Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Guichardière : ferme

Dossier IA37005231 réalisé en 2010

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • maison
    • grange
    • écurie
    • four à pain
Parties constituantes non étudiées maison, grange, écurie, four à pain
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Canton de Bléré - Bléré
Adresse Commune : Sublaines
Lieu-dit : La Guichardière
Cadastre : 1824 A1 278-279 ; 2010 ZP 2-3

La Guichardière est mentionnée sur la carte de Cassini (18e siècle). La ferme a conservé un ancien logis, actuellement désaffecté, portant la date 1692. Cependant, des éléments plus anciens sont encore en place : cheminée à gros corbeaux pyramidaux, autre logis à plafond très bas dont toute la stucture plafond-charpente était portée par des poteaux accolés aux murs gouttereaux. Cette disposition pourrait dater du 15e siècle. Les anciens poteaux ont été conservés, ainsi qu'une partie de cloison en torchis et pan de bois mais les baies et les plafonds ont été rehaussés. La cheminée, qui ouvre sur le four à pain, date du 17e siècle. La charpente de cette partie du bâtiment a également été refaite récemment. A l'ouest, une grange à porteau du 18e siècle a été prolongée de divers bâtiments d'exploitation à une date indéterminée, probablement au cours du 19e siècle. Un petit bâtiment adossé perpendiculairement a été construit vers 1900. La maison habitée actuellement a été édifiée vers 1945. A l'est, un petit toit à porcs a été rehaussé et transformé en bâtiment habitable en 1988. La mare qui figurait au centre de la cour sur le cadastre de 1824 n'existe plus. Le puits situé en dehors de la cour à l'est était équipé d'une pompe qui fonctionnait vers 1960.

Période(s) Principale : 15e siècle , (?)
Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1692, porte la date

La ferme se compose de trois bâtiments principaux délimitant une cour ouverte au sud. Tous les bâtiments sont construits en moellon de calcaire et couverts en tuile plate, à l'exception de l'écurie, couverte en tuile mécanique. L'accès aux combles s'effectue par des lucarnes en façade, couvertes d'un toit à croupe débordante. Tous les bâtiments sont en rez-de-chaussée, sans cave. La grange à porteau, utilisée comme bergerie jusque vers 1950, a été percée à l'ouest de petites baies en plein cintre en brique favorisant l'aération. Le pignon nord est en parpaing. La charpente comporte quatre fermes dont les entraits reposent sur les sablières des murs gouttereaux, on note la présence d'un sous-faîtage. Le logis nord-ouest comprend une seule pièce à feu avec sol en terre battue. Dans ce dernier, un potager est situé près de la cheminée. Le logis nord-est a été fortement remanié du fait du rehaussement des plafonds. Un four à pain, détruit en quasi totalité, est adossé au pignon est.

Murs calcaire
moellon
Toit tuile mécanique, tuile plate, ardoise
Étages rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
noue
croupe
Typologies grange à porteau
États conservations restauré, inégal suivant les parties
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Extrait du plan cadastral ancien, section A1, 1824. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.