Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Huvetière : ferme

Dossier IA28000518 réalisé en 2016

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées fournil, écurie, laiterie, bergerie, poulailler, grange, toit à porcs, remise
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Brou
Adresse Commune : Frazé
Lieu-dit : La Huvetière
Cadastre : 1813 B2 173 ; 2016 B2 183
Précisions

D'après Édouard Lefèvre, les fiefs de la Grande et Petite Huvettière sont mentionnés dès 1390. Le bâtiment le plus ancien, au nord de la cour, semble être le bâtiment d'habitation qui conserve une charpente et un plancher (poutre maîtresse et solives) datant probablement du 16e siècle. Le bâtiment secondaire à l'est et le fournil à l'ouest, présents sur le cadastre de 1813, semblent dater du 18e siècle. Les matrices cadastrales font mention de la reconstruction de l'habitation en 1842 pour Jean Manceau demeurant à La Morinière (sis commune de Frazé). Deux ans plus tard, il adresse une demande d'autorisation à la préfecture, en vue d'établir une tuilerie à La Huvetière. Malgré la réponse positive du préfet, le projet n'a vraisemblablement pas vu le jour.

Concernant le bâtiment d'habitation, probablement édifié en pan de bois à l'origine, les murs ont été maçonnés en moellons de silex et de nouvelles ouvertures percées, aux encadrements de brique. A la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle, un troisième bâtiment (grange et bergerie) est construit à l'emplacement de dépendances détruites (présentes sur le plan cadastral de 1813). De même, un poulailler et une écurie sont construits contre la façade principale du second bâtiment.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Dates 1842, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Manceau Jean, commanditaire, attribution par source

La ferme se situe à un kilomètre au nord du bourg. De plan en O, elle comprend quatre bâtiments répartis autour d'une cour ouverte :

- Le bâtiment d'habitation abrite sous un même toit la salle, une cuisine, une chambre, une laiterie, une cave et la remise. En brique, la cheminée de la salle a considérablement été réduite comme l'atteste le chevêtre du plancher, très probablement d'origine. La charpente conserve trois fermes d'origine. À poinçon long, elles sont contre-ventées par deux rangs de pannes sur chaque versant, ainsi qu'une faîtière et une sous-faîtière, reliées entre elles par des décharges (liens obliques). La ferme à poinçon court située au niveau de la croupe du toit au dessus de la chambre a été rajoutée tardivement, certainement lors de la campagne de remaniement de 1847.

- Le second bâtiment situé à l'est abrite deux granges et une écurie. En façade principale, deux auvents non contemporains (le plus ancien étant au nord), coiffés d'un toit en bâtière, permettent d'y accéder. Deux appentis plus tardifs (un poulailler et une écurie) sont construits contre la façade ouest, tout comme le puits couvert d'une pompe à bras.

- Le troisième bâtiment, placé au sud-est de la ferme, comprend une vaste grange et une bergerie. À l'intérieur, la charpente repose en partie sur des poteaux en bois au sud et à l'ouest, ménageant des bas-côtés.

- Un fournil placé à l'entrée de la ferme à l'ouest complète l'ensemble. Sa voûte apparente - localement appelée la "bute du four" - est couverte d'un toit en croupe. Trois petites soues à cochons sont disposés contre le mur est.

Les murs sont en moellons de silex couverts d'un enduit (mur sud du bâtiment d'habitation, appentis du second bâtiment, troisième bâtiment et fournil) ou en pan de bois reposant sur un solin en moellons de silex (façade arrière du bâtiment d'habitation et bâtiment secondaire). Les encadrements des baies sont majoritairement en brique, sauf sur la partie en pan de bois. Les toits à longs pans et à croupe (bâtiment d'habitation, troisième bâtiment et fournil) sont couverts en tuile plate, à l'exception du troisième bâtiment couvert en ardoise.

Murs torchis pan de bois enduit
silex moellon
Toit tuile plate, ardoise
Étages rez-de-chaussée
Couvrements
Couvertures toit à longs pans croupe
États conservations bon état

Bien que remaniée au 19e siècle et au début du 20e siècle, cette ferme conserve des éléments significatif des siècles précédents dans un bon état de conservation : charpente et empoutrement du plancher du bâtiment d'habitation, fournil, structure en pan de bois du second bâtiment, etc. La construction du troisième bâtiment avec sa vaste grange et sa bergerie montre bien l'importante de l'activité agricole vers 1900.

Atypique pour le Perche, le sec0nd bâtiment dispose de deux auvents - non contemporains, ni entre eux, ni du bâtiment en lui-même. Ces granges dites "à porteau" sont beaucoup plus courantes plus au sud-est vers le Berry.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD d'Eure-et-Loir, 3 P 1265 - 1267. Matrices cadastrales.

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : AD d'Eure-et-Loir, 3 P 1265 - 1267
Documents figurés
  • AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813.

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : 3 P 6748 - 6766
Bibliographie
  • LEFEVRE, Édouard. Dictionnaire géographique des communes et hameaux, fermes, moulins, châteaux, maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).

    p. 439 - 443
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent