grisaille blanche (points de la bordure). Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 2005. 41,5 x 100,5 cm. verres noirs, opalescents, chenillés, gravure. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 2005. 41,5 x 100,5 cm. verres noirs, opalescents, chenillés, gravure. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 2005 pour l'église Saint-Pierre-es-Liens de Bueil-en-Touraine (Indre-et-Loire). Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher). Deux lancettes de 100 x 220 cm, écoinçon de 95 cm haut. Panneau d'essai réalisé en 2005 pour l'église Saint-Pierre-es-Liens de Bueil-en-Touraine (Indre-et-Loire). Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher). Deux lancettes de 100 x 220 cm, écoinçon de 95 cm haut.

Par la suite, les compositions évoluent encore. Elles prennent la forme de strates colorées en 2007, puis d’une accumulation de formes diverses multicolores en 2008 (chapelle du lycée Jacques Cœur de Bourges dans le Cher).

Panneau d'essai réalisé en 2007 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 41 x 134 cm. Verres transparents, noirs, rouges, jaunes, verts, trous.Panneau d'essai réalisé en 2007 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 41 x 134 cm. Verres transparents, noirs, rouges, jaunes, verts, trous. Quadrilobe d'essai (B) réalisé en 2008 (8 panneaux) pour la chapelle du lycée Jacques Coeur à Bourges (Cher). Environ 150 cm de diamètre. Verres multicolores, verres industriels. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Quadrilobe d'essai (B) réalisé en 2008 (8 panneaux) pour la chapelle du lycée Jacques Coeur à Bourges (Cher). Environ 150 cm de diamètre. Verres multicolores, verres industriels. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.

Ces changements s’accompagnent d’un retour à la pleine couleur. Les teintes se diversifient et prennent dorénavant plus d’importance, mais elles sont toujours accompagnées de verres blancs ou transparents. Les quadrilobes réalisés pour la chapelle du lycée Jacques Cœur de Bourges (Cher) en 2008 sont particulièrement éloquents à ce sujet : c’est une véritable explosion de couleurs.

La séparation des couleurs par des verres blancs est importante pour Jean Mauret. Selon lui, il ne doit pas y avoir de sujet, tous les éléments du vitrail contribuent à l’ensemble et aucune partie ne doit avoir de priorité ou plus d’importance que les autres. Avec les blancs, les différentes composantes se soutiennent les unes les autres et ne privilégient aucun élément.

A partir de 2003 mais surtout de 2007 et jusqu’en 2010, Jean Mauret effectue un travail autour de la colonne. C’est une manière pour lui « de détacher le vitrail de l’architecture, de lui donner de l’autonomie et d’en faire des œuvres mobiles ». D’abord incluses dans des grands panneaux de forme cintrée (2007 et 2009), ces colonnes sont ensuite individualisées (2010), autorisant alors de nouvelles possibilités de juxtapositions et une multitude de combinaisons. Certaines de ces colonnes ne sont pas montées en plombs mais se composent simplement de verres collés.

Panneau d'essai réalisé en 2003 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières : deux colonnes accolées. 15 x 149,5 cm. Verres noir, blanc opalescent, rose à l'or, jaune, verres industriels.Panneau d'essai réalisé en 2003 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières : deux colonnes accolées. 15 x 149,5 cm. Verres noir, blanc opalescent, rose à l'or, jaune, verres industriels.Panneau d'essai (colonnes) réalisé en 2007. 57 x 145 cm. Verres transparents, multicolores, verres à relief, gravure, jaune d'argent. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai (colonnes) réalisé en 2007. 57 x 145 cm. Verres transparents, multicolores, verres à relief, gravure, jaune d'argent. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Six colonnes réalisées en 2010. 217 cm haut maximum. Verres transparents, verres opalescents, verres colorés, verres à relief, gravures, jaune d'argent, trous. Vitraux conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Six colonnes réalisées en 2010. 217 cm haut maximum. Verres transparents, verres opalescents, verres colorés, verres à relief, gravures, jaune d'argent, trous. Vitraux conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneaux d'essai réalisés en 2010 : 7 colonnes : exposition 2011 de la Grange aux verrières. 200 cm environ de hauteur. Verres blanc opalescent, noir, transparent, multicolore, verres à relief, gravure. Vitraux conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneaux d'essai réalisés en 2010 : 7 colonnes : exposition 2011 de la Grange aux verrières. 200 cm environ de hauteur. Verres blanc opalescent, noir, transparent, multicolore, verres à relief, gravure. Vitraux conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Sept colonnes réalisées en 2010. Deux d'entre elles se composent de verres collés (sans plomb). 171 cm haut maximum. Verres transparents, verres opalescents, verres colorés, verres à relief, gravures. Vitraux conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Sept colonnes réalisées en 2010. Deux d'entre elles se composent de verres collés (sans plomb). 171 cm haut maximum. Verres transparents, verres opalescents, verres colorés, verres à relief, gravures. Vitraux conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.

Alors que l’œuvre de l’artiste connait ces nouveaux développements, on observe que certaines pratiques des périodes précédentes sont maintenues et redéclinées. C’est le cas notamment des bandes horizontales prédominant dans les compositions des vitraux de La Celette (Cher) en 2004, de Montipouret (Indre) en 2004, de Gardefort (Cher) en 2005, de Faye-la-Vineuse (Indre-et-Loire) en 2007 et de certains panneaux d’essais de 2003 et 2007.

Panneau d'essai réalisé en 2007 pour l'église Saint-Georges de Faye-la-Vineuse (Indre-et-Loire). Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher). 76 x 40 cm, verres transparents, opalescents, verre jaune gravé, croix bleue.Panneau d'essai réalisé en 2007 pour l'église Saint-Georges de Faye-la-Vineuse (Indre-et-Loire). Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher). 76 x 40 cm, verres transparents, opalescents, verre jaune gravé, croix bleue. Panneau d'essai réalisé en 2007 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 33 x 56 cm. Bandes horizontales, verre bleu gravé, rose à l'or gravé, blancs opalescents. Panneau d'essai réalisé en 2007 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 33 x 56 cm. Bandes horizontales, verre bleu gravé, rose à l'or gravé, blancs opalescents.

Parfois aussi, des modèles « anciens » des années 1990 sont repris et réadaptés, tels certains vitraux de Primelles (Cher) en 2003 (baies 0, 1 et 2) ou de Moulins-sur-Yèvre (Cher) en 2002 (baies 5 et 6).

Comme pour les périodes précédentes, les œuvres des années 2000/2010 illustrent un travail approfondi sur le carré, forme simple mais offrant des occasions de variations à l’infini. Parfois déformés, grands ou petits, constituant des quadrillages ou des maillages, colorés ou transparents, toutes les possibilités sont explorées et proposées. Les versions les plus abouties étant sans doute visibles dans ces panneaux d’essais de 2011 proposant une sorte de tissage de bandes de verres (rubans constitués de petits carrés et délimitant des carrés plus grands). Cette idée du tissage est reprise dans les créations du transept de la cathédrale de Lyon réalisées en 2015 en commun avec Jean-Dominique Fleury et Gilles Rousvoal.

Vitrail d'essai composé de trois panneaux et réalisé en 2011. 171,5 x 153 cm. Verres transparents, verres à relief, multicolore. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Vitrail d'essai composé de trois panneaux et réalisé en 2011. 171,5 x 153 cm. Verres transparents, verres à relief, multicolore. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 2011 : quadrillage. 77,5 x 68,5 cm. Verres transparents, bandes colorées (jaune, noir, verre, rose, vert), verre à relief. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 2011 : quadrillage. 77,5 x 68,5 cm. Verres transparents, bandes colorées (jaune, noir, verre, rose, vert), verre à relief. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 2011 : quadrillages décalés ("tissage" des bandes de verres). 82 x 82 cm. Verres transparents, blancs opalescents, verres à relief.  Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 2011 : quadrillages décalés ("tissage" des bandes de verres). 82 x 82 cm. Verres transparents, blancs opalescents, verres à relief. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.

Concernant les techniques employées, on constate plusieurs pratiques : une utilisation moins importante de la gravure, la réintroduction des trous, le maintien de l’emploi de plombs de différentes largeurs et le retour à l’usage de la peinture.

Au sujet de l’utilisation de la grisaille (noire, bleue ou blanche) qu’il réintroduit en 2015, Jean Mauret explique : « je travaille à partir de préparations préalablement cuites au four et retaillées à la demande ; comme je le fais depuis toujours pour les préparations colorées. En redécoupant dans ce travail préparatoire, j’évite ainsi l’intervention directe du geste dans une forme définie. La distanciation d’avec le geste pictural m’est indispensable pour ne pas mélanger ce qui est de l’ordre de l’affect et la direction que j’essaie de donner à ma démarche».

Deux panneaux d'essais réalisés par Jean Mauret en 2015. 29 x 43 cm : grisaille noire sur verre transparent, grisaille noire sur verre blanc opalescent, verre industriel, jaune sélénium, plombs de différentes largeurs. 29 x 42,5 cm : verre blanc opalescent, verre noir, jaune sélénium, rose, jaune d'argent, gravure à la meule (sur le jaune). Atelier de Jean Mauret à Saint-Hilaire-en-Lignières.Deux panneaux d'essais réalisés par Jean Mauret en 2015. 29 x 43 cm : grisaille noire sur verre transparent, grisaille noire sur verre blanc opalescent, verre industriel, jaune sélénium, plombs de différentes largeurs. 29 x 42,5 cm : verre blanc opalescent, verre noir, jaune sélénium, rose, jaune d'argent, gravure à la meule (sur le jaune). Atelier de Jean Mauret à Saint-Hilaire-en-Lignières. Panneau d'essai réalisé en 2011 pour l'église Saint-Martin de Vallenay (Cher). 44 x 97 cm. Verres transparents, verres à relief, jaune.  Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Panneau d'essai réalisé en 2011 pour l'église Saint-Martin de Vallenay (Cher). 44 x 97 cm. Verres transparents, verres à relief, jaune. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Deux panneaux d'essais réalisés en 2015 pour l'église prieurale de Grandmont à Corquoy (Cher). Les vitraux in situ ont été réalisés en 2010. 137 x 30 et 139 x 40 cm. Verres industriels, verres transparents, jaune selenium, verres opalescents, bleu, noir, plombs de différentes largeurs, parfois absence de plomb entre deux verres.  Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.Deux panneaux d'essais réalisés en 2015 pour l'église prieurale de Grandmont à Corquoy (Cher). Les vitraux in situ ont été réalisés en 2010. 137 x 30 et 139 x 40 cm. Verres industriels, verres transparents, jaune selenium, verres opalescents, bleu, noir, plombs de différentes largeurs, parfois absence de plomb entre deux verres. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières.

Pour ce qui est des verres utilisés, on observe que le verre opalescent, dont l’usage est récurrent jusqu’au début des années 2000, tend à devenir moins présent et que ce sont dorénavant les verres industriels, les verres plus ou moins transparents et incolores et les verres de couleurs vives (roses à l’or, jaunes sélénium …) ou noires qui prédominent. Durant les années 2000-2010, les transparences sont plus présentes ainsi que les verres permettant d’accrocher ou de diffracter la lumière (verres industriels) (essai pour Vallenay dans le Cher en 2011) (vitraux de la nef de Sainte-Lunaise dans le Cher en 2002) (vitraux de l’église prieurale de Grandmont à Corquoy dans le Cher en 2010). Ces recherches culminent en 2016 avec les essais réalisés pour le dortoir des moines de l’abbaye de Sénanque à Gordes (Vaucluse).

Les réalisations de 2017 montrent la grande capacité de Jean Mauret a toujours se renouveler. Il propose des séries d’œuvres de très petites dimensions, souvent monochromes et parfois animées d’un trait de gravure ou d’une fente. Quasiment dépourvus de plomb, les assemblages sont effectués par collages, sur le plat des verres ou bord à bord. On retrouve les formes simples chères à l’artiste, le carré, le disque et le plein cintre auxquels s’ajoute le triangle. L’ensemble, à la fois multicolore et dépouillé, révèle une volonté forte d’aller à l’essentiel.

Enfin, l’ouverture en 2009 par Jean Mauret d’un lieu d’exposition et d’échanges sur le vitrail contemporain, « la Grange aux verrières », à quelques pas de son atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher), peut être considérée comme un élément important de son cheminement, chacune des expositions constituant autant de jalons prolongeant son travail de création. On citera en particulier l’exposition de 2015, réalisée conjointement avec Joël Frémiot, peintre et poète, où les œuvres de chacun des deux artistes se répondent les unes aux autres.

Dénominations verrière
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Cher
Adresse Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle , daté par source
Stade de création pièce originale de vitrail
Lieu d'exécution Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Édifice ou site : Atelier de Jean Mauret
Auteur(s) Auteur : Mauret Jean,
Jean Mauret (1944 - )

Artiste verrier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier
Catégories vitrail
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Travaux de commandes pour la période 2003-2015

    Travaux de commandes pour la période 2003-2015 :

    2003 : Chauvigny (Vienne), église collégiale Saint-Pierre

    2003 : Le Mesnil-sur-Oger (Marne), église Saint-Nicolas

    2003 : Marville (Meuse), église Saint-Nicolas

    2003 : Montagrier (Dordogne), église Sainte-Madeleine (+ 2 panneaux d’essais)

    2004 : Montlouis (Cher), église Saint-Martin (+ 2 panneaux d’essais)

    2003 : Primelles (Cher), église Saint-Laurent (+ 1 panneau d’essai)

    2004 : La Celette (Cher), église Saint-Pierre et Saint-Paul

    2004 : Montipouret (Indre), église Saint-Martin (+ 1 panneau d’essai)

    2004 : Dommartin-Varimont (Marne), église de la Nativité de la Vierge

    2004 : Trouy (18), église Saint-Pierre

    2005 : Gardefort (Cher), église Saint-Martin

    2005 : Saint-Pantaléon-de-Lapleau (Corrèze), église Saint-Pantaléon du bourg (+ 1 panneau d’essai)

    2006 : Bedenac (Charente-Maritime), église de Chierzac

    2006 : Tursac (Dordogne), église Saint-Julien

    2006 : Faye-la-Vineuse (Indre-et-Loire), collégiale Saint-Georges (+ 1 panneau d’essai)

    2008 : Meaulne (Allier), église Saint-Symphorien

    2008 : Saint-Baudel (Cher), église Saint-Baudel (+ 1 panneau d’essai)

    2009 : Bourges (Cher), chapelle du lycée Jacques Cœur (+ 3 rosaces d’essais)

    2009 : Clairavaux (Creuse), église Saint-Roch (+ 2 panneaux d’essais)

    2009 : Fontevraud-l’Abbaye (Maine-et-Loire), chapelle Sainte-Catherine

    2009 : Château-l’Évêque (Dordogne), église Saint-Jean-Baptiste de Preyssac d’Agonac

    2010 : Corquoy (Cher), église prieurale de Grandmont (+ 2 panneaux d’essais)

    2010 : Paulnay (Indre), église Saint-Étienne

    2011 : Chambon (Cher), église Saint-Pierre (+ 2 panneaux d’essais)

    2011 : Vallenay (Cher), église Saint-Martin (+ 2 panneaux d’essais)

    2012 : Saint-Pierre-les-Bois (Cher), église Saint-Pierre (+ 1 panneau d’essai)

    2014-2015 : Lyon (Rhône), cathédrale Saint-Jean, en collaboration avec les verriers Gilles Rousvoal et Jean-Dominique Fleury (+ 3 panneaux d’essais)

    Panneaux d’essais pour des chantiers non réalisés :

    2003 : Saint-Benoît (Vienne), église abbatiale Saint-Benoît

    2004 : Camps-Saint-Mathurin-Léobazel (Corrèze), église

    2004 : Cars (Gironde), église Saint-Pierre

    2005 : Bueil-en-Touraine (Indre-et-Loire), église Saint-Pierre-es-liens

    2005 : Descartes (Indre-et-Loire), église Notre-Dame de la Faye (5 panneaux)

Références documentaires

Documents d'archives
  • Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie