Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Gaillard : maison de maître

Dossier IA28000045 réalisé en 2013

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées cellier, puits
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Thiron-Gardais
Adresse Commune : La Croix-du-Perche
Lieu-dit : Gaillard
Cadastre : 1814 C1 120 ; 2013 ZM 59
Précisions

D’après Édouard Lefèvre, les environs de l’étang de Gaillard étaient, au haut Moyen-Âge, l’emplacement du "Château-Gaillard", une forteresse contenant le bourg primitif de la Croix-du-Perche. Il n'existe aujourd'hui aucune trace de l’enceinte circulaire qu'il avait signalée en 1856. En 1495, "la motte et la place de la maison-fort de Gaillard, entourée de bois et d’étangs profonds remplis de poissons d’une excellente qualité" sont encore visibles. Au début du 19e siècle, seuls trois petits bâtiments à usage probable de dépendances figurent en plan sur le cadastre ancien. Dans les années 1830, Onésipe Tullius Émile Léon Silvy, professeur au collège de Nogent-le-Rotrou et maire de la ville de 1831 à 1835 - date à laquelle il quitte le Perche pour devenir directeur de la Caisse Hypothécaire de Paris -, achète la propriété avec 250 ha de terrain, pour en faire un rendez-vous de chasse. L’examen des matrices cadastrales montre deux interventions. En 1843, Silvy, souhaitant transformer le modeste bâtiment en maison de campagne, l’agrandit au nord-ouest et au sud-est (les murs de refend, qui à l’origine étaient des murs-pignons, en témoignent). En 1854, le bâtiment est rehaussé d’un étage carré, comme l'atteste l’ancienne corniche en brique qui devient alors un bandeau séparant les deux niveaux. Un cellier est construit au sud-est de la maison de maître au troisième quart du 19e siècle.

Période(s) Principale : 19e siècle
Dates 1854, daté par source
Auteur(s) Auteur : Silvy Onésipe Tullius Émile Léon,
Onésipe Tullius Émile Léon Silvy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par source

Cette maison de maître se situe au sud de l’étang de Gaillard, à proximité de la ferme du même lieu-dit. Elle s’élève sur deux niveaux (un rez-de-chaussée et un étage carré) séparés par un bandeau en brique (ancienne corniche du bâtiment en rez-de-chaussée). Les façades principales, éclairées par sept travées chacune, sont orientée au nord-est et au sud-ouest. Les façades latérales ne sont percées que de deux portes (dont une bouchée au nord-ouest). Plusieurs cheminées, comme en témoignent les deux grosses souches aux conduits multiples, chauffent les pièces de la maison (intérieur non-vu lors de l’étude). Les ouvertures du rez-de-chaussée, en brique, sont surmontées d’arcs en plein cintre ; celles de l’étage, en pierre de taille de calcaire, sont quadrangulaires et surmontées d’une plate-bande. Les ouvertures du cellier, en brique, sont surmontées d’arcs brisés.

Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein. Les encadrements des baies, tout comme les chaînages d’angles, sont mixtes : en brique ou en pierre de taille de calcaire. La corniche et la partie sommitale des piliers cormiers sont moulurées, en pierre de taille de calcaire. Le toit est à longs pans et à croupe (maison de notable) couverts en ardoise.

Murs silex moellon enduit
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
États conservations bon état

Le changement de matériaux entre les deux niveaux montrent bien le décalage des deux campagnes de construction. De style classique, la sobriété du rez-de-chaussée (arc en plein cintre en brique) contraste avec le calcaire des ouvertures, de la corniche et des piliers cormiers moulurés. L’histoire relativement bien connue et le côté atypique de cette maison de notable font de l’ensemble qu’elle forme avec la ferme, le moulin et l’étang, un ensemble patrimonial de premier ordre à l’échelle communale.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 971 - 973. Matrices cadastrales.

Bibliographie
  • LEFEVRE, Édouard. Dictionnaire géographique des communes et hameaux, fermes, moulins, châteaux, maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).

(c) Parc naturel régional du Perche ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Maillard Florent - Casses Laetitia