Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Gardais : presbytère, actuellement maison

Dossier IA28000211 réalisé en 2014

Fiche

Parties constituantes non étudiées grange, écurie
Dénominations presbytère
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Thiron-Gardais
Adresse Commune : Thiron-Gardais
Lieu-dit : Gardais
Cadastre : 1814 B3 318 ; 2014 ZB 91
Précisions

En 1702, Jacques de Calbris, curé de la paroisse de Gardais, fait reconstruire le presbytère par Jean Debray, maître tailleur de pierre à Saint-Denis-d'Authou, et René Malherbe, maître charpentier à Chassant. Les matériaux à mettre en œuvre sont précisés : le grès de Saint-Denis pour les fondations (pierre de taille provenant des carrières de Giraumont à Saint-Denis-d'Authou), la chaux de Souancé, le bois de charpente des Ferreries (Saint-Denis-d'Authou), des Échumeaux et de Morissure (Thiron-Gardais). À la Révolution, la paroisse de Gardais est réunie à celle de Thiron, l'église paroissiale est détruite et le presbytère vendu comme bien public à la famille Guiot. Au milieu du 19e siècle, il passe entre les mains de François Vallée - probable commanditaire de l’extension au nord-ouest de l'ancien presbytère ainsi que de la reconstruction de la grange au nord de l'ensemble - puis entre celles de Louis Lebrun en 1882.

L'ensemble a été transformé dans la seconde moitié du 20e siècle.

Période(s) Principale : 1er quart 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates 1702, daté par source
Auteur(s) Personnalité : De Calbris Jacques, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Vallée François, commanditaire, attribution par source
Auteur : Debray Jean, tailleur de pierre, attribution par source
Auteur : Malherbe René, maître charpentier, attribution par source

L'ancien presbytère de Gardais se situe à l'est de l'emplacement de l'ancienne église paroissiale (parcelle B 288) détruite au début du 19e siècle.

L'ensemble comprend deux bâtiments organisés autour d'une cour ouverte :

- De plan en "L", le bâtiment principal comprend le logis (aile sud) et une dépendance servant d'écurie et de remise (aile nord). Le logis s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée et un étage carré surmonté d'un comble. Si aucune cheminée d'origine ne subsiste, les deux pignons conservent des traces de cheminée sur chaque niveau (conduits triples). Placé contre le mur nord, un escalier suspendu à retours en bois, d'origine de la construction, dessert les trois niveaux. La fonction des pièces (deux par niveau) - difficile à appréhender (cloisonnement modifié) - semble être la suivante : cuisine et salle au rez-de-chaussée, chambres à l'étage et chambres de domestiques sous le comble. En alignement du logis, à l'ouest, se situe un autre corps de bâtiment en rez-de-chaussée (à usage de salle ou de chambre : présence d'une cheminée) qui fait la jonction entre le logis et les dépendances (écurie et remise) en retour d'équerre.

Les murs du logis sont en moellons de silex et de calcaire couverts d'un enduit plein (façade sud-ouest) à l'exception du mur nord-est en partie en pan de bois hourdé en terre (partie supérieure). Les chaînages d'angle et le soubassement sont en pierre de taille de grès. Les encadrements des baies peuvent être en pierre de taille de grès, de calcaire ou en brique (dans ce cas, surmontées d'un arc segmentaire). La corniche moulurée de la façade sud-ouest est en pierre de taille calcaire.

- Au nord-est de l'ensemble, se trouve la grange. Sa charpente repose sur des poteaux en bois (sur socle en pierre de taille de grès) pris dans une maçonnerie en moellons de silex et de grès.

Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate ancienne (grange), neuve (versants sud-ouest et nord-ouest du bâtiment principal) ou en ardoise (versants nord-est et sud-est du bâtiment principal).

Murs silex moellon enduit
grès moellon enduit
calcaire moellon enduit
terre pan de bois enduit
Toit tuile plate, ardoise
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvrements
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours, suspendu
États conservations bon état, remanié
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 2846 - 2850. Matrices cadastrales.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 7824. Plan du cadastre de 1814.

Documents figurés
  • Plan géométrique de la seigneurie de Gardais par Canuël en 1759. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, G 2075).

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : G 2075
(c) Parc naturel régional du Perche ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Maillard Florent