Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Descartes (Indre-et-Loire) : église Notre-Dame-de-la-Haye, projet de Jean Mauret pour 10 verrières

Dossier IM37002646 réalisé en 2016
Dénominations verrière
Aire d'étude et canton France - Indre-et-Loire
Adresse Commune : Descartes
Adresse : rue Notre-Dame

En octobre 2002, dans le cadre de la restauration intérieure de l'église Notre-Dame-de-la-Haye à Descartes, Arnaud de Saint-Jouan (architecte en chef des Monuments historiques) propose de créer un ensemble de vitraux avec mise en concurrence de plusieurs candidats maîtres-verriers (de 3 à 5) "choisis en fonction de leurs qualités". Il s'agit de fermer quatre baies du chœur (0, 2, 4 et 1) et six baies de la nef (6, 8, 10, 12, 14, 16). Des maquettes et des panneaux d’échantillon sont demandés aux artistes.

Un premier appel d’offre ouvert est publié en juin 2003. Un seul verrier répond au marché, André Ropion, installé à Chouzy-sur-Cisse (Loir-et-Cher). Son offre est acceptée et un ordre de service prévoit la réalisation des travaux de avril à décembre 2004. Ces délais sont repoussés de six mois puis en mars 2005, le marché est résilié suite au désistement de l’attributaire. Un courrier du 16 mars signé du Directeur régional des Affaires culturelles Jean-Louis Leprêtre informe Jean Mauret que la Drac recherche un maître-verrier pour créer un ensemble de vitraux à Descartes (nef et chœur). Il lui propose de soumissionner.

En avril 2005, Jean Mauret adresse à la Conservation régionale des Monuments historiques des maquettes et une note d'intention expliquant son projet. Après examen des dossiers, c'est la proposition du maître-verrier Stéphane Petit à Chenonville (Eure-et-Loir) qui est retenue en juin. Les autres projets de création sont signés par l'atelier Loire (Chartres), par Jean Mauret et par Claire Babet (Chenonville).

Les travaux sont réalisés de juin à octobre 2005. Neuf baies, au lieu des dix prévues en 2002, sont finalement exécutées (0, 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14, 16). Stéphane Petit s’est inspiré des peintures murales en place dans l’église pour la composition et la coloration de ses créations (verres thermoformés posés sur des châssis en bois).

Période(s) Principale : 1er quart 21e siècle , daté par source
Dates 2005, daté par source
Stade de création pièce originale de vitrail
Lieu d'exécution Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Édifice ou site : Atelier de Jean Mauret
Auteur(s) Auteur : Mauret Jean,
Jean Mauret (1944 - )

Artiste verrier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier

Jean Mauret adresse en avril 2005 à la Conservation régionale des Monuments historiques une note d'intention expliquant sa proposition de création : "mon projet tient compte des cadres en bois prévus dans les ébrasements. Toutefois, afin de conserver un maximum de lumière dans la nef qui n’en reçoit pas beaucoup, je propose de supprimer ces cadres dans les 5 baies tout en conservant visuellement le dessin qui serait alors traité en vitrail avec du verre opalescent de densité moyenne, l’ensemble s’inscrivant alors dans la totalité de l’ouverture. (…) J’ai prévu de réaliser un vitrail pour la baie 1 de l’abside qui donne sur le comble (non prévu au marché). Étant donné sa situation particulière, je propose pour ce vitrail d’utiliser des verres blancs opaques plaqués qui accrochent la lumière par réflexion et permettent de retrouver le plan de la baie tout en jouant avec le fond noir pour créer des contrastes. (...) Le parti choisi pour l’ensemble est assez clair avec de la couleur amenée ponctuellement sur la surface traitée avec des variations de verres transparents et opalescent, la structure décalée des plombs permettant une composition souple de cette couleur. Les vitraux sont tous différents et demandent pour chacun la réalisation d’un carton à l’échelle 1 et un calibrage pour toutes les pièces. Les verres employés seront en grande partie plaqués avec une utilisation ponctuelle de gravure pour créer des passages".

Les maquettes accompagnant cette note d'intention présentent toutes un principe commun : une bordure blanche cernant une partie centrale souvent divisée en deux espaces. Cette partie centrale est constituée de réseaux quadrillés aux orientations diverses et se chevauchant. Les carrés composant ces quadrillages sont irréguliers et très colorés.

Cinq vitraux d'essai ont été exécutés suivant ces maquettes. Ils présentent, malgré les nombreuses touches de couleurs, une dominante blanche opalescente et transparente. Les verres utilisés sont très variés (verres industriels, noirs, opalescents, rose à l'or, verres plaqués). L'artiste a joué sur différentes largeurs de plombs et a employé la technique de la gravure et du jaune d'argent sur certaines pièces. Les lignes obliques apportent une dynamique aux compositions, elles débordent parfois sur les bordures.

Catégories vitrail
Structures baie libre
Matériaux verre
plomb
Inscriptions & marques

Eglise classée au titre des Monuments historiques depuis le 19 juin 1981 et le 27 mai 1994.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections protection MH

Références documentaires

Documents d'archives
  • Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.

  • Conservation régionale des Monuments historiques, DRAC Centre : archives. Dossier église Notre-Dame-de-la-Haye.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie