Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble (14 rue du commerce)

Dossier IA41000748 inclus dans Îlot E réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées boutique
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction
Adresse Commune : Blois
Lieu-dit : rive droite
Adresse : 14 rue du Commerce , 9 rue Emile-Laurens
Cadastre : 2010 DN 317

L'immeuble a été conçu en 1953 par les architectes Victor et Maurice Amiot, sous la direction de Marc Paget, architecte en charge de l'îlot E. La distribution que les architectes conçurent pour cet immeuble très sobre en façade révèle quelques originalités. L'ensemble devait être distribué par un escalier en béton éclairé par un mur ajouré de pavés de verre. L'étage de sous-sol devait comporter comme ailleurs un local de cave par logement, mais aussi, ce qui n'était pas systématique, une chaufferie et une buanderie communes. Son rez-de-chaussée était conçu pour accueillir un garage. Cette solution, adoptée dans cet îlot ouvert ne comportant pas de réel cœur d'îlot, se distinguait par l'intégration du garage au volume de l'immeuble, à la différence des garages en rez-de-chaussée nombreux dans la partie reconstruite de la ville. Le rez-de-chaussée comprenait également deux boutiques. Chacun des deux étages carrés devait ensuite compter deux logements, suivant deux plans distincts. Ces derniers témoignent de l'adaptation à l'irrégularité des parcelles et à la variété des demandes en terme de standing. Le premier était celui d'un deux pièces de 49 m², situé le long du mur mitoyen. Il intégrait les éléments de confort d'une cuisine, d'une salle d'eau et de WC. Le second type d'appartement était également un deux pièces mais un peu plus vaste, 55 m², la salle de bain devait d'ailleurs être dotée dans ce cas seulement d'une baignoire. Ces derniers étaient surtout beaucoup plus ouverts sur l'extérieur : toutes les pièces étaient éclairées directement, à l'exception des pièces d'entrée qui les distribuaient. Enfin, les architectes veillèrent à assurer la bonne luminosité de l'ensemble. Chaque étage était largement ouvert de baies et comportait de nombreuses portes-fenêtres donnant sur des balconnets au premier étage et sur des balcons au deuxième. Des astuces étaient mises en œuvre pour pallier les défauts du plan. Par exemple, dans les appartements de 49 m², les salles d'eau et les WC qui n'ouvraient pas sur l'extérieur, devaient être éclairés en second jour par un vitrage fixe permettant la circulation de la lumière depuis la cuisine. L'immeuble fut construit à partir de 1954. Il ne comporte aujourd'hui en rez-de-chaussée plus qu'un vaste local de boutique.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1954, daté par source
Auteur(s) Auteur : Amiot Victor, architecte, attribution par source
Auteur : Amiot Maurice, architecte, attribution par source
Personnalité : Dufour, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Rué, commanditaire, attribution par source

Cet immeuble situé au nord-est de l'îlot E se singularise par son implantation. Situé sur un angle d'îlot ouvert, il a la particularité de n'être mitoyen que sur un seul côté et de donner sur ses autres côtés sur trois voies : la rue des Orfèvres, la rue Emile-Laurens et la rue du Commerce. De plus, il donne au nord sur la placette dégagée au croisement des rues des Orfèvres et du Commerce et bénéficie donc sur ce côté d'un large dégagement. Cela lui offre de grandes qualités de luminosité, puisqu'il s'ouvre largement sur ces rues par de longues façades d'une dizaine de mètres. Cela lui confère en outre une présence remarquable, particulièrement sensible quand on l'observe depuis la rue Emile-Laurens, en venant de la tête de pont, point de vue d'où il semble isolé sur sa parcelle. Enfin son angle donnant sur la placette a fait l'objet d'un traitement particulier, il est arrondi et souligné par un balcon filant. Le procédé constructif de l'immeuble ne présente pas de grande originalité. L'enduit apparent en façade masque probablement une structure en béton armé et un remplissage de moellon et de brique. Le fin encadrement des baies en béton, quelques ouvertures en oculi, la corniche en béton moulé et les plateformes des balcons animent modestement la façade. Conformément au règlement et dans la perspective de sa bonne intégration, le toit est couvert en ardoise et surmonté par une haute souche de cheminée en brique.

Murs enduit
béton armé
maçonnerie
Toit ardoise
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier intérieur : en maçonnerie
Statut de la propriété propriété privée
Sites de protection secteur sauvegardé

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loir-et-Cher. Série W : 1195 W 43. Blois, reconstruction (ville et Vienne), dossier technique, plans. 1949-54.

Documents figurés
  • plan du deuxième étage, sur papier, 1953. Par Amiot, Victor (architecte) ; Amiot, Maurice (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 1195 W 43). (cf. illustration n° IVR24_20104101062NUC2A).

  • plan du premier étage, sur papier, 1953. Par Amiot, Victor (architecte) ; Amiot, Maurice (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 1195 W 43). (cf. illustration n° IVR24_20104101061NUC2A).

  • plan du rez-de-chaussée, sur papier, 1953. Par Amiot, Victor (architecte) ; Amiot, Maurice (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 1195 W 43). (cf. illustration n° IVR24_20104101060NUC2A).

  • plan du sous-sol, sur papier, 1953. Par Amiot, Victor (architecte) ; Amiot, Maurice (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 1195 W 43). (cf. illustration n° IVR24_20104101059NUC2A).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - De Decker Aurélie