Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble (20 rue du Commerce)

Dossier IA41000760 inclus dans Îlot F réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées boutique, cour
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction
Adresse Commune : Blois
Lieu-dit : rive droite
Adresse : 20 rue du Commerce
Cadastre : 2010 DN 302

L'immeuble fut un des premiers à être construit au sein de l'îlot F. Ses travaux commencèrent au début de l'année 1949 et s'achevèrent au tout début des années 1950. On peut formuler l'hypothèse que son architecte fut Paul Robert-Houdin ou Henri Lafargue. Ces architectes, tous deux architectes des monuments historiques, collaborèrent en effet à la conception de cet îlot et pourraient être les auteurs d'un bâtiment fortement teinté d'historicisme. L'immeuble a été très peu modifié depuis sa construction.

Période(s) Principale : milieu 20e siècle
Dates 1949, daté par source
Auteur(s) Auteur : Robert-Houdin Paul, architecte, (?), attribution par travaux historiques
Auteur : Lafargue Henri, architecte, (?), attribution par travaux historiques

L'immeuble se situe dans l'îlot F, rue du Commerce, à l'endroit où cette rue marque un léger changement de direction. La façade de l'immeuble est donc traversée verticalement par un très léger angle. L'architecte de l'immeuble l'a souligné pour composer une des façades historicistes les plus pittoresques de la ville reconstruite. En effet, ce qui aurait pu rester une irrégularité de la parcelle a fait l'objet d'une grande mise en valeur. Chacune des deux parties de la façade que l'angle délimite est surmontée par un faux-pignon découvert. L'angle lui-même est souligné par l'installation d'un oriel hémicirculaire évoquant un lanternon. Le déséquilibre provoqué par cet angle léger est enfin accentué par l'asymétrie des baies. L'utilisation de la pierre de taille en façade et le choix d'oculi, de baies de petites tailles rassemblées en bandeaux et de vantaux à petits bois contribuent à brouiller les pistes pour évoquer dans cet immeuble des années cinquante une architecture plus ancienne, d'inspiration médiévale sans doute. L'immeuble a une fonction mixte. Il abrite en sous-sol et au rez-de-chaussée, le laboratoire et la boutique d'une pâtisserie. Chacun des deux étages carrés et de l'étage de comble est ensuite occupé par un appartement, ces appartements étant conçus sur le même plan. L'accès à ces étages se fait par une entrée indépendante donnant sur la rue menant à un escalier en bois qui est installé dans une tour demi-hors-oeuvre. Les appartements sont des trois pièces dont les cuisines, salles de bains et cabinets de toilette donnent sur la cour. Ces appartements présentent des éléments de confort caractéristiques. A l'exception de l'entrée qui distribue toutes les pièces, ces dernières bénéficient toutes d'un éclairement naturel direct. L'éclairement de l'entrée, plus faible, est assuré en second-jour par l'emploi de portes vitrées en partie haute. Le salon qui est largement ouvert sur la rue, constitue un vaste espace de vie d'environ 20 m². L'ensemble des pièces est parqueté, et deux pièces bénéficient d'une cheminée : le salon et la grande chambre.

Murs pierre de taille
Toit ardoise
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier tournant, en charpente
Statut de la propriété propriété privée
Sites de protection secteur sauvegardé
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - De Decker Aurélie