Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble dit bâtiment 18 (place Saint-Paul)

Dossier IA37004649 inclus dans Immeubles des troisième et quatrième tranches du Sanitas (ensemble de 12) réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Appellations bâtiment 18
Parties constituantes non étudiées logement
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction - Tours-Est
Adresse Commune : Tours
Lieu-dit : Quartier du Sanitas
Adresse : place Saint-Paul
Cadastre : 2010 CV 462

Le bâtiment 18 apparaît pour la première fois au plan-masse du quartier du Sanitas du 27 août 1958, six mois après le lancement des travaux de la première tranche du secteur industrialisé. Ce plan-masse déterminait l'utilisation possible des terrains libérables à court terme par les industriels n'ayant pas encore déménagé à Saint-Pierre-des-Corps. Il devait alors, avec ses 170 mètres de longueur, être l'un des plus importants immeubles de ce secteur urbain. Situé en bordure de la place Saint-Paul, au sud-ouest du quartier, il devait fermer presque intégralement cette dernière sur son flanc sud. Son pignon ouest, qui venait à l'aplomb de celui du bâtiment 6, fut toutefois déplacé dès janvier 1959 au niveau de celui du bâtiment 5, ramenant le bâtiment 18 à une longueur de 112 mètres. Son implantation n'évolua ensuite plus. Les études détaillées des plans du bâtiment furent engagées en 1961. Jacques Henri-Labourdette prévoyait alors un bâtiment en R+10 (dix étages au-dessus du rez-de-chaussée), l'architecte souhaitant clore de manière monumentale la perspective Nord-Sud du boulevard de Lattre-de-Tassigny. Bien qu'ayant obtenu l'accord de Jean Royer, il se heurta aux réticences des conseillers municipaux, qui obtinrent de ramener le volume de l'édifice à R+6. Le bâtiment 18 est le premier immeuble du Sanitas à posséder six étages et à offrir des balcons filants. Le permis de construire fut délivré le 2 février, sa construction s'achevant en 1965. Les modifications ultérieures se limitèrent à l'ajout de rampes d'accès aux halls d'entrées, à la fin des années 1990.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1965, daté par source
Auteur(s) Auteur : Henri-Labourdette Jacques, architecte, attribution par source
Personnalité : Ville de Tours, OPMHLM, commanditaire, attribution par source
Auteur : Labadie Pierre, architecte, attribution par source

Le bâtiment 18, premier immeuble en R+6 (six étages au-dessus du rez-de-chaussée) construit au Sanitas, est formé de neuf cages d'escalier juxtaposées, toutes identiques à l'exception de celle à l'extrémité est. La structure de ces cages est formée par des dalles de béton reposant sur des murs de refend de quinze centimètres d'épaisseur. Les façades nord et sud sont intégralement non porteuses, à l'exception à nouveau de la cage d'escalier orientale, dont la structure a été rallongée pour permettre la jonction avec le bâtiment 17, contigu au bâtiment 18. Ces façades libres autorisent un remplissage intégral des niveaux d'étages par des baies, tant en orientation nord qu'en orientation sud. Sur ces dernières, des balcons filants, dont c'est la première apparition au Sanitas, couvrent toute la largeur du bâtiment. Quatre portions ajourées permettent à chaque niveau de maintenir un jeu de creux et de pleins sur la façade. Au nord, les fenêtres ouvrant sur les pièces des logements alternent avec les baies éclairant les cages d'escalier. Dans les deux cas, les allèges des menuiseries, aux persiennes peintes en marron, sont décorées de carreaux de grès cérame vert. Ce même matériau se retrouve, en teinte beige, sur le pignon ouest intégralement aveugle, et en parement des parois porteuses de la cage d'escalier orientale. Le pignon est, enfin, est ouvert à partir du premier étage par un balcon filant sur toute sa largeur. L'accès à l'intérieur du bâtiment se fait par la façade nord, ouvrant sur la place Saint-Paul. Chaque cage d'escalier dessert deux logements par niveau, tant au rez-de-chaussée qu'aux étages, où un plan courant est appliqué. Légèrement surélevé par rapport au niveau de la rue, afin d'améliorer l'aération et la ventilation du sous-sol, le rez-de-chaussée comporte pour chaque cage, à l'est, un logement d'une pièce (cuisine et séjour) avec salle d'eau, et à l'ouest un logement de trois pièces. Un local pour voitures d'enfants est en outre à usage commun. L'accès aux étages se fait par escalier tournant à retours et un ascenseur. La distribution des logements reste la même, le logement d'une pièce devenant un deux pièces par l'adjonction d'une chambre et la dissociation de la cuisine et du séjour. Celui-ci est systématiquement orienté au sud, ouvrant sur les balcons, les cuisines étant elles orientées au nord. Les blocs eau sont jumelés deux par deux à chaque extrémité des cages d'escalier.

Murs béton armé
Toit béton en couverture
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 6 étages carrés
Couvertures terrasse
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours

Autres organes de circulations ascenseur
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété d'un établissement public communal

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche (bâtiments N bis, 17 à 20 et U).

Documents figurés
  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n° IVR24_20113701173NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n° IVR24_20113700993NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n° IVR24_20113700994NUC2A).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Massire Hugo