Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Grandinière : ferme

Dossier IA37005234 réalisé en 2010

Fiche

Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Canton de Bléré
Adresse Commune : Cigogné
Lieu-dit : La Grandinière
Cadastre : 1823 C4 491-492 ; 2010 C4 528

La Grandinière figure sur la carte de Cassini. Ensemble nord : on y observe les vestiges de la cheminée d'un ancien logis, datable du 15e siècle, et remaniée ensuite (17e siècle ?) ainsi qu'un placard mural en place, qui constituent les éléments les plus anciens vus lors de l'enquête. Ensemble sud : le corps de logis actuel date du 19e siècle, et la grange qui lui est accolée perpendiculairement, vraisemblablement du 18e siècle.

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 17e siècle , (?)

L'observation in situ réalisée en 2010 a permis de relever des différences par rapport au plan cadastral actuel : l'une concerne le chemin d'accès qui longe la parcelle 458, qui n'existe plus. Le chemin figuré sur le cadastre de 1823 correspond en revanche à l'état actuel. Le bâtiment irrégulier situé à l'est de la cour en limite de la parcelle 529 du cadastre actuel n'existait plus lors de l'enquête. Le cadastre ancien indique qu'un long corps de bâtiment s'y trouvait auparavant. Aujourd'hui La Grandinière est une ferme à cour ouverte, bordée au sud-est par un étang alimenté par le ruisseau des Tabardières. Par commodité, on décrit un ensemble sud, longeant la parcelle 459 et un ensemble nord, longeant la parcelle 458. L'ensemble sud comprend un corps de logis en rez-de chaussée construit en moellons et couvert d'un toit à longs pans en ardoise. A l'arrière, le dénivellement du terrain a permis la création de deux caves voûtées en moellons, dont l'une abrite un puits. Une grange en moellons au toit à longs pans en tuile plate est accolée perpendiculairement au corps de logis. Son pignon sud est épaulé par un contrefort ; la charpente est à pannes et chevrons, elle possède un sous-faîtage. L'ensemble nord comprend un long corps de bâtiment en moellons, qui abrite les vestiges d'un ancien logis, dont subsistent des corbeaux et des fragments de piédroits d'une cheminée. Deux étables lui sont accolées vers l'ouest. Le toit à longs pans est couvert en tuile mécanique. On accède au comble par une porte percée à mi hauteur du pignon est. La charpente à pannes possède un contreventement. Les arbalétriers s'arrêtent au niveau des faux entraits dont les extrémités creusées en V supportent les pannes. Enfin, à l'ouest, est accolée une grange en moellons enduits, prolongée en parpaings et couverte d'un toit à longs pans en tuile plate. A l'écart, à l'ouest, un hangar récent en tôle a été construit.

Murs calcaire moellon
Toit tuile mécanique, tuile plate, tôle ondulée
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.