Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Gâtine : moulin et ferme

Dossier IA28000209 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées logis, remise, grange, étable, écurie, toit à porcs
Dénominations moulin, ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Thiron-Gardais
Adresse Commune : Thiron-Gardais
Lieu-dit : Le Moulin de la Gâtine
Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 ; 2013 ZD 32, 33, 34, 35
Précisions

Sous l'Ancien régime, le Moulin de la Gâtine dépend de la seigneurie de Thiron. Les bâtiments les plus anciens semblent remonter au 18e siècle, période de reconstruction du moulin, comme le montrent certaines ouvertures en arc segmentaire, en briquette et/ou en pierre de taille calcaire (partie logis du moulin) ou uniquement en pierre de taille de calcaire (fournil). C'est également au 18e siècle que la dépendance en pan de bois est construite (vestiges d'une date du 18e siècle gravée dans l'enduit, accompagnée d'une inscription, probablement celle du commanditaire, en partie effacée). En 1814, le lieu-dit appartient à la famille Taulé et comprend le moulin et une maison (probablement un logis de ferme avec quelques dépendances). En 1853, Zoé Marceline Latour se fait construire une maison en face du bâtiment du moulin. Elle sera transformée en dépendance à la fin du 19e siècle. Le moulin est très remanié en 1886 pour François Suhard : démolition et reconstruction du mécanisme. A cette même période, un quatrième bâtiment (à usage de logis et de dépendance) est construit face à la dépendance en pan de bois. L'activité du moulin cesse en 1943. Il a été très modifié dans les années 1980 (abaissement d'un demi-niveau d'élévation, modification de la charpente, couverture en fibrociment).

Période(s) Principale : 18e siècle, 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1853, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Latour Zoé Marceline, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Suhard François, commanditaire, attribution par source

Le moulin et la ferme comprennent quatre bâtiments :

- Situé au nord, le bâtiment où se trouve le moulin abrite également le logis du meunier et un fournil. La roue du moulin, disparue, était placée contre le pignon est. Une chute d'eau d'environ 2 mètres alimentée par un bief dérivé de la rivière de la Thironne, actionnait la roue. À l'intérieur, une partie du mécanisme est conservée : bâti, engrenages (en partie à dents de bois), transmissions et les deux meules. Ces dernières portent l'inscription "Vve THEILL À NOGENT-LE-ROTROU" indiquant leur provenance. La cheminée du logis a été détruite, celle du fournil existe toujours, mais la voûte du four a disparu.

- Face au moulin, au nord-ouest de l'ensemble, se situe la grange-étable qui abritait à l'origine un logis (d'après les matrices cadastrales) dont aucune trace ne subsiste (plus de cheminée, ni de souche, ni même de conduit).

- Plus au sud se trouve le bâtiment d'exploitation. Il comprend quatre corps de bâtiment : du nord au sud se développent les toits à porcs, un cellier, cinq étables et/ou écuries et une grange. Le corps central (qui abrite les cinq étables et/ou écuries) semble être le plus ancien. Sa charpente repose sur des poteaux de bois isolés du sol par de grosses pierres. Quelques vestiges de sa structure en pan de bois subsistent notamment au dessus de deux portes. Une inscription dans l'enduit est en partie lisible : "17?? LIPHE???EIN" donnait probablement la date de construction (18e siècle) et le nom du maître d’œuvre ou celui du maître d'ouvrage. La majorité du pan de bois hourdé en terre a été remplacée par des maçonneries en moellons de silex.

- Face au bâtiment d'exploitation, au sud-ouest de l'ensemble, se situe le bâtiment principal de la ferme abritant le logis (salle, chambre), une écurie, les remises et un fournil.

Les murs sont en moellons de silex et/ou de calcaire et roussard couverts d'un enduit à pierre vue. Les encadrements des ouvertures, les chaînages d'angle, les corniches (quand elles sont présentes) et les souches de cheminée sont en brique, à l'exception des ouvertures du moulin où la pierre de taille calcaire alterne (ou non) avec la briquette plus ancienne. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate ancienne ou couverts en fibrociment (moulin).

Murs silex moellon enduit
calcaire moellon enduit
grès moellon enduit
Toit tuile plate, ciment amiante en couverture
Étages rez-de-chaussée
Couvrements
Couvertures toit à longs pans
États conservations bon état, remanié
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 2846 - 2850. Matrices cadastrales.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 7824. Plan du cadastre de 1814.

Documents figurés
  • Plan géométrique de la seigneurie de Gardais par Canuël en 1759. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, G 2075).

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : G 2075
(c) Parc naturel régional du Perche ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Maillard Florent