Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Îlot T

Dossier IA37004968 inclus dans Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours réalisé en 2010

Fiche

Appellations îlot T
Parties constituantes non étudiées boutique, restaurant, passage d'entrée, cour, garage, chaufferie, transformateur, bureau, bureau d'embauche
Dénominations îlot
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction - Tours-Centre
Adresse Commune : Tours
Lieu-dit : Quartier sinistré nord
Adresse : rue Richelieu , rue Marceau , rue Néricault-Destouches , rue de Jérusalem
Cadastre : 2010 DZ 214 à 230

Un premier plan de remembrement fixe en décembre 1948 l'implantation de l'îlot T en bordure sud du périmètre de reconstruction. Sa réalisation est confiée à l'architecte Henry Lhéritier de Chézelle, qui dresse en janvier 1950 les plans généraux de l'ensemble. Dans son étude, l'architecte reprend des éléments de composition plutôt classiques, tels que des toits en pavillon, des lucarnes à fronton, ainsi qu'une grande symétrie appliquée aux quatre élévations. Ce parti pris est toutefois peu suivi par certains architectes d'opération désignés par les propriétaires sinistrés. Les plans annexés aux deux permis de construire traduisent en effet d'importantes modifications de façade et de structure par rapport aux premiers dessins de l'architecte chef de groupe. De même, le transformateur, situé au centre du cœur d'îlot, est déplacé au fond d'une parcelle d'angle afin de rendre plus aisée la circulation des véhicules. Un ensemble d'immeubles beaucoup plus hétérogène est ainsi reconstruit à partir de l'été 1951. Après la réalisation de fondations spéciales comme pour d'autres îlots du secteur, le chantier se poursuit par la construction du gros-œuvre sur une période de dix-huit mois environ. Il est marqué par la venue, le 4 février 1952, du préfet d'Indre-et-Loire nouvellement nommé, Jean-Paul Chapel. Ce dernier pose la première pierre de la Chambre des Métiers reconstruite à l'angle des rues de Jérusalem et Richelieu. Si le bâti n'a connu aucune transformation majeure depuis son achèvement, hormis la pose d'un portail électrique contrôlant l'accès à la cour commune, la chaufferie à air pulsé d'origine a été remplacée en 1999 par un système de cogénération. Ce dispositif alimente désormais l'ensemble des îlots reconstruits à l'ouest de la rue Nationale.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1951, daté par source
Auteur(s) Auteur : Lhéritier de Chézelle Henry, architecte, attribution par source

L'îlot T se dresse en bordure sud du périmètre de reconstruction, délimité au nord par la rue Richelieu, à l'est par la rue Marceau, au sud par la rue Néricault-Destouches et à l'ouest par la rue de Jérusalem. Il adopte un plan sensiblement carré, sur lequel s'alignent à front de rues un immeuble de bureaux et onze immeubles à usage mixte. De type fermé, il dispose d'un passage d'entrée carrossable débouchant sur une cour commune cernée de garages en rez-de-chaussée. L'accès au cœur d'îlot est situé rue de Jérusalem, en regard du passage de l'îlot U. Il est fermé par une grille électrique qui réserve la desserte de la cour à ses seuls riverains. Le gros-œuvre de l'ensemble est constitué d'une ossature en béton armé et d'une maçonnerie de moellons. Les immeubles à usage mixte comportent un sous-sol, un rez-de-chaussée commercial, deux à trois étages-carrés avec ou sans étage de comble réservés à l'habitation. Ils forment un front bâti très hétérogène qui marie différents types de matériaux et de lucarnes en élévation. Rue de Jérusalem, un premier groupe de trois immeubles à deux étages-carrés et un étage de comble présente un parement de pierre en façades principales. Un faîtage discontinu caractérise la couverture à longs pans et croupes de cet ensemble, notamment formé de deux importants immeubles d'angle avec une toiture à plus forte pente. Des lucarnes à croupe associées à des lucarnes pendantes éclairent l'étage de comble. Les côtés nord et sud de l'îlot sont respectivement occupés par trois et deux immeubles, qui comportent également deux étages-carrés et un étage de comble. Les façades sur rue sont revêtues d'un enduit ciment et le dernier étage est coiffé d'un toit à longs pans brisés, percée de lucarnes à croupe ou à fronton-pignon. Un dernier front bâti rue Marceau est constitué de quatre immeubles à trois étages-carrés recouverts d'un toit à longs pans. De la pierre de taille orne les façades principales de trois d'entre eux. Le quatrième, dressé à l'angle des rues Marceau et Néricault-Destouches, se distingue par l'utilisation d'un parement de moellons disposés en assises régulières. Côté cour, tous ces édifices présentent en élévation un revêtement d'enduit ciment identique, une rangée de garages et d'arrière-boutiques à toit-terrasse s'alignant le long des façades. Un transformateur commun s'insère en rez-de-chaussée au sein de la parcelle de l'angle sud-ouest. Une importante chaufferie, fonctionnant grâce à un système de cogénération, alimente en air chaud les appartements et les commerces, ainsi que tous les îlots voisins.

Murs ciment enduit
béton armé
maçonnerie
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Plans ensemble concerté
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, 3 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées, élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
toit à longs pans brisés
croupe
Typologies îlot de type fermé, de forme carrée, un passage d'entrée, équipement technique en coeur d'îlot (chaufferie)
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1950/n°751 et 1951/n°539)

    Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot.

    - Boille J. : DZ 218 (281) ; DZ 230 (287)

    - Boille P. : DZ 220 (283) ; DZ 222 (284-285)

    - Boucheron : DZ 227 (290) ; DZ 228 (289)

    - Gasc : DZ 217 (280)

    - Lhéritier de Chézelle : DZ 219 (282)

    - Marconnet et Leseurre : DZ 223 (286)

    - Taté : DZ 214 (278) ; DZ 215 (279)

    - Vallée et Lissalde : DZ 229 (288)

  • Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot T ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 22-24)

    - Travaux et entreprises de Touraine (maçonnerie)

    - Moltrasio (couverture)

    - Bouchet (charpente)

    - Daoudal et Boué (plâtrerie)

    - Compagnie générale des travaux publics (menuiserie)

    - Ménarbat (parquets)

    - Morin (serrurrerie)

    - Coopérative du Bâtiment (carrelages)

    - Bonneau (plomberie, électricité)

    - Lavrut-Serre (revêtements d'escaliers)

    - Fréhel (peinture)

    Chaufferie

    - Travaux et entreprises de Touraine (maçonnerie)

    - Hatry (chauffage)

    - Morin (serrurerie)

    - Fréhel (peinture)

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 19. Îlot T, 1948-1951.

  • AC Tours. Permis de construire 1950/n°751. Reconstruction de l'îlot T, parcelles 278 à 282, 288 à 290, 1950-1952.

  • AC Tours. Permis de construire 1951/n°539. Reconstruction de l'îlot T, parcelles 282 à 287, 1951-1953.

  • AD Indre-et-Loire. Fonds Boille 30 J 237. Îlot T, 1950.

Documents figurés
  • Tirage : plan dressé le 12 janvier 1950. Par Lhéritier de Chézelle, Henry (architecte). (archives départementales d'Indre-et-Loire, Fonds Boille 30 J 237). (cf. illustration n° IVR24_20113701660NUCA).

  • Tirage : plan cadastral dressé le 28 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 19, îlot T). (cf. illustration n° IVR24_20113700626NUC2A).

  • Plan des servitudes annexé au cahier des charges de remembrement de l'îlot T / Auteur inconnu. 1:500. 20 décembre 1948. 1 tirage : plan (AC Tours. 149 W 19).

  • Association syndicale de reconstruction de Tours Nord. Etude de l'îlot T / Henry Lhéritier de Chézelle. 1:200. 12 janvier 1950. 1 tirage : plan, coupe et élévations (Archives Départementales Indre-et-Loire. Fonds Boille 30 J 237).

Bibliographie
  • CHEVEREAU, Sébastien. Tours reconstruit : des bombardements à la renaissance. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2003 (Provinces mosaïques).

    p. 103
Périodiques
  • Pour le quartier nord... La Nouvelle République, 8 septembre 1950.

  • D'importants travaux de terrassement à "l'îlot T" rue Néricault-Destouches. La Nouvelle République, 8 et 9 septembre 1951.

  • Dans "l'îlot T" M. Chapel a posé la première pierre de la Chambre des Métiers qui célébrait en même temps son vingtième anniversaire. La Nouvelle République, 5 février 1952.

  • VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.

    p. 22
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Fourchet Marie-Luce