Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Gitonnière : manoir

Dossier IA37005310 réalisé en 2011

Fiche

Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Canton de Bléré
Adresse Commune : Azay-sur-Cher
Lieu-dit : La Gitonnière
Cadastre : 1826 B1 455 ; 2012 ZV 400

La Gitonnière est un ancien fief relevant du château d'Azay-sur-Cher. Les seigneurs qui le possédèrent sont connus à partir de 1446, date à laquelle il appartenait à Jean de Montbazon. La construction d'un premier logis est attestée par la présence d'un escalier en vis en pierre de taille, datant du 15e ou du 16e siècle. Cet escalier a été intégré dans le bâtiment actuel qui date en grande partie du 17e siècle et dont la charpente d'origine est conservée. A l'ouest, un pavillon dont la fonction est indéterminée date également du 17e siècle, de même que la chapelle située à l'est. Le corps de logis reliant le logis d'origine au pavillon ouest est une construction récente (20e siècle). Au nord, deux bâtiments accolés en pignon et parallèles à l'allée centrale ont abrité une laiterie au cours de la première moitié du 20e siècle. La production était gérée par la société des Grandes laiteries de Touraine et Normandie réunies.

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 17e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle

Le corps de logis, de plan rectangulaire, est construit en pierre de taille sur un terrain en forte pente au nord. Un étage de soubassement existe de ce côté, et l'étage correspond au rez-de-chaussée côté sud. Le bâtiment comprend cinq travées ordonnancées. La travée centrale est surmontée d'un fronton triangulaire, percé d'un oculus. Tous les niveaux sont desservis par un seul escalier en vis en pierre de taille. La charpente à chevrons formant fermes possède un sous-faîtage et est contreventée. Le toit à longs pans et croupes est couvert en ardoise. A l'ouest, un bâtiment en rez-de-chaussée, éclairé par quatre baies de chaque côté, relie le corps de logis initial au pavillon ouest. Ce pavillon, improprement appelé pigeonnier car il ne renferme pas de boulin, est construit en moellon enduit ; les chaînages d'angle ainsi que les quatre lucarnes à fronton cintré et le lanternon carré qui surmonte l'élégant toit à l'impériale sont en pierre de taille. Le tout est couvert en ardoise. A l'est et non contiguë au logis, se dresse une chapelle qui comprend une travée droite prolongée d'une abside à cinq pans. Elle est bâtie en moellon de calcaire ; les chaînages d'angle et les encadrements des baies sont en pierre de taille. Le toit en pavillon de la travée droite est couvert en ardoise, ainsi que le toit polygonal de l'abside, éclairée par trois baies en plein cintre.

Murs pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de soubassement, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
croupe
États conservations inégal suivant les parties
Techniques sculpture
Représentations ornement végétal
Précision représentations

Le fronton triangulaire du corps de logis est sculpté de rinceaux d'acanthe et de guirlandes de feuilles.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Extrait du plan cadastral ancien, section B1,1826. Détail, La Gitonnière. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 3 P).

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.