Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble (5 rue des Carmes)

Dossier IA45001385 inclus dans Rue des Carmes réalisé en 2006

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • boutique
    • immeuble à logements
Parties constituantes non étudiées boutique, immeuble à logements
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Commune d'Orléans - Orléans-Carmes
Adresse Commune : Orléans
Adresse : 5 rue des Carmes

L'îlot 13 est le dernier à avoir été reconstruit rue des Carmes, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, sous la direction commune de MM. Roger Faraut et Paul A. Leroux, architectes d'opération et chefs de groupe DPLG, et l'autorité administrative de l'Association syndicale pour le Remembrement et la Reconstruction d'Orléans. L'immeuble du numéro 5, édifié d'après les plans de Paul A. Leroux et Roger Faraut, architectes d'opération, fut livré en 1962. Il s'agit d'un immeuble à logements, dévolu dès l'origine à la vaste opération de relogement des personnes sinistrées par les destructions subies dans la rue et alentours. Il remplace un bâti épargné.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1962, daté par source
Auteur(s) Auteur : Leroux Paul A., architecte, attribution par source
Auteur : Faraut, architecte, attribution par source

L'immeuble à logements avec boutiques et devantures du numéro 5 présente une élévation générale à trois étages carrés et sept travées avec combles sous un toit plat (à pente très douce) recouvert de plaques de zinc. Le rez-de-chaussée est réservé aux boutiques avec devanture. L'accès aux parties privatives s'effectue par une porte piétonne inscrite dans un renfoncement de la paroi et légèrement décentrée sur la gauche. La scansion de la façade par les ouvertures reprend le même schéma que les immeubles 1 et 3 : sur trois niveaux, elles s'alignent en hauteur et en largeur. Cependant, la répartition et donc le rythme diffèrent. Les sept travées se répartissent inégalement en deux blocs, l'un de six travées, le second d'une seule (rejetée à l'extrême droite), déterminée par une série de trois fenêtres superposées d'un autre format (même hauteur, mais plus large que les autres). Toutes les ouvertures sont agrémentées des mêmes éléments : fenêtres à deux battants, balconnets en fer, persiennes en fer à deux battants repliables, seuil en ciment. Aux deuxième et troisième niveaux du premier bloc, aux travées 4 et 5, on remarque des fenêtres à traverse dont la partie basse reste fixe, alors que la partie haute s'ouvre à deux battants (les persiennes de ces fenêtres ne clôturent que la partie ouvrante). Cette disposition contrecarre timidement l'asymétrie générale de la façade, dans la mesure où ces ouvertures s'inscrivent dans sa partie centrale. La façade plate, très simple, en ciment lissé, sans ornement, est animée par le simple jeu de la scansion des ouvertures régulières. L'uniformité est toutefois troublée par la rupture du rythme des pleins et des vides : la dernière travée, isolée, avec un format plus large des ouvertures, redonne de la présence au mur et met l'accent sur cette partie de la façade.

Murs béton
pierre artificielle
Toit zinc en couverture
Étages 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Typologies Immeuble à logements avec commerce.
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mosseron Maxence