Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble (10 rue des Carmes)

Dossier IA45001390 inclus dans Rue des Carmes réalisé en 2006

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • immeuble à logements
    • boutique
Parties constituantes non étudiées immeuble à logements, boutique
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Commune d'Orléans - Orléans-Carmes
Adresse Commune : Orléans
Adresse : 10 rue des Carmes

En 1948, l'Association syndicale pour le Remembrement et la Reconstruction d'Orléans entamait la reconstruction de la deuxième tranche d'îlots dont l'îlot 7, auquel appartient l'immeuble à logements du numéro 10. La livraison eut lieu en 1952. Les travaux furent réalisés sous la direction générale de MM. Pol Abraham et Winter, architectes chefs de groupe DPLG, d'après les plans de Paul A. Leroux et H. Montaigne, architectes d'opération.

Période(s) Principale : milieu 20e siècle
Dates 1948, daté par source
Auteur(s) Auteur : Leroux Paul A., architecte, attribution par source
Auteur : Montaigne H., architecte, attribution par source

L'immeuble à logements avec enseigne du numéro 10 présente une façade sur rue à quatre étages carrés et trois travées avec comble sous le toit à longs pans recouvert d'ardoise ; on aperçoit deux cheminées de mitoyen, de taille massive, larges mais peu épaisses : leur partie supérieure est ajourée de percements. Côté cour, le toit reçoit une cheminée de refend : identique à la cheminée de mitoyen, elle est cependant plus haute. Le rez-de-chaussée sous corniche à cavet surmonté d'un réglet, est occupé par deux boutiques avec devanture - un boutique de cadeaux et une briocherie - situées de part et d'autre de l'entrée privative donnant accès aux appartements - une porte bâtarde en fer à pilier central à l'origine, devenue piétonne : le plein cintre mouluré a été interrompu par le pilier central qui marque limite de devanture dans la partie droite de la porte originale . La façade est recouverte d'un parement de dalles en pierre reconstituée qui quadrille la paroi. Chaque baie ou bloc croisée préfabriqué est encadré d'un chambranle saillant en ciment peint en blanc avec une fenêtre protégée par un store en bois. Les baies de type A - larges de trois dalles rectangulaires, hautes de deux et demi - sont pourvues d'une double barre d'appui en métal ; en revanche, les baies de type B - larges de deux dalles, hautes de trois - reçoivent un balcon en fer avec plate-forme de béton à trois caissons. Il était prévu, sur les plans d'architecte, que les baies de type A reçoivent un garde-corps en métal . La fenêtre de la baie de type A est à trois pans, à deux dans la baie de type B (il s'agit d'une porte-fenêtre). La façade s'ordonne autour de l'axe de symétrie déterminé par la porte et propose une disposition propre de ses baies en fonction des étages, selon le schéma suivant : au premier étage, une combinaison de type A - A - A ; aux deuxième, troisième et quatrième, de type A - B - A. Le décrochement visuel créé par la porte-fenêtre (type B) par rapport aux baies de type A sur un même niveau contribue à varier le jeu des ouvertures et à animer la façade. La corniche de toit en béton, composée d'une bande et d'une doucine droite surmontée d'un réglet, est interrompue et contribue ainsi à délimiter spatialement l'immeuble du reste du front bâti, édifié avec les mêmes matériaux selon les mêmes principes. La façade sur cour présente une disposition très différente de la façade sur rue, avec en outre la présence de claustras à décor losangé et de trous de ventilation pour les blocs WC absents sur la rive nord de la rue des Carmes.

Murs béton
Toit ardoise
Étages 4 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Typologies Immeuble à logements avec commerce.
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mosseron Maxence