Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble dit bâtiment 20 (8-10 avenue du Général-de-Gaulle)

Dossier IA37004652 inclus dans Immeubles des troisième et quatrième tranches du Sanitas (ensemble de 12) réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Appellations bâtiment 20
Parties constituantes non étudiées logement
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction - Tours-Sud
Adresse Commune : Tours
Lieu-dit : Quartier du Sanitas
Adresse : 8, 10 avenue du Général-de-Gaulle
Cadastre : 2010 CR 318

Les études pour le bâtiment 20 débutent à l'été 1960, quelques mois avant le lancement des études générales pour la troisième tranche du Sanitas. Situé sur un terrain devant initialement être incorporé à la cité universitaire, le bâtiment devait alors accueillir des chambres d'étudiants, bien qu'étant réalisé par l'office HLM. L'architecte Michel Marconnet était alors pressenti pour assurer sa conception. La diminution du programme alloué par le ministère de l’Éducation à la cité universitaire conduisit l'Office à faire reprendre le projet par Labourdette courant 1961. Seuls 48 logements HLM de petites dimensions sont encore prévus afin de pouvoir accueillir malgré tout une population étudiante. Le côté ouest du bâtiment devait former un bloc indépendant à usage de bureaux à destination de l'Office HLM ; la différenciation d'usage était soulignée par l'emploi de murs-rideaux sur une façade pleine. Le permis de construire fut accordé le 2 février 1963. Le projet ne fut toutefois pas réalisé, car les usines Billard, occupant pour partie le site d'implantation, tardait à déménager en raison de difficultés financières. De nouveaux plans furent établis en 1965, dans le cadre de la quatrième tranche du Sanitas. Le bâtiment fut rallongé de vingt mètres, récupérant l'emprise initialement destinée au bâtiment administratif de l'Office qui préféra s'installer plus au sud du quartier, rue Maurice-Bedel. La modénature des façades ne marqua dans un premier temps pas d'évolution, la suppression des loggias en façade sud n'étant décidée qu'après l'obtention du permis de construire définitif, le 2 septembre 1965. La construction s'acheva en 1967. Afin d'améliorer l'accessibilité du bâtiment, des rampes d'accès aux halls d'entrées furent construites au début des années 1990, un ascenseur extérieur étant ensuite ajouté en 2011, sur des plans dus à l'architecte François Maurice.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1967, daté par source
Auteur(s) Auteur : Henri-Labourdette Jacques, architecte, attribution par source
Auteur : Maurice François, architecte, attribution par source
Personnalité : Ville de Tours, OPMHLM, commanditaire, attribution par source
Auteur : Labadie Pierre, architecte, attribution par source

Le bâtiment 20 constitue un exemplaire unique au sein de la seconde génération des bâtiments du Sanitas, tant par la modénature de sa façade que par sa distribution intérieure, qui ne sont partagées par aucun autre immeuble en R+4 (quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée). Cette originalité dans le type comme dans la forme a pour cause l'emplacement du bâtiment, situé à proximité des équipements de la cité universitaire, et au croisement des deux voies structurantes du quartier, lui conférant une présence scénique que son esthétique spécifique accentue. Accolé au centre d'action sociale de la tour U, le bâtiment 20 forme le contrepoint horizontal de cette dernière. L'ensemble formé avec le bâtiment 19, au sud de l'avenue du Général-de-Gaulle, se distingue du reste du quartier par son caractère monumental et la qualité des matériaux employés. L'ossature du bâtiment n'intègre, cas unique au Sanitas, pas d'élément porteur sur la façade sud, orientée sur l'avenue du Général-de-Gaulle, qui est ainsi laissée totalement libre. Les bandeaux verticaux prolongeant les murs de refend y forment une nette saillie, créant un jeu vertical de creux et de pleins avec le reste de la façade uniquement formé de fenêtres à persienne aux allèges en grès cérame. Les dalles en béton supportant les niveaux d'étages reposent sur des murs de refend de 20 centimètres d'épaisseur. La façade nord et les pignons ouest et est sont eux porteurs, ce dernier étant percé d'une baie vitrée étirée en hauteur, éclairant la cage d'escalier. Celle-ci et son pendant sur la façade ouest desservent une coursive permettant l'accès à tous les logements de l'étage. Construite en porte-à-faux, elle crée un jeu de creux et de pleins avec la façade porteuse du bâtiment - dans un sens cette fois horizontal - étant toutefois rompu par la cage d'ascenseur extérieure réalisée a posteriori. Les logements, 47 au total, sont en majorité d'une seule pièce, conséquence de la proximité de la cité universitaire, et suivent une disposition identique, à l'exception des cuisines qui sont implantées tête-bêche. Un logement de deux pièces, destiné aux couples, est situé à chaque extrémité d'étage, la chambre supplémentaire étant adossée aux cages d'escaliers.

Murs béton armé
Toit béton en couverture
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 4 étages carrés
Couvertures terrasse
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours

Autres organes de circulations ascenseur
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété d'un établissement public communal

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche (bâtiments N bis, 17 à 20 et U).

  • Archives communales de Tours. Série W : 999 W 117. Permis de construire de la quatrième tranche (bâtiments 1 ter, 11, 19, 20 et 26).

Documents figurés
  • photog. n. et b. Par Arsicaud Robert (photographe). (Archives départementales d'Indre-et-Loire, section contemporaine, Chambray-lès-Tours, Série Fi, cote 5Fi-P35, 27581-3). (cf. illustration n° IVR24_20103701528NUC1A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n° IVR24_20113701003NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n° IVR24_20113701174NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n° IVR24_20113701012NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n° IVR24_20113701017NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n° IVR24_20113701004NUC2A).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Massire Hugo