Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble (11 rue des Carmes)

Dossier IA45001391 inclus dans Rue des Carmes réalisé en 2006

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • immeuble à logements
    • boutique
Parties constituantes non étudiées immeuble à logements, boutique
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Commune d'Orléans - Orléans-Carmes
Adresse Commune : Orléans
Adresse : 11 rue des Carmes

L'immeuble à logements du 11 appartient à l'îlot 11-12 de la Reconstruction. Les travaux s'effectuèrent sous la direction de M. Winter, architecte chef de groupe, et furent réalisés d'après les plans d'E. Basille, entre 1948 et 1951.

Période(s) Principale : milieu 20e siècle
Dates 1948, daté par source
Auteur(s) Auteur : Basille E., architecte, attribution par source

L'immeuble à logements du numéro 11 présente une façade sur rue à quatre étages carrés avec comble sous le toit à longs pans recouvert d'ardoise ; on aperçoit une cheminée de mitoyen, de taille massive, large mais peu épaisse : sa partie supérieure est ajourée de percements. Côté cour, le toit reçoit une cheminée de bloc-eau, de petite taille et également ajourée de percements dans sa partie supérieure. Chaque étage comprend trois travées. Le rez-de-chaussée est occupé par une boutique avec devanture - un établissement bancaire. L'entrée privative donnant accès aux appartements s'effectue à l'extrême droite par une porte piétonne en métal encadrée d'un chambranle en brique avec linteau à bandeau saillant. La façade est recouverte d'un parement de dalles en pierre reconstituée qui quadrille la paroi. Chaque baie ou bloc croisée préfabriqué est encadré d'un chambranle saillant en ciment peint en blanc avec une fenêtre protégée par un store en bois. Les baies de type A - larges de quatre dalles rectangulaires, hautes de deux et demi - sont pourvues d'une double barre d'appui en fer ; les baies de type B - larges de deux dalles, hautes de deux, avec dalle perforée sur le soubassement n'en disposent pas. La disposition à trois travées se retrouve sur les quatre étages, selon la combinaison A - B. La moindre hauteur des blocs croisées préfabriqués de type B crée un décrochement visuel et contribue à animer la façade, d'autant plus qu'à la verticale de la porte piétonne se déploient sur toute la hauteur cinq séries de claustras de format carré - une dalle de large sur une de haut - à décor losangé, comme suit : une série de deux claustras couplés aux extrémités et trois séries de deux claustras couplés sur trois niveaux (six en tout par série). Isolés, ils désignent habituellement les toilettes. Ils ont ici un rôle ornemental. Cette disposition générale - baies et claustras - contribue à donner un effet vertical dynamique à la façade. Le bandeau séparateur saillant peint en blanc contrebalance cependant l'effet puisqu'en s'interrompant pour reprendre sa course sur un niveau inférieur, il dissocie nettement l'espace commercial de l'accès privatif, moins élevé. À l'autre extrémité en revanche, on retrouve l'horizontale continue de la corniche de toit en béton, composée d'une bande et d'une doucine droite surmontée d'un réglet en béton, qui délimite spatialement l'immeuble du reste du front bâti, édifié avec les mêmes matériaux selon les mêmes principes.

Murs béton
Toit ardoise
Étages 4 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Typologies Immeuble à logements avec commerce.
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mosseron Maxence