Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hôtel (15 rue de l'Île d'Or)

Dossier IA37005766 inclus dans Amboise : rue de l'Île d'Or réalisé en 2006
Dénominations hôtel
Aire d'étude et canton Amboise - Amboise
Adresse Commune : Amboise
Adresse : 15 rue de l'Île d'Or

Le 15 rue de l'Île d'Or est visible depuis la rue Émile Gounin. De chaque côté, la demeure est séparée de la chaussée par un jardin. Elle a été construite en plusieurs campagnes et récemment restaurée. Il est bien difficile de définir le statut de l'édifice : maison ou hôtel ? Il pourrait s'agir d'un hôtel dont le corps de logis principal est en pierre et les communs en pan de bois. Mais en l'absence de croisée authentique, ce n'est là qu'une hypothèse.

Par ailleurs, les colombes disposées en arêtes de poisson du corps de bâtiment en pan-de-bois oriente sa date de construction vers les 17e-18e siècles.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : Temps modernes
Secondaire : 17e siècle
Secondaire : 18e siècle

L'édifice présente un plan en L. Le corps de logis en pierre, dans un style plus ou moins gothique, présente cependant un mur gouttereau en pierre de taille de tuffeau dont le soubassement semble ancien, les pierres de restauration se distinguant des pierres d'origine par leur blancheur. Le corps de bâtiment en pan de bois semble être une extension du premier corps de logis en pierre. Ces bois sont toutefois masqués par un édifice contemporain appuyé sur la façade. Au sein de ce corps de logis et dans le prolongement du premier, une tourelle d'escalier également en pan-de-bois dessert les bâtiments. Couverte d'un toit en pavillon, ses colombes sont disposées en arêtes de poisson. Il s'agit du seul exemple de ce type à Amboise. Du côté de la rue Émile Gounin, le corps en pan de bois présente un pignon en pierre de taille de tuffeau. Une cheminée prend place contre ce mur. La présence d'une autre cheminée sur le second pignon implique sans doute une construction similaire en pierre. D'un côté comme de l'autre, l'ensemble du hourdis est caché par un enduit. Les toits des deux corps de logis et de la tourelle se distinguent par leurs matériaux de couverture, sans pour autant nous permettre d'établir la chronologie relative des campagnes de construction. Le logis en pierre est couvert d'ardoises tandis que celui en bois est couvert de tuiles plates. Qu'il soit permis de proposer une hypothèse : il est fort possible que la construction en pierre - qui reviendrait à un personnage au statut relativement important - ait précédé la construction en pan de bois élevée dans un second temps pour disposer de dépendances. D'autre part, la tourelle à arêtes de poisson pourrait bien dater de l'époque moderne - des exemples similaires sont connus à Angers et Orléans -, auquel cas la partie en pierre de taille, antérieure, correspondrait peut-être à un hôtel de la fin du Moyen Âge.

Murs enduit
pierre de taille
pan de bois
Toit tuile plate, ardoise
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à deux pans
toit en pavillon
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Gaugain Lucie