Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hôtel, actuellement magasin de commerce (108 rue Saint-Hilaire)

Dossier IA28000356 inclus dans La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinations magasin de commerce
Dénominations hôtel
Aire d'étude et canton Nogent-le-Rotrou - Nogent-le-Rotrou
Adresse Commune : Nogent-le-Rotrou
Adresse : 108 rue Saint-Hilaire

L’irrégularité du plan des caves et les ruptures observées sur les maçonneries des bâtiments 3, 4 et 5 posent la question de leur postériorité sur les bâtiments 1 et 2. Néanmoins les marqueurs stylistiques conservés (vestiges de croisées, porte en plein-cintre, utilisation du quart-de-rond, voûtes d’arêtes) permettent de dater les bâtiments 1 et 2 (au moins en partie) et 3, 4, et 5 entre la seconde moitié du 16e siècle et la première moitié du 17e siècle. Bien que la charpente utilisée dans le bâtiment 1 soit plus fréquemment usitée entre 1600 et 1850, l’existence de sous-faîtières et de croix de Saint-André n’exclut pas une datation antérieure (seconde moitié du 16e siècle). L’édifice est mentionné pour la première fois dans un aveu de 1648 sous le nom de tenue Dumay. Il est alors composé de plusieurs corps de logis sur la rue Saint Hilaire dont un, qualifié de grand corps de logis, un portail, une cour avant et un jardin arrière, ce qui permet de reconnaître un hôtel. Selon le document, le grand corps de logis aurait été construit antérieurement par Gabriel Travers, Sieur des Murs, ce qui fait de ce celui-ci son commanditaire. L’utilisation de brique et de métal sur le bâtiment n°6, ainsi que sur les deux ailes en avant du bâtiment 1 (non étudiées) et l'absence des pavillons en fond de jardin (non étudiés) sur le cadastre de 1811, permettent de dater leur construction entre le 19e et le 20e siècle. L’édifice est aujourd’hui séparé de ses bâtiments sur rue et accueille un magasin de commerce.

Période(s) Principale : 2e moitié 16e siècle, 1ère moitié 17e siècle , (?)
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle , (?)
Auteur(s) Personnalité : Travers Gabriel, commanditaire, attribution par source

L’édifice est composé de 6 bâtiments disposés selon un plan en U avec cour avant et jardin arrière. Il prend place sur une large parcelle située en retrait de la rue Saint-Hilaire et donnant sur la rue des Viennes. Les bâtiments 1, 2 et 3 sont directement accessibles depuis la cour avant, les bâtiments 4, 5 et 6 sont distribués par le bâtiment 1. Ce dernier est partagé par un mur de refend doté de cheminées. L’étage et le comble sont accessibles par un escalier tournant suspendu en bois et métal. L’accès au jardin se fait depuis un escalier en fer-à-cheval (pierre et métal) compris dans le bâtiment 6. Ce dernier comporte également une entrée vers un niveau de caves couvert de voûtes en plein-cintre (1 et 2) et de voûtes d’arêtes. L’une d’entre elles (5) porte les vestiges d’un enduit peint. Le plan des caves ne reprend pas exactement celui du rez-de-chaussée, à l’image de l’escalier en vis accolé au bâtiment 2. A l’exception du bâtiment 6 construit en brique et métal, les bâtiments sont construits en moellons enduits pour les murs et pierre de taille pour les chaînages et les ouvertures. L’examen des maçonneries montre que les bâtiments 3, 4, 5, et 6 (brique et métal) sont plaqués sur le bâtiment 1. Le premier niveau de l’élévation sur jardin des bâtiments 1, 4 et 5, montre une utilisation commune d’arcs en plein-cintre moulurés en quart-de-rond tandis que la présence d’une corniche continue et la généralisation de l’emploi de plates-bandes ou de linteaux moulurés en quart-de-rond et de négatifs de croisillons, unifient les élévations des bâtiments 1, 2, 3, 4, et 5. L’ensemble des toits sont à deux versants et couverts d’ardoise : les bâtiments 2, 3, 4 et 5 possèdent des toits à fortes pentes accostées de croupe, le bâtiment 1 a un toit à forte pente souligné par des rampants en pierre de taille. La charpente du bâtiment 1 est à fermes et pannes, avec des pannes assemblées à des arbalétriers de jouée, poinçons de fermette et contrefiches dans des combles à surcroît. Elle est contre-ventée par des sous-faitières et des croix de Saint-André.

Murs calcaire moellon enduit
calcaire pierre de taille enduit
Toit ardoise
Plans plan régulier en U
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
voûte d'arêtes
Couvertures toit à deux pans
toit à deux pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant
escalier dans-oeuvre : escalier en vis
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648).

    AN. Série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648) fol n°12.

    " [...] la suyvante detempteur ysabeau guybert veufve pierre coustartItem deux deniers de cens audict jour sainct remy par une part sur le total de la presente tenuedumay qui contient sur ladicte rue de bourgneuf cent quattre piedz et demy et deux autresdeniers de cens et quinze sols de rente par autre part au jour de toussaincts par chacun an surla maison des belleaux et poussins qui faict partye de la presente tenue qui ce conciste enplusieurs corps de logis sur ladicte rue du bourgneuf avecques un grand corps de logis auderriere nagueres faict bastir par gabriel Travers sieur des murs court devant portail sur ladicterue avecques caves courts et jardins au derriere le tout ensemble contenant soixante cinqperches de terre joignant par devant a ladicte rue par derriere au pre portail sur ledict ruysseauentre deux d’un costé la susdicte tenue du solleil et dautre coste la tenue suyvante detempteursledict sieur des murs le sieur bordel prevost du perche me ancelot pesseau jean gallaysblanchonnier et autres [...] "

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou. 1648.

    fol n°12.
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Rozier Hadrien