Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hôtel dit Méréglise, maison dite la Grande Maison (9, rue de Rhône)

Dossier IA28000334 inclus dans La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Hôtel Méréglise, La Grande Maison
Dénominations hôtel, maison
Aire d'étude et canton Nogent-le-Rotrou - Nogent-le-Rotrou
Adresse Commune : Nogent-le-Rotrou
Adresse : 9 rue de Rhône

En l'absence de sources écrites, la datation de l'édifice est fondé sur son décor sculpté (croisées à larmiers sur consoles, rampants à crossettes zoomorphes, cheminées, etc.). Les éléments d'inspiration antique invitent à proposer une datation du second quart du 16e siècle. La largeur sur rue du bâtiment principal, la taille de sa parcelle, le recours à la pierre de taille et à un décor sculpté permettent d'identifier l'édifice comme une construction élitaire. La séparation avec la rue, marquée par un portail et la progression des espaces publics (rue, cour,) vers ceux plus privés du logis (grandes salles et chambres) répondent au type de l'hôtel particulier. L'appellation de l'édifice et son attribution au seigneur de Méréglise proviennent d'une citation (1613) de Bart des Boulais : «Lorsque les dicts comtes du Perche faisoient leur demeure au dict Nogent, plusieurs seigneurs, pour estre près d'eulx, firent bastir des maisons au dict Nogent où ils se logèrent. Entr'autres [...] Le seigneur de Mereglise [à 30 km à l'ouest de Nogent], une maison appelée la tour de Mereglise, avec cens et rente». Cette attribution reste à confirmer.

Période(s) Principale : 2e quart 16e siècle

L'hôtel est situé au pied du château Saint-Jean, à l'angle formé par la rue de Rhône et la rue du Croc. La largeur de se parcelle est de 21,50 m sur la rue de Rhône. L'édifice est composé de trois bâtiments, articulés selon un plan en L autour d'une cour précédant un jardin. Des communs (non étudiés) ferment le côté ouest de la cour. Le bâtiment principal est disposé sur rue, ses murs gouttereaux, d'une longueur de 18,60 m, sont parallèles à la rue. L'entrée s'effectue par l'intermédiaire d'un portail cocher donnant accès à la cour. Celle-ci dessert l'entrée du bâtiment principal (situé dans une tour d'escalier hors-œuvre), le rez-de-chaussée du bâtiment en retour sur cour, le jardin, et les communs. Les bâtiments possèdent tous deux niveaux d'élévation sous comble (charpente à fermes et pannes, avec poinçons et faux-entraits). La tour hors-œuvre accueille un escalier en vis desservant chaque niveau depuis la cave jusqu'au comble. Les corps-de-logis sont partagés en deux espaces par un mur de refend, chaque pièce possède une porte sur l'escalier. Une salle voûtée prend place au rez-de-chaussée du bâtiment en retour sur cour. Le gros œuvre est construit en moellons de calcaire et de silex. Les ouvertures, les corniches, les chaînages et les rampants sont en pierre de taille calcaire. Ce matériau est également utilisé sur la façade antérieure du bâtiment principal. Le parement de celle-ci est composé de pierre calcaire jaune à grise à noyaux siliceux (dite pierre de Nogent). Le décor sculpté est limité aux ouvertures et aux éléments de couronnement. Il met en valeur la progression imposée par le système de distribution, du portail sur rue jusqu'à la tour hors-œuvre et son escalier. Les fenêtres à croisée des façades sont surmontées de larmiers à culots sculptés d'animaux (façades sur rue) et d'angelots (façades sur cour). Les élévations sont couronnées par des corniches et des rampants en pierre de taille. Ces derniers portent des choux frisés, ainsi que de crossettes sculptées d’animaux menaçants. Le portail d’entrée est composé d’un arc surbaissé, dont les moulures pénètrent directement leurs supports. Le vantail de la porte de la tour hors oeuvre porte un décor de plis de serviette, tandis que la base du noyau et les trompes de l’escalier en vis sont sculptées d’une base polygonale pour le premier, et d’angelots pour les secondes. La cheminée du rez-de-chaussée est composée d’une hotte droite à plate-bande, reposant sur des consoles pyramidales. Elle contraste avec celle observée à l’étage, dont les piédroits sont sculptés de colonnettes à bases polygonales et de colonnes torsadées portant une hotte droite.

Murs silex moellon enduit
calcaire moyen appareil
calcaire moellon enduit
Toit tuile plate
Plans plan régulier en L
Couvrements voûte en berceau plein-cintre

Couvertures
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à étudier
Éléments remarquables hôtel
Protections inscrit MH, 1949/11/22

Références documentaires

Documents figurés
  • Monuments Nogentais / G. Massiot, vers 1950. Aquarelles. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou, fonds Massiot).

  • Hôtel de Méréglise / Auteur inconnu. [s.d.]. Aquarelle. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou).

  • Hôtel de Méréglise. 20e siècle. Impr. photoméc., carte postale. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Rozier Hadrien