Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble dit bâtiment h (9 rue Maurice-Bedel)

Dossier IA37004658 inclus dans Immeubles dits opération Pasteur (ensemble de 9) réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Appellations bâtiment h
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction - Tours-Est
Adresse Commune : Tours
Lieu-dit : Quartier du Sanitas
Adresse : 9 rue Maurice-Bedel
Cadastre : 2010 CV 459

Le principe de la réalisation d'une nouvelle tour à l'extrémité sud du Sanitas, après les cinq bâtiments identiques en R+15 (15 étages au-dessus du rez-de-chaussée) réalisés dans le cadre de la seconde tranche du secteur industrialisé, apparut pour la première fois à l'été 1962. L'architecte tourangeau Michel Marconnet était alors chargé de réaliser une esquisse indiquant les possibilités d'utilisation des terrains encore occupés par des industries pétrolières, situés de part et d'autre de la voie ferrée reliant Tours à Nantes. Cette dernière devait en effet être déplacée de manière imminente. Cette esquisse fut supplantée, en 1965, par une étude plus complète réalisée par Jacques Henri-Labourdette, identifiée comme une cinquième tranche de l'opération du Sanitas. Par la suite dénommée opération Pasteur, cette étude ne prévoyait pas initialement la réalisation de tours, le plan-masse étant uniquement constitué de bâtiments bas, en R+4 et R+6. La tour h n'apparut pour la première fois qu'au plan-masse du 19 juillet 1967. Contrairement à l'étude de Marconnet, elle n'est plus positionné sur un axe parallèle au boulevard de-Lattre-de-Tassigny, mais sur son axe médian, s'inscrivant ainsi en point de mire pour l'automobiliste venant du nord. L'emplacement exact de la tour h évolua encore légèrement au début de l'année 1968, pour se rapprocher de la rue Jules-Guesde. Son volume fut à cette occasion précisé, passant d'un plan carré à un plan en croix grecque. La tour h vit son permis de construire accordé, en même temps que le reste de l'opération Pasteur, le 21 août 1968. Un remaniement tardif du plan-masse, destiné à améliorer le bilan financier de l'opération, conduisit rapidement à reprendre les études du bâtiment, qui passa de 12 à 14 étages, permettant l'accueil de huit logements supplémentaires. Le permis de construire modificatif fut accordé un an plus tard, le 13 août 1969. La construction qui démarra peu après fut retardée par la faillite de l'entreprise chargée du gros-œuvre, repoussant la mise en service du bâtiment à 1971. Une première opération de rénovation remplaça en 2008 les menuiseries bois et les persiennes peintes en marron par des ensembles en PVC de teinte blanche. Une seconde campagne est en cours lors de l'étude (2011), et vise à déposer les parements en grès cérame afin de permettre l'isolation thermique par l'extérieur du bâtiment.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1971, daté par source
Auteur(s) Auteur : Henri-Labourdette Jacques, architecte, attribution par source
Personnalité : Ville de Tours, OPMHLM, commanditaire, attribution par source
Auteur : Labadie Pierre, architecte, attribution par source

Tour-signal de l'opération Pasteur, le bâtiment h s'inscrit en point de mire de la perspective du boulevard de Lattre-de-Tassigny, légèrement désaxée par rapport à l'alignement des cinq tours de la deuxième tranche du quartier du Sanitas. Son plan en croix grecque la distingue des exemples précédents, diminuant pour l'observateur l'impression de monolithisme. A l'instar des autres immeubles de l'opération Pasteur, la pierre de taille est absente dans le bâtiment h, le béton de la structure porteuse n'étant paré que de grès-cérame. Deux teintes sont employées : beige pour les pignons et les trumeaux, et bleu-gris pour les allèges des baies. Celles-ci, en PVC blanc, reçoivent des persiennes de même matériau et de même couleur. Un même plan d'étage courant - et par conséquent une même esthétique extérieure - est repris pour les quatorze niveaux d'élévation. Il est formé de deux doublets d'appartements de trois et cinq pièces, disposés en miroir autour du noyau formé par la cage d'escalier et les deux ascenseurs. Un escalier en vis est en outre adjoint à partir du dixième étage, et sert d'issue de secours pour les niveaux supérieurs ; il ne modifie toutefois que légèrement le plan d'étage courant, n'affectant que la distribution du type 3 (logement de trois pièces) orienté au nord-est. Les cuisines sont près de deux fois plus grandes que dans les bâtiments en R+4 et R+6 (respectivement quatre et six étages au-dessus du rez-de-chaussée) de l'opération Pasteur, l'espace supplémentaire dégagé étant destiné à la prise des repas, prévue uniquement dans les séjours dans les autres bâtiments. Les surfaces des séjours (18,7 m²), et surtout celles des chambres (9,4 m² au minimum), sont toutefois inférieures (respectivement 19,9 m² et 10,5 m²).

Murs béton
Toit béton en couverture
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 14 étages carrés
Couvertures terrasse
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours
escalier intérieur : escalier en vis
Autres organes de circulations ascenseur
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété d'un établissement public communal

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Tours. Série W : 999 W 285. Pasteur : permis de construire, plans, correspondances.

  • Archives communales de Tours. Série W : 999 W 296.

  • Archives communales de Tours. Série W : 999 W 297. Pasteur : permis de construire modificatif.

Documents figurés
  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n° IVR24_20113701189NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n° IVR24_20113701187NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n° IVR24_20113701188NUC2A).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Massire Hugo